DYANE ADAM : UN RAPPORT ANNUEL DÉCONCERTANT !

DYANE ADAM : UN RAPPORT ANNUEL DéCONCERTANT !

L’assimilation avez-vous dit ? De qui ?
Des francophones au Canada ? Mais non ! Cela n’existe plus ! Cela a-t-il
d’ailleurs déjà existé ? Lisez le chapitre premier du dernier rapport de la
Commissaire aux langues officielles, Mme Dyane Adam, vous allez tout comprendre.
C’est écrit en noir sur blanc : (…) un membre d’une communauté minoritaire
de langue officielle qui utilise une autre langue que sa langue maternelle au
foyer, au travail ou ailleurs ne renonce pas pour autant à sa langue maternelle.

(p. 13). Et à la page 12 : (…) Outre les milieux familial et scolaire, le
lieu de travail est un endroit ou les communautés francophones (
hors Québec)
s’affirment et vivent en français
, ou encore p. 11 l’apparence d’un
transfert linguistique peut cacher, en réalité, une forme de bilinguisme additif
,
écrit la commissaire Adam. Quand je vous disais qu’ils en fumaient du bon ! a
ironisé le président d’
Impératif français,
Jean-Paul Perreault, à la lecture du dernier rapport annuel de la Commissaire
aux langues officielles.

Blague à part, M. Perreault s’est dit
outré des inepties qu’on trouve dans le chapitre premier du rapport annuel de la
Commissaire aux langues officielles et qui est intitulé Dualité et diversité
– l’album photos de nos langues et cultures : comprendre le passé et bâtir
l’avenir
. Dans ce chapitre, la commissaire fait sienne les analyses des
sophistes pour qui la francophonie du Canada se porte bien – à preuve le nombre
de francophones a augmenté au Canada hors Québec – alors que l’exode (encore
lui) des anglo-québécois se poursuit ! En traçant son bilan du passé, la
Commissaire a évidemment omis de parler de toutes les législations qui ont été
adoptées par les provinces canadiennes-anglaises afin de limiter, voire
interdire, le français sur leur territoire canadien et qui ont eu l’heur de
réduire les communautés francophones à leur taille actuelle. Ce chapitre premier
fait l’apologie du bilinguisme individuel et passe complètement sous silence les

difficultés
auxquelles le français est confronté au Canada, selon

Impératif français
.

« Le Commissariat fait dorénavant partie
des institutions de propagande du gouvernement fédéral, au même titre que
Patrimoine Canadien et le Conseil privé, en déplaçant l’objectif de la politique
linguistique canadienne qui devait porter sur le développement des communautés
francophones (ce sont elles qui en ont le plus besoin) et le bilinguisme
institutionnel vers les joies du bilinguisme individuel canadian. Dans ce
chapitre, la Commissaire utilise son expertise pour montrer que l’anglicisation
des francophones au Canada n’existe pas ! Ce faisant, elle commet une faute
morale grave à l’égard de ceux qui ont le plus besoin d’elle, les francophones
hors Québec », a poursuivi M. Perreault.

« Qui plus est, dans ce chapitre, la
Commissaire dénigre ceux qui dénoncent l’assimilation des francophones au Canada
en sous-entendant que leur point de vue est celui de passéistes, de nostalgiques
qui se laissent porter par les courants de l’histoire » (p. 18), a
commenté M. Perreault.

Affirmant que cette réécriture de
l’histoire et de la réalité actuelle du fait français au Canada ne peut être
passée sous silence, le président d’Impératif français invite tous ses lecteurs
à relire l’ouvrage de feu le sénateur Jean-Maurice Simard ( De la coupe aux
lèvres un coup de coeur se fait attendre
) et, présente ici deux de ses
citations :

« Il est
indéniable que la continuité linguistique et culturelle des minorités
linguistiques francophones du Canada n’est pas acquise
. » (p. x)

ET

« La
dualité n’est pas synonyme de bilinguisme individuel… La dualité linguistique
signifie que le citoyen francophone ou anglophone peut se retrouver dans son
pays, se reconnaître dans ses symboles et ses rituels, se faire servir, vivre,
s’éduquer et travailler dans sa langue. il ne faut pas confondre les deux.
»

Inutile d’ajouter que Mme Dyane Adam est
cette année une candidate de choix pour le Prix COCO, a conclu le
président d’
Impératif français.

P.-S. Le rapport annuel du Commissariat
aux langues officielles est accessible à l’adresse

http://www.ocol-clo.gc.ca/publications/ar_ra.asp?Lang=Francais
. Il est
possible de communiquer ses commentaires à la Commissaire aux langues
officielles à l’aide de l’adresse électronique suivante :



message@ocol-clo.gc.ca

Source :

Jean-Paul
Perreault

Président

Impératif français

Recherche et
communications

C.P. 449,
succ. Aylmer

Gatineau
(Québec) J9H 5E7

Tél. : (819)
684-8460

Téléc. : (819)
684-5902



Imperatif@imperatif-francais.org


www.imperatif-francais.org