COURRIEL, UN TERME INVENTÉ AU QUÉBEC

COURRIEL, UN TERME INVENTé AU QUéBEC
La France adopte le terme québécois courriel

Le terme «courriel», inventé et largement utilisé au Québec depuis les
années 90, correspondant à l’anglais «e-mail», a été publié au Journal
officiel du 20 juin 2003.

La Commission générale de terminologie et de néologie l’a adopté comme
conforme à l’usage de la langue française, a annoncé mercredi dans un
communiqué le ministère de la Culture et de la Communication.

L’usage de ce néologisme s’est d’abord répandu dans la presse avant d’être
consacré par la Commission générale. La publication au Journal officiel rend
obligatoire son utilisation dans l’administration.

En 1997, la Commission avait proposé, comme synonyme au terme anglais, le
terme «courrier électronique», qui reste utilisable en tant que synonyme de
«e-mail» et de «courriel».

Présidée par l’académicien Gabriel de Broglie, la Commission générale de
terminologie et de néologie fait partie du dispositif d’enrichissement de la
langue française, institué par le décret du 3 juillet 1996.

Ce dispositif a pour objectif de trouver des termes ayant des sonorités
françaises pour désigner les notions nouvelles, notamment dans les domaines
scientifique et technique.

(Ce texte diffusé par l’Agence France-Presse, Paris, le mercredi 9 juillet
2003 nous a été communiqué par notre correspondant M. Daniel Duclos.)