ANGLICISATION DE GATINEAU I

ANGLICISATION DE GATINEAU I
La Commissaire aux langues officielles envisage de financer l’acculturation et l’anglicisation de Gatineau.

(Le texte suivant du journaliste Paul Gaboury est extrait du journal LeDroit du 10 octobre 2002)

Bilinguisme à Gatineau : le fédéral pourrait aider

En accordant des privilèges égaux au niveau des services aux anglophones et aux francophones, les villes de la région de la capitale nationale, Gatineau et Ottawa, se conformeraient davantage à la vision de la Loi fédérale sur les langues officielles, a soutenu hier la commissaire aux langues officielles, Dyane Adam.

Sans aller jusqu’à dire qu’elle souhaitait que Gatineau se donne un statut de ville bilingue, comme elle le souhaite au niveau constitutionnel pour Ottawa, la capitale canadienne, la commissaire Adam a expliqué qu’il serait souhaitable que les anglophones et francophones aient des privilèges égaux au niveau des services dans les villes de la région de la capitale nationale.

Selon elle, les récentes critiques de la communauté anglophone au sujet des services offerts en anglais dans la ville de Gatineau lui laissent croire que la nouvelle politique adoptée, qu’elle n’a pas vue, ne serait pas aussi généreuse qu’elle ne l’était dans certaines anciennes villes comme Aylmer.

" Il y aurait une politique adoptée à Gatineau (au sujet de la langue de services), mais je ne l’ai pas encore vue. Mais si on se fie aux commentaires des représentants de la communauté anglophone, elle ne serait pas aussi généreuse, trop restreinte et pas assez proactive. Mais encore là, peut-être est-elle plus généreuse que la perception qu’on en a ", a fait remarquer Mme Adam, jointe à Toronto hier.

Cela dit, elle explique qu’elle ne va pas jusqu’à demander à la ville de Gatineau qu’elle adopte un statut de ville bilingue, puisqu’elle reconnaît que les villes n’auraient pas cette capacité de se déclarer " bilingues " en étant des créatures provinciales.

Mais il serait souhaitable, selon elle, que dans la région de la capitale nationale, Ottawa et Gatineau accordent des privilèges égaux dans les services offerts dans les deux langues officielles.

" Si on reconnaît des privilèges égaux pour les deux langues officielles, à Gatineau, comme à Ottawa, c’est bon pour la région et c’est conforme à la vision de la Loi sur les langues officielles ", déclare Mme Adam.

Comme elle l’a fait pour Moncton et Ottawa, la commissaire aux langues officielles Dyane Adam se dit favorable à ce que le gouvernement fédéral offre une aide financière à la nouvelle ville de Gatineau afin qu’elle puisse améliorer ses services offerts à la communauté anglophone, comme le prévoit d’ailleurs l’article 43 de la Loi sur les langues officielles.

" Bien sûr qu’on pourrait faire plus au gouvernement fédéral pour les services municipaux, qui sont les plus près des citoyens. En ce sens, le gouvernement (fédéral) doit penser à des mesures incitatives pour améliorer les services dans les deux langues officielles ", a fait remarquer Mme Adam. (fin du texte du Droit)

Voir le texte ANGLICISATION DE GATINEAU II accessible à partir de la page d’accueil (www.imperatif-francais.org) pour connaître les réactions du président d’Impératif français.

*********
L’adresse électronique de la Commissaire aux langues officielles, Mme Adam, que nous vous recommandons grandement d’utiliser est :
message@ocol-clo.gc.ca

D’autres adresses utiles :

M. Sylvain Simard
Ministre responsable de l’Outaouais
ministre@meq.gouv.qc.ca

Mme Diane Lemieux
Ministre responsable de la Charte de la langue française
diane.lemieux@mcc.gouv.qc.ca

M. André Boiclair
Ministre des Affaires municipales
ministre@menv.gouv.qc.ca

M. Yves Ducharme
Maire de Gatineau
Maire@ville.gatineau.qc.ca

Bureau des conseillers de Gatineau :
Conseillers@ville.gatineau.qc.ca

(Le 11 octobre 2002)