CHANTAGE ÉHONTÉ

Les anglophones de l’Outaouais accusés de chantage

Les
anglophones de l’Outaouais sont prêts à faire la promotion de la nouvelle ville,
pour éviter son éclatement… mais à une condition bien précise.

L’Association des West Quebecers affirme que ses membres appuieront la
fusion, mais seulement si la Ville de Gatineau adopte une politique de
bilinguisme. Les résidents de langue anglaise ont fait cette demande par écrit,
dans une lettre envoyée à tous les membres du conseil, quelques jours avant la
rencontre des élus de Gatineau à Mayo.

Selon le directeur de l’Association des West Quebecers, Rick Anderson,
l’adoption d’une politique de services bilingues serait une preuve que la
fusion, c’est bon pour les anglophones.

Certains conseillers municipaux déplorent l’attitude de l’Association des
West Quebecers. La conseillère du district des Riverains, Thérèse Cyr, soutient
que les anglophones sont très bien traités à Gatineau, et elle refuse de céder
au chantage.

Quant au maire Yves Ducharme, il se dit prêt à offrir plus de services
bilingues, si le gouvernement lui donne l’argent pour le faire.

(Extrait du site Internet de Radio-Canada le 18 juillet 2003)