GATINEAU, VILLE ANGLAISE

GATINEAU, VILLE ANGLAISE
Canada – Scott Reid : le Quebec Bashing comme politique.

Le 5 octobre dernier, le député allianciste, M. Scott Reid,
préconisait la
désignation de Gatineau comme ville bilingue. Après tout, faut être
équitable, affirmait-il : si Ottawa, la capitale du Canada, est bilingue,
Gatineau doit l’être aussi. Et ce d’autant, ajoutait le député, que le
Québec limite les droits des anglophones avec sa Charte de la langue
française !

Impératif français invite le député allianciste, conseiller
constitutionnel
de son chef, à cesser de proférer des inepties et à réfléchir aux faits
suivants :

  1. le programme de son parti prévoit le respect des compétences des
    provinces, notamment dans le domaine linguistique. Il peut le consulter sur
    le site Internet à l’adresse suivante : www.canadianalliance.com.
    (Incidemment, le site francophone de l’Alliance compte beaucoup moins de
    pages que la version anglaise, mais plus de fautes);
  2. depuis maintenant plus de 30 ans, le gouvernement fédéral a été
    incapable de respecter les droits des francophones dûment inscrits dans sa Loi
    sur
    les langues officielles. Ainsi, les déficiences du fédéral en matière de
    langue
    de service et de langue de travail, en français, notamment dans la région
    de la capitale fédérale, sont documentées par le Commissariat aux langues
    officielles qui, par ailleurs, a également déjà écrit que l’anglais était
    la principale langue de travail de la fonction publique, du côté québécois de
    la rivière Outaouais comme sur sa rive ontarienne;
  3. alors que la communauté francophone d’Ottawa connaît un taux
    d’assimilation qui avoisine les 25 %, la communauté anglophone de l’Outaouais
    québécois enregistre des gains grâce aux transferts linguistiques;
  4. enfin, toutes les provinces à majorité anglaise ont refusé et refusent
    encore de mettre réellement en ouvre leurs obligations constitutionnelles,
    eu égard aux droits scolaires des francophones qui doivent, en conséquence,
    en appeler à la Cour suprême afin de les obtenir à l’arrachée. En fait, ces
    provinces espèrent qu’avec le temps, le nombre de francophones s’étiolera
    au point où l’expression "là où le nombre le justifie" tombera en désuétude.

Scott Reid vient de nous prouver, encore une fois, que le Quebec bashing
est la véritable politique linguistique de l’Alliance canadienne. Dommage,
avec
ses compétences linguistiques, il aurait pu participer à un dialogue
constructif entre les deux solitudes.

L’adresse électronique du député allianciste est :

Reid.S@parl.gc.ca

Source :

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
C.P. 449
Aylmer (Québec)
J9H 5E7
Tél.: (819) 684-8460
Téléc.: (819) 684-5902
Courriel:
President@imperatif-francais.org

Site:
http://www.imperatif-francais.org