BANALISATION DU FRANÇAIS

BANALISATION DU FRANçAIS
Selon l’auteur de ce texte, l’importance du français reposerait sur
plusieurs mensonges.

NDLR – Nous avons communiqué avec l’auteur du texte suivant afin de connaître
les motifs qui l’animent. Vous pourrez prendre connaissance par vous-même de sa
réponse :

Pourriez-vous nous faire parvenir des renseignements sur ABC Service Langue
et nous dire l’objectif que vous poursuivez en diffusant le texte suivant ?
JV: Plus de vérité sur l’impérialisme français dans le monde dont vous êtes un
instrument (volontaire ou involontaire) de propagation…
Tout impérialisme est contre la démocratie. Tout impérialisme est contre
l’Homme.

NDLR – à partir de «quelques» citations, l’auteur en conclut que la langue
française, la francophonie et les cultures d’expression française occupent une
place trop importante, que ceux qui défendent la langue française sont des
impérialistes opposés à toute démocratie et même à l’Homme. Bref du délire !!!

Le nom de l’auteur du texte suivant et son adresse sont : Jean Viroux,
ABC.Service.Langues@skynet.be

Mensonges à propos du français …

FAUX :

Nombre de locuteurs
& universalité

Jean-Michel Magain, Les "Cajuns" débarquent, LS
25/7/90

"Nous sommes 500 millions à parler le français dans le monde", chante
Julos Beaucarne.
(sic)

Christian Laporte, Paroles, double fête de la langue et des jeunes, LS,
28/10/87

"…les 180 millions de francophones chers à Julos Beaucarne".

FAUX : Supériorité André Cherpillod, L’espéranto, langue
démocratique, Conférence faite au Mans, 5/12/99

(p.14) Les Etats-Unis et leur alphabet rudimentaire (sic) de 26 lettres.

‘L’anglo-américain (sic) est aux langues ce que le ténia (sic) est à
l’homme!’ (p.14)

(p.5) ‘Un Français peut bénir le destin qui l’a fait naître en France.’

FAUX : Clarté RIVAROL: "Ce qui n’ est pas clair n’ est pas
français."
FAUX : Richesse Félix Marganne, Simplifier l’ orthographe?, LB
19/12/90

"Le génie du français n’ est-il pas sa richesse du
vocabulaire, sa précision du terme propre, ses figures de style, ses
différences de l’ expression, ses comparaisons judicieuses, ses sonorités
savoureuses, etc."

FAUX :

Beauté supérieure

Albert Jacquard, Ma langue (dans: Préface d’ un
livre pour l’ école de Bourcy)

"Si le français est "la plus belle langue du monde", c’est qu’elle a su
absorber les mots que d’autres langues lui ont proposés et, acceptant le
mot, s’enrichir du concept évoqué par le mot."

FAUX : Tolérance Langue française – Comment l’ apprendre aux
immigrés? , LS 4/6/91

Pour la Maison de la Francité, le caractère international du français en
fait "le porteur de valeurs au premier rang desquelles figure la tolérance."

FAUX :

NOTRE langue

André Goosse, Le français, notre langue, LB
11/3/95

“Le français est notre langue, notre langue maternelle.”

Le français est notre langue depuis le 13e siècle au moins, c’est-à-dire
depuis que nos ancêtre ont senti le besoin d’écrire autrement qu’en latin.

“D’abord langue écrite, le français sera aussi peu à peu langue parlée,
d’abord dans les classes dites supérieures, qui continuent à recourir au
dialecte dans leurs rapports avec le peuple. Selon une progression qui sera
accélérée par l’enseignement obligatoire, cela s’étendra au peuple lui-même,
qui deviendra bilingue à mesure que la bourgeoisie cessera de l’être. Le
dialecte finira par être victime de la promotion du français; je ne suis pas
de ceux qui se réjouissent de ce corollaire.”

Vérités à propos du français …

Nombre de locuteurs :

Le recul

Place du français dans le monde

Marc Blanpain, Les lumières de la France, Le
français dans le monde, éd. Calmann-Lévy, 1967

(p.111) “En mettant les choses au mieux, on peut dire qu’ il n’ y a guère

aujourd’hui que 75.000.000 de ‘francophones’ dans le monde entier;”

Ma.D., Les francophones et la Révolution, LS 8/6/89

“Ils sont 70 millions à partager la même parenté linguistique.”

Les 10 langues les plus importantes, in: L’esperanto en marche,
3/1973, p.7

chinois: 605 millions anglais: 333 russe 203

espagnol 192 hindi 192 allemand 120

arabe 109 bengali 108 portugais 108

japonais 105

malgré ce qu’ on a tendance à croire, le français n’ appartient au groupe

des langues les plus importantes!”

P.D., Francophonie: le désert scientifique, LB 1/6/92

“Aujourd’hui, une bonne culture scientifique ne peut s’ acquérir que dans

des ouvrages et des revues publiés en anglais. »

Difficulté extrême

Pas de clarté

J.M. Jacques, Pensez Europe 93: parlez
esperanto, Revue de l’ organ. des études, 10, déc. 1990

“Ainsi, 12
terminaisons verbales suffisent à exprimer toutes les nuances du présent, du
passé et du futur. Quelle différence avec la langue russe qui en a 157,
l’allemand 364, l’anglais 652 et le français qui bat le record avec 2265
(sauf erreur ou omissions).” (p.39)

Albert Doppagne, 3 aspects du français contemporain, …

(p.10) "Mon regretté maître Antoine Grégoire avait dénombré, par exemple,
quarante-six façons de transcrire en français le simple son ô (o, ô, os, oh,
au, aux, eau, haut, hauts, ao, aô, aut, ot, ots, ôt, ôts, ault, auld, etc.).
Et il n’y a rien d’exceptionnel dans notre système, vous pouvez trouver plus
de façons encore pour écrire le son ‘an’, que vous entendez deux fois dans
le mot enfant."

