ANGLICISATION DU QUÉBEC ET DES IMMIGRANTS

ANGLICISATION DU QUéBEC ET DES IMMIGRANTS
Les West Quebecers recevront 40 000 $ pour "accueillir" les nouveaux
arrivants !

(Le texte suivant de M. Sylvain Laqroques est extrait du journal LeDroit du
8 août 2002)

L’Association régionale des West Quebecers, un groupe d’anglophones
militants, recevra une subvention de 40 000 $ du gouvernement fédéral pour
"accueillir" les nouveaux arrivants en Outaouais, ce qui soulève l’ire
d’Impératif français.

"ça vient confirmer l’intention du fédéral d’oeuvrer à l’anglicisation du
Québec", lance le président du mouvement, Jean-Paul Perreault.

Julie Coulson, directrice générale des West Quebecers (Outaouais Alliance
jusqu’à tout récemment), nie avoir cette velléité. "Nous allons simplement
donner aux nouveaux arrivants des renseignements sur la région et sur les
services essentiels", explique-t-elle au Droit, sans pouvoir dire à quoi
exactement serviront les milliers de dollars.

Les West Quebecers dirigeront-ils les nouveaux arrivants vers les cours
d’anglais ou de français langue seconde? "On va les encourager à apprendre
le français, parce que c’est important pour vivre au Québec", soutient Mme
Coulson.

La subvention de 40 000 $ sur deux ans, dont l’annonce officielle n’a pas
encore été faite, proviendrait d’un programme de Patrimoine canadien.
Interrogé à ce sujet, le député de Hull-Aylmer, Marcel Proulx, a dit ne pas
connaître l’origine des nouveaux fonds.

Le député a néanmoins défendu le renouvellement de la subvention annuelle de
Patrimoine canadien aux West Quebecers, qui s’élève cette année à 124 000 $,
une somme qui s’ajoute à la subvention spéciale de 40 000 $. Le budget
annuel de l’organisme est actuellement de 142 000 $.

"Impératif français peuvent penser ce qu’ils veulent, mais la minorité
anglophone du Québec a droit à ça, comme les minorités francophones
hors-Québec, affirme M. Proulx. Le but, ce n’est pas d’angliciser
l’Outaouais, mais de permettre (aux anglophones) de survivre."

Impératif rejette cette thèse avec véhémence. "La conception du fédéral
selon laquelle il existe une minorité anglophone en Amérique du Nord est
machiavélique, croit M. Perreault. Pour respecter le statut d’égalité des
deux langues officielles, il faut que ce soient les minorités francophones
qui reçoivent plus de ressources."

********
Quelques adresses utiles :

The West Quebecers
(Outaouais Alliance)
www.westquebecers.com

Courriel : wq@magma.ca

Madame Sheila Copps
Ministre de Patrimoine Canada
Courriel : Copps.S@parl.gc.ca

Monsieur Stéphane Dion
Ministre responsable des langues officielles
Courriel : Dion.S@parl.gc.ca

Nous publions ci-après la réplique du président des West Quebecers parue
dans LeDroit du 9 août 2002 :

Une vision étroite de la dualité linguistique

(NDLR: réponse à l’article publié dans Le Droit, du jeudi 8 août) Les
West-Quebecers recevront 40 000 $ pour accueillir les nouveaux arrivants.)

Comme un rite annuel, on peut lire dans ce journal que M. Jean-Paul
Perreault, le président du mouvement Impératif français, dénonce le plan
"machiavélique" du gouvernement fédéral pour angliciser le Québec.

Ce rite estival nous arrive lorsque Patrimoine Canada annonce le
renouvellement des subventions annuelles versées aux associations régionales
de la communauté anglophone du Québec – les West-Quebecers entre autres.

à cet égard, la première chose importante à souligner – chose que M.
Perreault ignore – c’est que la communauté francophone en situation
minoritaire hors-Québec reçoit, de sa part, au-delà de 10 fois les sommes
accordées à la communauté anglophone en situation minoritaire au Québec. Cet
écart souligne, certainement, une reconnaissance du fédéral de la situation
précaire de la communauté francophone hors-Québec.

Ces subventions versées par Patrimoine Canada démontrent aussi, en partie,
l’engagement du gouvernement fédéral au principe de la dualité linguistique
du pays.

Mais en plus, dans ce journal, M. Perreault fait souvent connaître sa
demande de renforcer la Loi sur les langues officielles pour soutenir les
droits des francophones quand il y a des infractions à Air Canada, à la
fonction publique, à Postes Canada etc..

Vision étroite

Ce qui devient évident, par contre, c’est que M. Perreault croit que cette
loi doit offrir une protection pour la culture et les institutions
francophones seulement. M. Perreault nie l’existence d’une minorité
anglophone au Québec et demande que le fédéral cesse ses contributions au
soutien de cette communauté. La vision de M. Perreault est étroite.

Les West-Quebecers oeuvrent uniquement à revitaliser et mettre en valeur la
vie sociale et culturelle des anglophones de l’Outaouais en respectant le
principe de la dualité linguistique – de là notre devise: "une communauté
anglophone saine dans un Québec français sûr. Un Québec fort dans un Canada
uni".

Les deux communautés linguistiques de cette région ont une histoire
scintillante de partenariat. Les West-Quebecers la connaissent bien et
cherchent toujours à renforcer ces valeurs partagées.

Nous remettons en question les valeurs de M. Perreault.

Richard Henderson,
président, Association
régionale des West-Quebecers
www.westquebecers.com

Courriel : wq@magma.ca

(Le 11 août 2002)