LA JOURNÉE NATIONALE DES PATRIOTES

LE 25 MAI : JOURNéE NATIONALE DES PATRIOTES

(Ce texte contient des extraits d’un article de la Presse canadienne du 25
novembre 2002)

Journée nationale des PatriotesAinsi
en a décidé le gouvernement du Québec qui, par la voix de son premier ministre,
Bernard Landry, en a fait l’annonce hier lors de la commémoration annuelle de la
Bataille de Saint-Denis. Le 23 novembre 1837, dans ce petit village bordant le
Richelieu, les patriotes remportaient en effet une grande victoire contre le
troisième régiment de l’armée britannique conduit par le lieutenant-colonel
Charles Stephen Gore.

"Ce jour férié soulignera la lutte des Patriotes de 1837-1838 pour la
reconnaissance nationale de notre peuple, pour sa liberté politique et pour
l’obtention d’un système de gouvernement démocratique, a précisé M. Landry. Il
rappellera notamment les efforts de démocrates éclairés, de Daniel Tracy à John
Neilson, d’Armury Girod à Louis-Joseph Papineau."

Ce symbole, historiquement chargé, prendra place dans nos calendriers le
lundi précédant immédiatement le 25 mai, comme le stipule le décret que le
Conseil des ministres s’apprête à adopter cette semaine pour officialiser la
chose.

"Plusieurs dates avaient été envisagées, précise M. Laporte, auteur de
Fondements historiques du Québec (Chenelière-McGraw-Hill), le 23 novembre, bien
sûr, mais aussi le 28 février, pour souligner la déclaration d’indépendance du
Bas-Canada faite par les Patriotes en 1838 ou encore le 25 février, date de la
pendaison de Thomas-Marie-Chevalier de Lorimier en 1839."

Entre février ou novembre, c’est le mois de mai qui, étrangement, a fait
l’unanimité auprès des comités d’historiens chargés de se pencher sur la
question. "Car c’est toujours délicat de célébrer des batailles", dit M.
Laporte.

Mai marque en effet le début des assemblées des Patriotes, une vaste
consultation publique menée entre le 7 mai et le 23 octobre 1837. Plus de 150
rencontres populaires ont été organisées aux quatre coins du Québec. "C’était un
extraordinaire mouvement démocratique, dit-il. Il était question de
responsabilités civiques et d’autres idées qui semblaient tout droit sortir des
livres de Voltaire. C’est donc un événement porteur de sens, qui va aussi
devenir désormais un anniversaire pédagogique capable d’aider les gens à mieux
comprendre la trame historique du Québec."