LA COLONISATION DES ESPRITS

LA COLONISATION DES ESPRITS
Taiwan à l’heure des noms «cool» !

(Le texte suivant de Marie-Julie Gagnon est extrait du journal La Presse du
mercredi 20 novembre 2002)

Un vendeur d’ordinateurs prénommé «Linus». Un enfant qui répond au nom de
«Yoyo». Une agente de professeurs d’anglais rebaptisée «Wei Wei». Un acteur
et propriétaire de bar fou de Porsche qui porte le nom de sa voiture
favorite. Un membre d’un groupe heavy metal qui se fait appeler «Boogie». à
Taiwan, les noms anglais ne sont pas forcément… des noms.
Avec la popularité croissante de l’anglais à Taiwan, l’utilisation de
prénoms à consonance plus internationale n’est plus marginale depuis
longtemps. Les noms chinois ayant tous une signification, certains
s’attribuent parfois des pseudonymes anglais qu’ils croient bien coller à
leur personnalité. Certains traduisent carrément leurs noms chinois.
D’autres se basent sur la consonance.

«Ils sont parfois choisis en fonction de la prononciation, explique Scott
Liu, professeur d’anglais et de chinois à l’école CLD de Taipei, parce
qu’ils sont proches des noms chinois, mais la plupart du temps, ils sont
donnés par les enseignants.» Et chaque enseignant a sa manière de choisir
les noms… Plusieurs adultes se «rebaptisent» eux-mêmes. «J’aurais pu
choisir quelque chose qui ressemble davantage à mon nom chinois, mais j’ai
choisi Alicia simplement parce que j’aime ce nom, affirme Huang Ya-Ching,
professeur de chinois à la même école que Scott Liu. Il existe aussi des
livres avec les significations des noms que les gens consultent pour choisir
un nom qu’ils aiment.»

Certains s’inspirent également de gens qu’ils admirent. Les Julia, A-mei et
Coco (deux chanteuses très populaires à Taiwan) ont la cote. Chez les
adolescents, il arrive de croiser des Eminem… ou des Jovi. «J’aime Bon
Jovi, explique l’employé d’un des cafés Internet de la chaîne Aztek de la
capitale, alors c’est pour cette raison que j’ai choisi de m’appeler Jovi.»

ET DE LA COLLECTE DES ORDURES EN ANGLAIS !

On se rappelera que :

Au début de l’automne, les résidents de la localité de Tainan, dans le
sud-ouest de Taiwan, ont eu toute une surprise à l’heure de la collecte des
ordures. Le camion de vidange n’a pas annoncé son arrivée en faisant jouer
la Lettre pour élise de Beethoven, ou tout autre pièce classique
habituellement jouée en boucle lors de la collecte des déchets tel qu’on le
fait partout à Taiwan. Cette fois, le camion a annoncé son arrivée avec des
leçons d’anglais.

Sacs à ordures à la main, les résidents des premiers quartiers à bénéficier
de ces cours d’anglais nouveau genre – trois pour l’instant – ont ainsi pu
apprendre comment dire: « How are you? » «I’m fine, thank you. »…

L’idée fait suite à l’annonce du gouvernement central de promouvoir
l’anglais à l’échelle de l’île. Les leçons ont été minutieusement préparées
de juin à août par des membres du bureau gouvernemental de l’éducation de la
ville et des professeurs. Une série de dialogues basiques ont été retenus.
Chaque leçon dure en moyenne cinq secondes et est diffusée pendant une
semaine, une demi-douzaine de fois, à chaque arrêt. Neuf camions au total «
enseignent » l’anglais pour le moment.

(Ce texte nous a été communiqué par notre correspondant Daniel Duclos.)