L’ACV UNE ATTAQUE AU CERVEAU!

1-800-STROKES

UNE ASSOCIATION AMéRICAINE

Monsieur,

je viens de consulter le site de la National
Stroke Association. Je constate de votre article
(NDLR Cet article est publié à la fin de ce texte)
que vous vous demandez:

"Je ne peux comprendre qu’une association qui se dit
nationale », n’ait pas pensé à concevoir un site Internet
bilingue français/anglais, dès le départ et ce, bien avant
d’y inclure de l’espagnol, qui n’est pas une des langues
officielles du pays, à ce que je sache."

L’association en question est américaine. Qu’elle offre
ses services linguistiques en anglais et en espagnole me
semble toute à fait normal. Qu’elle les offre, même
partiellement, me semble gracieux. Avez vous commis une
erreur de tir ici? Rien ne ternit plus nos efforts de
promouvoir la légitime place de la langue française à
travers ce pays (le Canada) que des fausses accusations.

Albert Lebastard
lebastard.albert@caramail.com

Stn Sk S7H 4Y7
(Le 30 avril 2002)


S’ADAPTER à L’AUDITOIRE FRANCOPHONE

Oui… ils ont "partiellement" corrigé leur tire depuis les plaintes que
j’ai envoyées à CKAC… Il était impossible d’obtenir de l’information
claire en français sur la ligne 1-800 et le site Internet au début de la
diffusion de leurs messages. On ne donnait que de l’information en espagnol
et en français au téléphone…. et sur le site Internet il n’y avait qu’une
partie anglais. S’il s’agit d’une "Association américaine"…. qui diffuse
de l’information sur une station radiophonique de Montréal, ils doivent
alors s’adapter à l’auditoire FRANCOPHONE de Montréal et non pas à celui des
états-Unis. Ce qu’ils ont fait à LA SUITE DE MES PREMIèRES PLAINTES!

Simplement le numéro de téléphone (1-800-strokes) et le nom de domaine du
site Internet www.stroke.ca en disent long sur le respect de leur clientèle
francophone.

Des organismes comme cette association ont toujours des lignes différentes
et des noms de domaines différents selon la langue de la clientèle visée.

Yves Hamel
yves@hamel.org
(Le 30 avril 2002)


L’ACV une attaque au cerveau!

Depuis déjà quelques temps, on peut entendre des messages publicitaires sur
les ondes de CKAC à Montréal dans lesquels on nous parle de l’urgence d’agir
lors d’arrêts cardio-vasculaires. Or, dans les messages on parle de
l’Association nationale des ACV et on invite les auditeurs à téléphoner au
1-800-strokes où à aller sur le site Internet


www.stroke.org

.

Il y a quelques semaines j’ai téléphoné au numéro en question et je suis allé
sur le site Internet. D’une part, au numéro 1-800, il y avait un message
bilingue, mais, tenez-vous bien, en anglais et en espagnol seulement.

D’autre part, en allant sur le site Internet, on ne trouvait que du texte
anglais et espagnol. Récemment, j’ai constaté qu’une partie seulement du site de
la National Stroke Association a été traduit en français, probablement à la
suite d’une plainte que j’ai formulée à CKAC il y a quelques semaines déjà.

Ainsi, si on va sur le site

www.stroke.org

(où il n’est pas interdit d’aller formuler des commentaires et des plaintes,
soit dit en passant), tout demeure presque exclusivement en anglais, sauf un
petit texte d’explication en français.

Je ne peux comprendre qu’une association qui se dit « nationale », n’ait pas
pensé à concevoir un site Internet bilingue français/anglais, dès le départ et
ce, bien avant d’y inclure de l’espagnol, qui n’est pas une des langues
officielles du pays, à ce que je sache.

De plus, comment se fait-il que les responsables de cette Association (dont
le nom n’apparaît qu’en anglais sur le site) n’aient pas, non plus, pensé
demander l’enregistrement de noms de domaines dans les deux langues, une chose
facile à faire et qui ne coûte pas tellement plus cher. Par exemple ils auraient
pu aussi enregistrer,

www.acv.org
ou
www.arretcardiovasculaire.org
et diriger les internautes qui y accèdent à des sites différents où à un site
bilingue, ce que font la plus part des organismes fédéraux ou entreprises dites
nationales. Même chose pour le numéro 1.800 où on aurait pu demander aussi une
ligne différente en français 1.800.ARRETCV, par exemple, au lieu de demander aux
francophones, par l’entremise de CKAC de composer le 1.800.strokes (dont le mot
ne veut absolument rien dire pour la plupart des francophones du Québec.

Je crois que des organismes aussi inconscients que la National Stroke
Association
, qui nous fait penser à Air Canada et ses problèmes de
langue par les temps qui courent, méritent que l’on porte plainte, notamment, au
Commissariat aux langues officielles, dont l’adresse du site est
bilingue, cela va de soi…

http://www.ocol-clo.gc.ca

. Au fait, si vous allez dans la petite section française du site


www.stroke.org

vous allez voir qu’on y dit que l’ACV est une attaque au cerveau… c’est on ne
peut plus vrai dans le cas des dirigeants de l’association.

Yves Hamel

yves@hamel.org
Montréal

(Le 23 février 2002)