TOUT CELA SOULÈVE PLUSIEURS INTERROGATIONS

TOUT CELA SOULèVE PLUSIEURS INTERROGATIONS
Québec – Le gouvernement du Québec et ses SOCIéTéS d’état ?

En novembre dernier, Versatel, une entreprise de l’Outaouais québécois,
quittait le CDTI, mais conservait tout de même ses crédits d’impôt. Le
gouvernement
du Québec, par l’intermédiaire de ses sociétés d’état, optait donc ainsi de
cautionner
alors les pratiques d’exclusion du français, dont l’unilinguisme anglais de son
site Internet :
http://www.versatelnetworks.com/

Comme si ce n’était pas assez ! Le 1er juin dernier, Versatel reçoit un
autre financement au montant de 7,5 millions de dollars en capital-risque :
«Le Fonds a annoncé mercredi un investissement de 4 millions $ dans
l’aventure Versatel. Il s’embarque en compagnie d’Innovatech du Grand Montréal
(1,5 millions $), la Banque de développement du Canada (1,5 millions $) et la
Société
de diversification économique de l’Outaouais (500 000 $).» (LeDroit, 2 juin
2002)

> Daniel Duclos
> Gatineau
> d.duclos@sympatico.ca

————————————————————————–
DéMéNAGEMENT ET FINANCEMENT DE VERSATEL

Camille Villeneuve, président de Multivesco Inc., siège au conseil
d’administration d’Innovatech. Il est aussi le co-propriétaire des immeubles qui
abritent
les CDTI en Outaouais. Les CDTI sont financés par Innovatech dont M. Villeneuve
est aussi membre du Conseil d’administration.

Le consortium Heafey-Marois-Villeneuve possède déjà le CDTI du 200, rue
Montcalm. Le groupe Heafey gère celui du 490, boulevard Saint-Joseph.
Les propositions pour un nouveau CDTI devront parvenir avant le 25 janvier à
Investissement Québec.

http://www.cyberpresse.ca/droit/actualites/0201/act_302010053698.html

«Le fédéral, c’est le meilleur locataire qu’on puisse avoir dans notre
pays», a déclaré hier matin le promoteur Camille Villeneuve du groupe
Multivesco, en souriant à ses associés Pierre Heafey et Maurice Marois.
Multivesco érigera un édifice de 11 étages au 200, rue Montcalm, dans le
secteur Hull au coût de 50 millions $. Il s’agira d’une phase III pour ce
complexe, qui compte déjà deux autres tours à bureaux vitrées. Le nouveau
bâtiment abritera des employés de Développement des ressources humaines Canada.

http://www.cyberpresse.ca/droit/actualites/0202/act_302020067058.html

Le mercredi 21 novembre 2001
Réseaux Versatel quitte le CDTI et conserve ses rabais d’impôt

http://www.cyberpresse.ca/droit/actualites/0111/act_301110038191.html

Pierre Jury
Le Droit
Les CDTI ne grandissent pas assez vite pour les entreprises technologiques
de l’Outaouais. C’est ce qu’il faut conclure à la lumière du déménagement
de Réseaux Versatel, un locataire du CDTI du boulevard Saint-Joseph, dans
des locaux plus spacieux de la rue Jean-Proulx, à Hull.
«Versatel a obtenu une permission exceptionnelle parce que nous ne
voulions pas la pénaliser pour sa croissance. à notre connaissance, c’est
le seul cas du genre au Québec», a expliqué Noémi Labelle, porte-parole
d’Investissement Québec, qui accrédite les CDTI, les Centres de
développement des technologies de l’information.

Ces CDTI, au départ, voulaient regrouper sous un même toit des entreprises
de pointe pour créer une synergie. La formule a fort bien marché, en
Outaouais comme à Québec, Sherbrooke et Montréal, même si le
ralentissement dans le secteur de la haute technologie a fait couler
plusieurs entreprises au cours de la dernière année.

Mais pendant ce temps, d’autres continuent de croître, comme Réseaux
Versatel.

Versatel peut ainsi continuer de profiter de congés fiscaux et de crédits
d’impôts divers même si ces avantages sont normalement réservés à des
sociétés qui sont abritées dans un édifice désigné.

Deux édifices du genre existent en Outaouais, au 490, boulevard
Saint-Joseph (55 000 pieds carrés), et au 200, rue Montcalm (40 000 pieds
carrés). Tous les deux à Hull, tous les deux tous occupés.

«Nous n’avions pas le choix de nous trouver d’autres bureaux, a soutenu
Lévis Malenfant, président de Réseaux Versatel. Nous avons démarré avec 14
employés, nous sommes rendus à 52 et nous avions besoin d’espace
supplémentaire. Mais le promoteur – le propriétaire des deux édifices
CDTI, le groupe de Pierre Heafey – ne pouvait nous accommoder.

«Parallèlement, il y avait 15 000 pieds carrés de bureaux disponibles sur
la rue Jean-Proulx et nous avons négocié avec le propriétaire de l’époque.
C’est notre compréhension que nous pouvions conserver notre accréditation
CDTI, que nous avions depuis deux ans, même si nous n’avions pas de
garantie écrite à ce sujet.»

Selon Mme Labelle, Versatel s’est engagé à revenir au bercail du CDTI
«lorsqu’il y aurait de l’espace disponible en Outaouais».

«Oui, en principe», a rétorqué M. Malenfant. «Mais nous avons signé un
bail de cinq ans où nous sommes et nous avons investi dans cet édifice.»

Versatel a déménagé rue Jean-Proulx pendant les vacances des Fêtes, l’an
dernier.

Par coïncidence, l’édifice de 15 000 pieds carrés de la rue Jean-Proulx a
été vendu entre temps… au groupe de Pierre Heafey.

C’est donc dire qu’en réalité, l’Outaouais compte trois édifices CDTI.

C’est toute la politique des CDTI qui est par ailleurs remise un peu en
question avec cette permission allouée à Versatel d’avoir une
accréditation CDTI portative. C’est toute la politique de la synergie de
ces grappes industrielles qui est ébranlée.

Il n’est pas impossible que d’autres jeunes entreprises, coincées par la
pénurie d’espaces à bureaux dans les CDTI existants, exigent les mêmes
avantages fiscaux que Versatel.

Il y a eu un autre précédent similaire lors de la construction de la Cité
du multimédia, à Montréal.

Lorsque la bâtisse n’a pu être livrée à temps, de jeunes sociétés ont
quand même pu obtenir les crédits d’impôts du Québec même si elles
habitaient un peu partout. «Mais elles avaient signé des baux», a fait
valoir Noémi Labelle.

Entre temps, on apprend aussi que le groupe Heafey n’a pas cru bon de
construire une phase 3 au CDTI, jugeant sans doute que la demande commence
à s’essouffler. Une option pour une accréditation supplémentaire de 60 000
pieds carrés n’a pas été exercée avant le 1er septembre 2001, a ajouté Mme
Labelle.

Daniel Duclos
Gatineau
d.duclos@sympatico.ca

(Gatineau, 5 juin 2002)