UNE VAGUE DÉFERLANTE, MARIO DUMONT

UNE VAGUE DéFERLANTE, MARIO DUMONT
Un programme teinté d’élitisme sélectionnant les plus fortunés.

Minute, monsieur Dumont!

écoutez-moi bien, monsieur Dumont! J’ai 75 ans. Je suis infirmière et native
d’une belle région du Québec, Saint-Casimir de Portneuf. Ma vie a été remplie
d’espoirs réalisés, tellement le Québec a progressé en 40 ans.

J’ai connu la réprobation de travailler comme femme mariée. J’ai connu
l’inéquité salariale ainsi que le non-droit au fonds de pension et aux
assurances comme mes collègues masculins. J’ai connu le refus d’une carte de
crédit à mon nom, chez Sears, à Brossard. Il fallait signer madame Arthur
Tartampion. J’ai connu l’impossibilité d’acheter une assurance privée pour ma
famille. J’ai connu l’obligation morale de ne pas empêcher la famille. J’ai
connu les filles-mères obligées de donner leur enfant.

J’ai connu l’inexistence de garderies, même payantes. Pas de surveillance du
midi à l’école, il fallait être à la maison. Et dire que vous, monsieur Dumont,
vous osez remettre en question nos garderies à 5$!

Mes enfants sont nés 9 et 10 ans avant l’assurance-maladie. Seuls les vaccins
étaient gratuits. Tout cela, il y a de trente à quarante ans seulement, même
adresse, même numéro de téléphone. Les jeunes femmes ne veulent pas le croire.
Monsieur Dumont le réalise-il, lorsqu’il propose des « changements » que
j’estime être des reculs?

Au travail, ma première convention collective fut instaurée sous Jean Lesage.
Un progrès qui s’est révélé un facteur d’entraînement dans le reste de la
société contre la précarité d’emploi et de salaire.

Puis, l’assurance-maladie a fait en sorte que je n’avais plus à choisir entre
une opération nécessaire ou l’épicerie!

Un jour, je lis dans les journaux une déclaration de monsieur Bourassa; je
reconnais mes propres paroles rabâchées à mon syndicat. Il disait : « L’argent
des femmes a la même valeur que celui des hommes et devrait leur acheter
dorénavant, assurances et fonds de pension dans la fonction publique. »

Autre délivrance : l’assurance-automobile donne congé de la cour et des
avocats pour le moindre accrochage.

La loi Kirkland-Casgrain donna le pouvoir juridique aux femmes, ce qui me
permit d’avoir enfin une carte de crédit à mon nom et de signer « Pierrette
Trottier » plutôt que madame Arthur Tartampion.

La contraception a fini par devenir un choix admis, permettant des maternités
responsables. Enfin, le régime des rentes et les RéER, deux mesures sociales
importantes, ont ajouté un filet de sécurité à des vies modestes comme la
mienne! Maintenant, monsieur Dumont se propose tout simplement de mettre fin à
la sécurité que représentent les RéER.

Monsieur Dumont se propose de refuser aux étudiants les avantages dont il a
profité lui-même quand il a fait ses études, comme les frais de scolarité à
l’université québécoise, les plus bas en Amérique. Tout son programme est teinté
d’élitisme, en sélectionnant les plus fortunés.

Quand j’entends toutes les inepties, toute la mauvaise foi politique
transformant le système de santé en épouvantail, je me souviens et je constate
que nous n’avons jamais été autant soignés. Dans les années 70, les
septuagénaires ne recevaient pas les soins d’aujourd’hui : pas de pontages, pas
de remplacements de hanches, pas de réadaption, pas de pace-maker, pas
d’opération de cataractes, etc.

Quand les urgences débordent, c’est parce que personne n’est refusé! Est-ce
admirable ou scandaleux? Par ailleurs, cet engorgement a existé sous tous les
régimes. Demandez à madame Lavoie-Roux, ministre de la Santé, sous Robert
Bourassa, fin des années 80. à cette époque, vous aviez 15 ou 16 ans, vous
rappelez-vous, monsieur Dumont?

La vraie désorganisation découle des coupures du gouvernement fédéral dont
l’engagement dans la santé de 50% au départ a diminué à 14%. On le mentionne
rarement, occupés que nous sommes à flétrir l’actuel gouvernement!

Cette propension à nous croire la plus malheureuse et la plus pauvre des
provinces, à ne comparer avec personne, m’agace au plus haut point! Quand le
gouvernement, par compassion, a fait traiter certains cancéreux aux Etats-Unis,
on a dénoncé aussi ce fait comme scandaleux!

D’un côté, il y a le gouvernement central qui enrichit systématiquement
l’Ontario, en y ayant le siège du gouvernement, l’industrie automobile, les
laboratoires de recherche, l’armée, et j’en passe. Dans l’autre plateau de la
balance, il y a les efforts soutenus du même gouvernement en vue de déstabiliser
le Québec. Le ministre libéral Stéphane Dion n’avait-il pas dit, en 1995, qu’il
fallait « faire souffrir le Québec »?

Il y a donc une logique et non une honte derrière la pauvreté, si le mot «
pauvreté » peut décrire le Québec sans faire injure aux vrais pauvres de la
planète!

Le seul antidote serait d’être « maîtres chez nous »! ça, ce serait bouger et
amener du changement! Là, vous l’auriez, l’affaire!

Tous les progrès de justice sociale qui ont jalonné ma vie me semblent
aujourd’hui menacés par une vague déferlante nommée Mario Dumont. Sans
expérience pertinente, sans équipe aguerrie, narcissique, au point de prendre
ses décisions à chaud, sans les soumettre auparavant aux membres de son parti,
complètement hors du champ de la relation de cause à effet dans sa pensée
d’improvisateur, les sondages le donnent pourtant comme le plus apte à
gouverner!

à mon avis, son programme se révèle plutôt apte à créer le chaos en santé, en
éducation, dans la fonction publique, dans les finances publiques et dans nos
mesures de protection sociale.

Réfléchissons, bon sang!

Pierrette Trottier,
Brossard
akahle@videotron.ca

(Le 4 novembre 2002)