D’ICI L’ONTARIO À LÀ-BAS L’ONTARIO

ASSOCIATION CANADIENNE-FRANçAISE DE L’ONTARIO
DE PRESCOTT ET RUSSELL INC.
C.P. 435 ALFRED ONTARIO CANADA K0B1A0
TéL. : (613) 679.7621 TéLéC. : (613) 679.4116 COURRIEL :
jeanpoirier@hmnet.net

D’ICI L’ONTARIO à Là-BAS L’ONTARIO

Le 28 juillet, 2002

Monsieur Sylvain LAFRANCE
Vice-président, Radio française
Société Radio-Canada LETTRE OUVERTE POUR PUBLICATION

Montréal Québec

Monsieur le Vice-président,

Objet : Retrait à CBOF de l’émission Ici l’Ontario.

à titre de président de l’Association canadienne-française de l’Ontario
de Prescott et Russell, je tiens à vous exprimer nos plus vives protestations
pour votre décision de retirer de l’antenne de CBOF l’émission Ici l’Ontario.

Une autre « Petite vite », annoncée ( ?) discrètement en plein été,
d’une longue série de mauvaises nouvelles pour les Francophones
hors-Québec en provenance de leur radio d’état. Rien de nouveau, nous
savons depuis longtemps que nous sommes des citoyens de deuxième classe
à Radio-Canada. Mais votre dernier sapin que vous venez de nous passer
a de quoi couper le souffle.

à travers les années, les bonnes gens de la Maison mère de Radio-Canada
à Montréal ont développé tout un savoir-faire pour réduire au minimum
toute couverture pour la communauté francophone hors-Québec. Vous avez
de toute évidence concocté de belles recettes au goût amer pour nous
faire avaler la pilule plus souvent qu’à notre tour.

Oui, oui, nous sommes pleinement conscients des nombreuses coupures
sauvages imposées successivement par le gouvernement fédéral à
Radio-Canada depuis nombre d’années, avec les conséquences déplorables
sur la quantité et qualité de la programmation, entre autres. Et oui,
nous sommes sensibles aux difficultés de plaire à tout le monde, surtout
dans une zone frontalière aussi politiquement sensible que celle
d’Ottawa-Gatineau. Pourtant, les gens d’ici des deux côtés de la
rivière des Outaouais seraient sûrement capables de trouver un terrain
d’entente raisonnable si les beaux « smattes » de Montréal-qui-sait-tout
n’insistaient pas à nous imposer leurs diktats sans appel.

La recette, vous l’avez bien développée, Messieurs, Dames les gourous
radio de Montréal ! Premièrement, insérer une programmation régionale
(Ici l’Ontario) à la même heure qu’une émission réseau importante et
populaire (le Midi 15). Deuxièmement, diffuser partout ailleurs en
Ontario, l’émission Ici l’Ontario de 12 h15 à 14 h. ; mais à Ottawa,
laisser la dernière demi-heure, de 13 h 30 à 14 h., justement pour ne
pas nuire au Midi 15. Troisièmement, retirer complètement ce qui reste
d’Ici l’Ontario à Ottawa, prétextant… des balivernes, comme d’habitude,
style « Francophones hors-Québec, nous savons ce qui est bon pour vous,
donc voici ! »

L’émission Ici l’Ontario est la SEULE émission d’affaires publiques à la
radio qui permet au demi million de Franco-ontariens répartis à travers
un immense territoire de garder un contact et de prendre connaissance
des nouvelles propres à la province. Nous avons appris, il y a déjà
très longtemps, que nous ne pouvons malheureusement pas compter sur
vous, barricadés dans votre tour d’ivoire montréalaise, pour nous
transmettre toutes les nouvelles qui nous sont importantes.

Même nos amis et amies québécois en région se plaignent du nombrilisme
montréalais à l’antenne de Radio-Canada. J’adore Montréal, j’aime bien
à l’occasion des émissions en provenance de cette belle ville, mais je
ne veux pas que toute ma vie d’auditeur soit monopolisée par des
émissions réseau narcissiques montréalo-montréalaises. La circulation
sur le boulevard Métropolitain à Montréal ne nous touche guère dans nos
terres lointaines, qu’elles soient situées en région au Québec ou
ailleurs hors-Québec. Même le dimanche matin, vous nous avez soustrait
à CBOF deux belles heures de programmation locale pour les remplacer par
une (autre) émission réseau en provenance de….Montréal. Avec
l’animateur Joël Le Bigot qui nous a déjà souhaité la bienvenue en onde
(quand il le fait) par un « Hello Canada » avec l’accent anglais !

Nous comprenons les besoins d’émissions réseau et nous saluons la très
grande qualité de telles émissions. Mais quand vous dépouillez la
programmation régionale et locale comme vous le faites depuis quelques
années, et quand vous osez nous retirer notre dernière petite demi-heure
de notre seule émission d’affaires publiques ontariennes, et bien, nous
ne marchons plus ! Assez, c’est assez ! Redonnez-nous Ici l’Ontario
immédiatement et en plus, faites en sorte que les Franco-ontariens de la
région d’Ottawa cessent d’être pénalisés : nous voulons toute l’émission
! Déménagez-là d’horaire, s’il le faut, mais cessez de nous traiter de
cette façon. Vos coupures ont déjà fait trop de dommage dans le passé
en région, il ne nous reste presque plus rien. Pour les Francophones
hors-Québec, surtout, l’accès à la radio de Radio-Canada et à une
programmation régionale n’est pas un caprice ou un luxe, c’est une
nécessité absolue pour contrer une assimilation dont le taux ne fait
qu’augmenter.

Merci de nous redonner Ici l’Ontario et cette fois-ci au complet. Rien
de moins !

Je sais que vous trouverez cette lettre assez dure mais malheureusement,
vous ne nous laissez aucun autre choix. Je vous remercie de m’avoir lu
et je vous prie de recevoir nos meilleures salutations.

Le président,

Jean POIRIER