FÉLIX, GENS DU PAYS ET FÊTE NATIONALE

Félix, Gens du pays et Fête
nationale
La Saint John the Baptist à Radio-Canada

Publié partiellement [!] dans Le Soleil (

http://www.cyberpresse.ca/soleil/
) du 26 juin 2003

Objet : émission « Plage Culture »,
animée par Mlle Dominique Charbonneau (Midi du 24 juin 2003, chaîne [dite] culturelle de Radio-Canada). Courriel acheminé directement et en temps réel à la
station :

Auditoire@Fr.radio-canada.ca

Radio-Canada – notamment la radio, les deux chaînes
confondues (ne parlons même pas de la télévision, forme de TVA/TQS publique) –
s’est métamorphosée au fil des mois et des récentes années en une Société d’une
sidérale insignifiance. Singulièrement et plus que jamais, hélas, à la faveur de
l’actuelle programmation estivale.

Aussi, Mlle Dominique, est-ce un doux moment (parce que
ceux-ci au total sont devenus extrêmement rares) que d’écouter pendant ne fût-ce
que quelques minutes, ce midi du 24 juin, les Félix, les Gilles Vigneault et
autres Claude Gauthier.

Merci, Mlle Charbonneau. Et superbe Fête nationale à
vous !

…Que votre ‘suivant’ (brelien?) au micro, Michel
Marmen pour ne pas le nommer, à 13:30 (« Concerts d’été »), s’est empressé
immédiatement – comme bien d’autres dans les dernières vingt-quatre heures sur
ces ondes radio-canadiennes fort déquébécisantes (voire tueuses de différences
sous le couvert d’une « radio de toutes les cultures »?) – de réduire à
…la « Saint-Jean »; événement qui reste, comme chacun sait, une
commémoration à connotation d’abord religieuse, et surtout et enfin coercible à
une simple ‘idée ethnique’ : « la canadiennefrançaiserie ».

Or la Fête nationale du Québec, c’est la Fête de
tous les Québécois – de quelque langue, de quelque religion, de quelque race et
de quelque origine qu’ils
*
soient. Bref, c’est la Fête d’une Nation. Visiblement insupportable à la
plupart des gens de Radio-Canada, en son sommet en particulier.

Radio-Canada, ou le désamorçage résolu et systématique
du pays naissant…?

Cela dit, tout ceci par hasard en quelque sorte;
puisque je n’écoute ou ne regarde pratiquement plus la SRC. Car le ratatinement
mental et l’endoctrinement intellectuel, on l’aura compris, ce n’est décidément
pas ma tasse de thé.

C’est qu’on a sa fierté, tout de même.
Et pas seulement, je vous l’assure, une journée par année.

Jean-Luc Gouin
Capitale nationale du Québec, le 24 juin 2003

Peregrin@q-bec.com

* …Bien
sûr que le masculin inclut ici le féminin – et avec puissant amour, au surplus.