ZONE DE LIBRE-ÉCHANGE DES AMÉRIQUES

ZONE DE LIBRE-éCHANGE DES AMéRIQUES
Le français doit être une des langues officielles de la ZLéA

Le français doit être l’une des langues officielles de la
Zone de libre-échange des Amériques
(ZLéA) et de ses institutions : c’est
le message essentiel que transmet aujourd’hui Impératif français à la
faveur du Sommet des Amériques qui doit se tenir prochainement à
Québec.

Or, malgré les déclarations péremptoires du ministre
canadien au Commerce international, M. Pierre Pettigrew, qui refuse de publier
les textes anglais et espagnols soumis à ce jour pour la négociation de
l’entente commerciale de la ZLéA, par respect, dit-il, pour les locuteurs
francophones, Impératif français s’insurge contre le fait que ces
textes ne soient pas à ce jour en français et qu’ils aient été transmis en
anglais au gouvernement du Québec par le gouvernement du Canada.

Ce que cet état de fait révèle, affirme le président d’Impératif
français
, M. Jean-Paul Perreault, c’est que le gouvernement du Canada n’a
jamais eu l’intention de faire du français l’une des langues officielles de la
ZLéA. Ce nouvel affront à la population francophone du Canada vient s’ajouter
à la privation d’une capitale bilingue et aux nombreux manquements énumérés
tous les ans depuis plus de trente ans dans le Rapport de la Commissaire aux
langues officielles. Tout ceci n’a rien d’étonnant quand on sait que les
habitants du Canada considèrent l’anglais comme la seule et véritable langue
officielle de l’état fédéral.

Le président d’Impératif français rappelle que le
gouvernement du Canada est toujours incapable de respecter sa propre Loi sur les
langues officielles adoptée il y a plus de trois décennies et qui fait du
français et de l’anglais les deux langues officielles du Canada. Il rappelle
qu’encore la semaine dernière, la Commissaire aux langues officielles
réprimandait le gouvernement du Canada pour son incapacité à desservir en
français les Acadiens du Nouveau-Brunswick qui représentent pourtant 30 % de
la population de cette province. Le président d’Impératif français
rappelle également que le gouvernement du Canada ne remplit toujours pas ses
obligations législatives envers les francophones dans sa propre capitale,
Ottawa, où sa négligence est directement responsable d’un taux d’assimilation
de 30 % des francophones à l’anglais. Au Canada – hors Québec – le taux
d’assimilation des francophones à la langue anglaise avoisine les 40 % alors
que 50 % des enfants francophones fréquentent les écoles anglaises.

Lorsqu’on sait que le Premier ministre du Canada, M. Jean
Chrétien, a déjà déclaré que l’assimilation des francophones au Canada
était un fait de la vie, nous ne pouvons faire autrement qu’être très
inquiets que ce soit son gouvernement qui représente les intérêts de la
langue et de la culture françaises dans les négociations en cours. Le passé
étant garant de l’avenir et le travail à réaliser pour assurer la
reconnaissance du français comme langue officielle de la ZLéA étant très
important, nous souhaitons l’établissement d’une coalition large et importante
pour infléchir la volonté fédérale en faveur de la langue et la culture
françaises. La pression populaire a déjà amené le gouvernement canadien à
réclamer et à obtenir la publication éventuelle des textes de négociation de
l’Accord, il y a donc lieu de croire que d’autres victoires soient possibles, a
conclu le président d’Impératif français.

Impératif français joint donc sa voix à celles qui se
sont élevées jusqu’à maintenant pour réclamer que le français, comme
l’anglais, l’espagnol et le portugais, soit reconnu langue officielle de la
ZLéA et de ses institutions. Cette position doit être défendue avec énergie
au nom de la diversité culturelle.

P.-S. Les personnes intéressées peuvent faire part de leurs
commentaires aux adresses suivantes :

Monsieur Jean Chrétien
Premier ministre du Canada
pm@pm.gc.ca

Monsieur Pierre Pettigrew
Ministre canadien du Commerce international
Pettigrew.P@parl.gc.ca

Monsieur Stéphane Dion
Ministre des Affaires intergouvernementales
Dion.S@parl.gc.ca

Madame Louise Beaudoin
Ministre québécoise des Relations internationales
cabinet@mri.gouv.qc.ca

Impératif français est un groupe communautaire non
partisan dont le mandat est de défendre la langue et la culture françaises. On
peut avoir accès à ses travaux en consultant son site Internet à l’adresse
suivante : http://www.imperatif-francais.org

Source :
Impératif français
C.P. 449
Aylmer (Québec)
J9H 5E7
Tél. : (819) 684-7119
Téléc. : (819) 684-8409
Courriel : Imperatif@imperatif-francais.org
Site : http://www.imperatif-francais.org