UN CHOIX STRATÉGIQUE !

UN CHOIX
STRATéGIQUE !

GATINEAU,
MéTROPOLE FRANçAISE DE L’OUTAOUAIS

Selon le
recensement de 1996 de Statistique Canada, la communauté anglophone
d’Aylmer a augmenté de 19,05 % grâce à l’assimilation des francophones et des
allophones. Avec 5,41 %, Aylmer a en effet l’un des plus forts taux
d’assimilation francophone de la région et du Québec.

à Aylmer, la langue
dominante dans les transferts linguistiques est l’anglais, qui attire 100 % du
solde net des transferts, dont 52,5 % proviennent des francophones et 47,5 % des
allophones ! Le modèle linguistique « à la Aylmer » encourage l’anglicisation et
l’assimilation, empêchant le français de devenir la langue commune et d’usage
public, puisque 18,3 % de la population y pratique toujours, de façon acharnée,
un unilinguisme anglais béat.


Dans le secteur Aylmer, la minorité impose sa langue et la majorité se laisse
assimiler !


Assimilation linguistique – secteur Aylmer

Langue


Maternelle


Usage


écart


%


Anglais

11 470

13 655

2 185

19,05


Français

21 175

20 030

– 1 145

– 5,41


Autres

2 035

995

– 1 040

– 51,11


Total

34 680

34 680


Source : Statistique Canada – 1996

La fusion des cinq
municipalités de la Communauté urbaine de l’Outaouais (CUO) n’a sûrement
pas eu lieu afin de répandre à l’ensemble de la nouvelle ville de Gatineau les
dégâts facilement observables que l’anglicisation et l’assimilation causent à
Aylmer.



La fusion des cinq municipalités de la CUO ne doit pas avoir
comme conséquence de répandre sur l’ensemble de la nouvelle ville de Gatineau
l’anglicisation et l’assimilation qui ont cours à Aylmer. étendre à l’ensemble
de la nouvelle ville de Gatineau les pratiques et le modèle linguistiques de
l’ex-ville d’Aylmer serait, sans l’ombre d’un doute, un très « mauvais choix
stratégique ».



P.-S. Vous pouvez communiquer vos commentaires à l’adresse
suivante :



planstrategique@ville.gatineau.qc.ca



Impératif français

Recherche et
communications

Tél. : (819)
684-8460

Courriel :
Imperatif
@imperatif-francais.org

(Le 2 décembre 2002)