LE CANADA SE DÉFRANCISE !

LE CANADA SE DéFRANCISE !

(Le texte suivant est extrait du journal La Presse du vendredi 13 décembre
2002.)

Dion fera connaître son plan d’action sur sur les langues plus tard

Berger, François

« MALGRé LES appels pressants lancés cette semaine en faveur de la promotion
de la langue française, dont le déclin au pays vient d’être constaté par
Statistique Canada, le ministre Stéphane Dion ne fera pas connaître avant la fin
de février son plan d’action sur les langues officielles.

Ce plan, qui visera à stimuler les langues officielles (anglais et français)
dans les milieux minoritaires et l’usage du français dans la fonction publique
fédérale, a fait l’objet d’une large consultation au pays depuis 18 mois. Mais
il ne pourra être présenté avant le budget fédéral de février prochain, a
confirmé hier un porte-parole du ministre Dion, responsable des langues
officielles.

La commissaire aux langues officielles, Dyane Adam, a invité le ministre
cette semaine à présenter rapidement le plan d’action, étant donné la précarité,
notamment, de la langue française au pays. Mme Adam avait constaté l’été dernier
que de nombreux fonctionnaires anglophones ne parlent pas français même si leur
poste est officiellement bilingue.

Hier, le groupe souverainiste(1) Impératif Français a appelé
M. Dion à publier dans les plus brefs délais son plan d’action. Le président de
cet organisme, Jean-Paul Perreault, a dénoncé la "lenteur" du ministre devant le
recul du français au Canada.

Le dernier recensement, dont les résultats ont été publiés mardi, a montré
une baisse de l’usage du français dans l’ensemble du pays, sauf au Québec. Dans
cette province, l’anglais a encore un attrait plus grand que le français chez
les immigrants.

Le porte-parole du ministre Dion, André Lamarre, a indiqué hier que le plan
est en préparation en collaboration étroite avec les ministères du Patrimoine et
de la Justice ainsi qu’avec le Conseil du Trésor, qui tient les cordons de la
bourse.» (La Presse)

****************

1– NDLR du site Internet d’Impératif français

Impératif français n’est pas un organisme souverainiste (ou
fédéraliste) comme le mentionne ci-haut le journaliste François Grenier de La
Presse, mais un organisme de recherche et de communications pour la défense et
pour la promotion de la langue française et des cultures d’expression française.