GUY CARBONNEAU

GUY CARBONNEAU
Une autre lettre ouverte !

Tout aura été dit au sujet de Guy Carbonneau et son départ au Texas. Du
sportif de salon qui souhaite que le gouvernement accorde plus d’importance
au sport professionnel qu’à la langue française jusqu’au croisé qui souhaite
le bûcher à M. Carbonneau pour sa conduite. Que dire de plus alors? Guy
Carbonneau se charge d’entretenir le débat : "Le Québec devrait faire preuve
d’une plus grande ouverture d’esprit en matière d’enseignement des langues
face au phénomène de la mondialisation." (Journal de Québec, le mardi 28 mai
2002, 85)

Erreur, M. Carbonneau, erreur! Vous avez tout faux! Ce n’est pas au Québec à
faire preuve de plus d’ouverture d’esprit, c’est à vous. Regardez la
situation linguistique nord-américaine en face et rendez-vous compte que la
langue française a besoin de lois pour se protéger et continuer à exister.
Soyez ouvert vous-même, acceptez que l’éducation au Québec, ça se passe en
français.

Je vous souhaite tout de même beaucoup de succès dans votre pays d’adoption
le Texas, un endroit reconnu pour son ouverture d’esprit… Cette fameuse
ouverture d’esprit qui dit, à peu de mots près: "La majorité a toujours
raison. Soyez ouverts! Faites comme nous disons!" Ainsi rien ne saurait
aller contre l’idéal texan de la famille blanche, anglo-saxone,
pseudo-religieuse et opposée à tout ce qui n’est pas droit moralement.
Quelle ouverture d’esprit!

Définitivement, vous serez heureux là-bas.

Marc-André Champagne
Québec
marcochampoux@hotmail.com

(Le 4 juin 2002)