BOYCOTTAGE DES PRODUITS ANGLO-SAXONS

BOYCOTTAGE DES PRODUITS ANGLO-SAXONS
Les anglo-saxons craignent que l’Humanité décide à son tour de les boycotter
!

Le texte suivant diffusé par l’AFP soulève, à sa façon, la question sur la
réponse appropriée à donner aux gestes des anglo-saxons de boycotter
certains produits français.

Certains médias nous apprennent que les pays anglo-saxons (états-Unis, le
Royaume-Uni, Australie)craignent davantage que les non-anglophones se
mettent à boycotter systématiquement les produits en provenance de leurs
pays, car ils auraient beaucoup plus à perdre !

Le texte suivant pourrait vous convaincre de l’urgente nécessité de le
faire.

BOYCOTTAGE DES VINS FRANçAIS
… de la menace à l’exécution

Bordeaux – Un boycottage des vins français, en particulier des vins de
Bordeaux, a commencé cette semaine de la part de distributeurs américains en
raison de la position française sur la crise irakienne, ont indiqué à
Bordeaux des négociants et des représentants de syndicats professionnels.

"Ce que nous craignons, et cela a déjà un effet direct, c’est un boycottage
non des consommateurs, mais des distributeurs, dans un contexte de
concurrence extrêmement vive", a déclaré Louis-Régis Affre, délégué général
de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France, à
l’occasion de l’Assemblée générale de l’Union des maisons de Bordeaux, l’un
des deux syndicats de négociants dans le Bordelais.

Nicolas Gailly, directeur général de "Barton et Guestier", a affirmé que ses
ventes avaient diminué, sans pour autant donner de précisions. Premier
exportateur de vins français aux états-Unis, selon lui, avec quelque huit
millions de bouteilles de vins français vendues dans ce pays, M. Gailly a
indiqué que les distributeurs américains avaient notamment "levé le pied sur
la promotion" des produits français.

Aux états-Unis en ce moment, "ce n’est pas politiquement correct de mettre
en valeur les produits français en général, les vins en particulier", a
estimé M. Gailly.

Ce constat de "situation délicate" est partagé par la société de négoce
Baron Philippe de Rothschild et par la société Ginestet. "Nos informations
font état d’une baisse très claire de la mise en place des vins français en
rayons, a assuré Christian Delpeuch, directeur général de Ginestet, qui
réalise environ 10 millions d’euros (environ 15 millions de dollars CA) de
chiffre d’affaires avec les états-Unis."

Quant à "la restauration, elle boude aussi les vins français", a souligné M.
Delpeuch, par ailleurs président de la Fédération des syndicats de
négociants

*******
NDLR – L’Humanité ne peut plus demeurer indifférence au prix que les pays
anglo-saxons font payer à ceux et celles qui utilisent leur liberté
d’expression, leur droit de penser, leur droit à la dissidence pour exprimer
une opinion contraire à la leur !

(Le 18 avril 2003)