ENCORE LES « AFTER HOURS »

ENCORE LES « AFTER HOURS »

Monsieur Robert Laramée (
r.laramee@ville.montreal.qc.ca
)
Ville de Montréal

Bonjour monsieur,

J’avoue comprendre difficilement le fait que la Ville de Montréal semble se
prosterner devant les propriétaires ( …) de bars de style « After hours »
(dénomination unilingue anglais pourquoi?) non seulement en n’éliminant pas ces
commerces constituant des nids de criminalité, mais accepte plutôt d’en
augmenter le nombre à dix.

J’aimerais d’abord faire remarquer que ces bars sont ceux où ont été commis
le plus de meurtres ou tentatives de meurtre ces deux dernières années à
Montréal.

Les représentants de ces bars disent que ceux-ci rehaussent l’image de la
Ville de Montréal. Je dirais, comme la plupart des résidants du centre-ville de
Montréal, que c’est plutôt l’inverse.

Au fait, en plus du nombre de crimes qui y sont commis, l’image que dégagent
ces endroits lorsqu’on y passe tard la nuit est des plus dégradantes pour la
ville.

D’une part, les gens qui se trouvent dans les files d’attente sont
généralement indisciplinés et bruyants en plus de bloquer carrément les
trottoirs aux passants. D’autre part, les videurs (bouncers) de ces bars (…)
vous envoient promener en vous lançant des injures EN ANGLAIS lorsque vous vous
adressez à eux en français. çA c’est une belle image pour la ville de Montréal,
supposément la 2e ville francophone au monde. Les touristes, principalement les
Européens, qui (les) crier en anglais à tout le monde doivent vraiment garder
une belle image de la ville… à moins qu’ils soient états-Uniens et habitués à de
telles images dans leurs propres villes. Les touristes de Montréal NE SONT PAS
EXCLUSIVEMENT DES ANGLOPHONES!

Il me semble que la Ville de Montréal, devrait être en mesure d’exiger que
les employés de ces bars soient D’ABORD D’EXPRESSION FRANçAISE,
(avec l’anglais COMME LANGUE SECONDE)… et non UNILINGUES ANGLAIS INCAPABLES DE
DIRE UN MOT EN FRANçAIS comme c’est le cas présentement. De plus, il me semble
que l’Office de la langue française (OLF) devrait aussi exercer une surveillance
là-dessus. Dans le cas de l’OLF (avec le gouvernement fédéraliste Charest aux
pouvoirs à Québec!) permettez-moi de douter qu’elle agisse là-dedans!

D’ailleurs, ces mêmes remarques à propos des bars de style "after hours" vaut
aussi pour les bars des heures normales où les "crieurs" placés à leur entrées
dans la rue Sainte-Catherine SONT TOUS UNILINGUES ANGLAIS et invitent les
clients en CRIANT AUX PASSANTS EXCLUSIVEMENT EN ANGLAIS. Il me
semble que la ville doit agir le plus rapidement possible là-dessus car, à mon
avis, l’image de la ville s’en ressent énormément.

Yves Hamel
yves@hamel.org
Montréal