FÊTE NATIONALE DU QUÉBEC

FêTE NATIONALE DU QUéBEC
Marée bleue au parc des Cèdres

(Le texte suivant de Mathieu Boivin est extrait du journal Le Droit du 25
juin 2003)

Pour une dernière fois en 2003, plusieurs centaines de personnes ont souligné
la Saint-Jean-Baptiste au parc des Cèdres du secteur Aylmer, sous des airs
folkloriques très québécois.

Tout au long de la soirée, "le Rêve du diable" et La Bottine souriante ont
chanté sur l’estrade du parc, en faisant danser l’imposante foule qui s’était
réunie pour l’occasion. Le houblon coulait à flot et les gens ont tous lâché
leur fou !

Plusieurs activités ont également eu lieu toute la journée, en incluant le
traditionnel défilé de la Saint-Jean-Baptiste.

Pour plusieurs personnes rencontrées, il est toujours primordial de célébrer
la Fête nationale du Québec avec conviction. "Il faut s’affirmer en tant que
Québécois, a expliqué un jeune homme particulièrement en verve, Patrick Meunier.
Il faut célébrer notre culture et nos traditions. C’est le seul moment de
l’année où on peut démontrer au monde entier qu’on est fier d’être Québécois."

Un autre membre de cette famille, Gaétan Meunier, voyait la chose du même
oeil. "C’est important de rappeler au Canada anglais qu’on existe et qu’on sera
toujours là", a-t-il indiqué, verre de bière à la main.

Pour le président d’Impératif français, Jean-Paul Perreault, l’édition de
L’Outaouais en fête de cette année en est une exceptionnelle. "Montréal et
Québec peuvent être jaloux de nous cette année, a-t-il indiqué. Nous avions une
cohorte d’artistes très intéressante à présenter à nos visiteurs. Nous avons eu
beaucoup de visiteurs, dont plusieurs touristes. La Fête nationale a toujours
été un succès à Aylmer, mais cette année a été encore meilleure que les
précédentes."

M. Perreault affirme que les gens ont eu le coeur à la fête, tous au long des
quatre jours de L’Outaouais en fête. "Cet après-midi, nous avons eu un défilé
exceptionnel, a-t-il dit. Toutes les activités ont attiré plusieurs visiteurs
depuis samedi."

Pour terminer, M. Perreault y est allé d’une grande rhétorique à propos de la
Fête nationale des Québécois. "Nous représentons un des peuples les plus riches
per capita au monde, a-t-il signalé. Plusieurs de nos compatriotes sont connus
partout sur la Terre. Notre nation est très productive et il est important de
s’arrêter au moins une fois par année, pour fêter notre réussite."

(Le 27 juin 2003)