CONSEQUENCES :

FRANCE 3 – 20.50, Des racines et des ailes, VA 7/4/99

Entre 10 et 20 % des Français … pourtant passés par l’école, sont
incapables de lire et comprendre un texte simple.

Dorothée Klein, Le français, un pont aux ânes, Le Vif/L’express,
29/5/98

De 60 à 70 % des étudiants de 1re candidature, toutes spécialités
confondues, ignorent la signification du mot ‘corollaire’, qui apparaît
pourtant fréquemment dans les syllabus. Plus de 80 % d’entre eux sont
également incapables de donner un synonyme de ‘stigmatiser’ ou de
‘dichotomie’. La plupart confondent ‘effraction’ et ‘infraction’ ou
‘induire’ et ‘déduire’…

Olivier Mouton, Que faire pour éviter la catastrophe en sciences?, LB
8/4/98

“Les petits francophones n’ont vu, à ce moment /en deuxième secondaire/,
que 39 pc des matières sur lesquelles ont interroge contre 74 pc ailleurs”,
vu l’analyse internationale des programmes officiels pour les matières
scientifiques.

Pauvreté Martinet A., Le français sans fard, 1974,
p.11-19

" Lorsqu’ on aborde le chapitre du lexique, la position du
français n’ apparaît plus sous un jour favorable: le français est une langue
où chaque mot doit être appris à part: méchanceté ne saurait être retrouvé à
partir de méchant, non plus qu’ amertume à partir d’ amer, comme on forme
sans difficulté en anglais, badness, naughtiness et bitterness, à partir de
bad, naughty et bitter. Là où l’allemand dérive, de blind ‘aveugle’, un
substantif ‘Blindheit’, le français d’aujourd’hui présente le latinisant
‘cécité’ . … Pour l’ Italien, qui dit cicco pour ‘aveugle’, le substantif
cecità apparaît comme un dérivé naturel, car il y a moins de disparité qu’
en français entre la forme ‘populaire’ et la forme ‘savante’

L’ anglais, qui dérive simplement blindness à partir de blind ne se prive
pas d’emprunter largement, comme le français, aux langues classiques et
connaît le terme technique ‘caecum’ mais il n’a pas abandonné les ressources
de la composition, si bien qu’ on peut, en anglais, exprimer un beaucoup
plus grand nombre de notions qu’en français, sans cesser d’employer des
formes connues de tous ."

“Il est certain que, du fait de la possibilité de combiner plus librement
les unités de sens, une personne qui connaît bien les 3000 mots les plus
fréquents de la langue anglaise verra ses besoins communicatifs mieux
satisfaits que celui qui pratique, avec une égale aisance, les 3000
homologues français."

Mauvais point de départ dans apprentissage
des langues
T.Bo., A quel âge l’enfant peut-il apprendre
une seconde langue?, LB 25/3/98

Tous s’accordent sur l’importance de l’entraînement de l’oreille.

Sylvaine drablier, directrice des Kiddy-classes: “Ainsi les enfants
musiciens s’en sortiront mieux pour les langues étrangères.” “De même que
les Slaves dont la langue va du très aigu au très grave. Ainsi, en russe,
possédant toutes les fréquences utilisées dans les autres langues, apprendra
plus rapidement une langue étrangère parce qu’il entendra très bien.”

Voilà donc pourquoi les francophones partent limités, eux dont le
répertoire phonique est des plus étroits. »

Apprendre une langue, un jeu d’ enfant!, AL 24/11/93

“La langue maternelle en français est une difficulté, puisqu’ elle est
incluse dans une bande de fréquences réduites. Ainsi, son oreille n’ est pas
exercée aux fréquences que l’ on retrouve dans d’ autres langues couvrant
des bandes de fréquence plus larges, comme les langues germaniques.”

(citation du prof. Dehan, pédagogue à l’ UCL)

Manque d’unité Goosse A., Retour à l’ orthographe, in: LB,
15/6/81

“ La phonétique et la phonologie varient selon les régions, au
point de rendre la communication difficile, par exemple entre les Québécois
et les ‘vieux Continentaux’."

Absurdités Duplat Guy, La libération joyeuse de la
langue, LB 27/09/00

Jean-Marie Klinkenberg, vice-président du Conseil
supérieur de la langue française :

« Les professeurs ont un rôle très important auprès des jeunes. Ils
doivent honnêtement admettre que l’orthographe qui braque tant de gens est
objectivement absurde et ne répond à aucune cohérence. Tous les linguistes
le savent, (…). Les professeurs doivent dire, à la fois, qu’elle est absurde
et nécessaire.

Les « finesses » du français …

0 Comment peut-on prononcer un « h aspiré » ?

1 Une séance en matinée (= l’après-midi)

2 Un procès verbal est écrit.

3 Un thé dansant.( le thé ne danse tout de même pas )

4 Une soirée dansante ( une soirée qui danse )

5 Une sauterie. ( on n’y saute pas; on y danse )

6 Des petits pois moyens. ( comment peut-on être les deux ? )

7 Avoir une idée derrière la tête (les idées sont plutôt dans la tête ) .

8 Brûler un feu rouge. ( D’ abord, ce n’ est pas un feu, mais une lumière
ou une lampe, et on ne brûle pas ces choses-là. )

9 Faire de l’alpinisme dans les Pyrénées.

10 Une place debout. ( Une place n’ est ni assise, ni debout ni pendue)
Etc.