ÉTAT D’AMAPA AU BRÉSIL

éTAT D’AMAPA AU BRéSIL
Le français va devenir la première langue étrangère enseignée dans les
écoles.

Joao Alberto Capiberibe
Gouverneur de l’Etat d’Amapa (Brésil), par Frédéric Farine

Joao Alberto Capiberibe : « Il y a 25 ans j’étais prêt à aider les
indépendantistes guyanais à jeter les Français à la mer. Aujourd’hui la
réalité du monde a changé. La bipolarisation a disparu. Je ne vois aucune
raison de rester sur la même position qu’il y a 25 ou 30 ans. »

Etudiant, il s’est opposé à la dictature militaire au Brésil. Quasi
guérillero, il a connu la prison puis l’exil pendant 9 ans avant de revenir
diriger l’Amapa, cet Etat coincé entre la rive gauche de l’Amazone et l’
Oyapock fleuve-frontière avec la Guyane. Maire de Macapa de 1989
à 1992 il a été élu gouverneur de l’Amapa depuis 1994. Joao Alberto
Capiberibe est aujourd’hui le fer de lance de la coopération régionale naissante
entre l’Amapa et la
Guyane. « Deux régions très isolées des pouvoirs centraux » explique-t-il.

On ne pourra pas reprocher au gouverneur de l’Amapa de ne pas donner corps à
ses convictions. Depuis l’amorce du rapprochement avec la Guyane : le
bitumage de la route vers la frontière française a repris, un centre de
langues Danielle Mitterrand a ouvert, 7000 personnes l’ont fréquenté en
trois ans, et le français va devenir la première langue étrangère enseignée
dans les écoles de l’Amapa.

Tout le texte est accessible à l’adresse

http://www.blada.com/chroniques/capi/capi1.htm

(Le 8 février 2003)