UNE NOUVELLE VILLE, UN NOUVEAU NOM… EN FRANÇAIS

COMMUNIQUé
Pour diffusion immédiate. Merci !

SONDAGE
UNE NOUVELLE VILLE, UN NOUVEAU NOM… EN FRANçAIS

Les résultats d’un sondage
téléphonique réalisé essentiellement auprès de la population francophone de
la nouvelle métropole outaouaise par la firme spécialisée en sondage Ad
Valorem
entre le 21 et le 27 mars 2001 pour le compte d’Impératif
français
permettent de conclure que :

  • La majorité (66,4 %) des
    répondants s’accorde pour dire que « la fusion des cinq villes de l’Outaouais
    sera avantageuse pour le développement de la région » alors que seulement
    27,2 % pensent le contraire.

  • La majorité des
    répondants, soit 67,5 %, est convaincue que « la nouvelle ville devrait
    être identifiée par un nouveau nom plutôt que par un des noms des cinq
    anciennes municipalités » alors qu’à peine 29,8 % pensent le
    contraire.

  • Un répondant sur deux (47,9
    %) est «d’accord» ou «tout à fait d’accord» pour dire que «la fusion
    des cinq villes de l’Outaouais sera avantageuse pour l’avancement du
    français en Outaouais » alors que 44 % pensent le contraire.

  • Plus de 89,2 % des
    répondants affirment que « le nom de la nouvelle ville devrait être en
    français » alors qu’à peine 9,5 % pensent le contraire.

  • Parmi les noms suggérés,
    ceux qui recueillent le plus d’appui auprès des répondants sont:

  • Trois-Portages(1)
    (ou ses variantes) : 23,1 %

  • Les Chaudières : 16,2 %

  • Outaouais(2)
    : 13,7 %

  • Grande(s)-Rivière(s)(3)
    : 13,6 %

  • Montferrand : 6,3 %

(1)
Le gentilé de Trois-Portages (ou des Portages) pourrait être Portageois.
(2)
Ce nom pourrait prêter à confusion puisqu’il identifie déjà la région
administrative.
(3)
Ce nom ne répond pas aux critères de la Commission de toponymie du Québec
étant déjà utilisé par une autre municipalité du Québec (homonymie).

Source :
Impératif français
Tél. : (819) 684-7119
Courriel :
Imperatif@imperatif-francais.org

Voici le rapport complet
préparé par la firme de sondage Ad Valorem pour le compte d’Impératif
français
.


Rapport d’un sondage téléphonique
sur la fusion municipale en Outaouais

Réalisé par :
Luc Lévesque MA, Sociologue
Président
Sondages Ad Valorem (SAV) inc.
729, boul. Saint-Joseph, bureau 209
Hull (Québec) J8Y 4B6

Mars 2001

INTRODUCTION

Par ce rapport, nous vous présentons les résultats d’un
sondage téléphonique réalisé auprès de 300 répondants de la Communauté
urbaine de l’Outaouais durant la période du 21 au 27 mars 2001. La marge d’erreur
est de 5 % et le niveau de confiance est de 95 %, 19 fois sur 20.

Le présent rapport est structuré en quatre sections. Dans
un premier temps, nous y décrivons la méthodologie ayant servi de prémisse au
sondage. La seconde partie consiste en la présentation, l’analyse et l’interprétation
des résultats. Ces résultats sont commentés dans la troisième section et
font l’objet de commentaires généraux dans la conclusion, laquelle vous est
présentée dans la quatrième section.



1. MéTHODOLOGIE

De manière à ce que les résultats obtenus soient
représentatifs de l’ensemble de la population habitant le territoire de la
Communauté urbaine de l’Outaouais, la méthodologie utilisée fut celle de
« l’échantillon aléatoire simple avec quotas prédéterminés »
selon une répartition proportionnelle au poids démographique des
municipalités de Aylmer, Buckingham, Gatineau, Hull et Masson-Angers. Au total,
300 répondants ont participé au sondage, portant la marge d’erreur à
5 % et le niveau de confiance à 95 %, 19 fois sur 20.

Les répondants ont été sélectionnés au hasard en suivant
un intervalle régulier à partir de l’annuaire téléphonique informatisé.
Le taux de réponse est de 40 % et nous avons effectué jusqu’à 3
rappels pour joindre les candidats choisis. Des tableaux croisés ont été
utilisés pour faire ressortir les relations entre les réponses et la variable
sexe. Les résultats ont ensuite été pondérés afin de tenir compte de la
plus grande proportion des répondants de sexe féminin.

Le questionnaire ayant servi au sondage se trouve en annexe.
Il comporte 8 questions, soit 5 questions sur la fusion municipale et 3
questions sur le profil démographique.

La collecte de données a été effectuée avec le logiciel
SPSS Data Entry 1.0 et l’analyse des données avec le logiciel d’interprétation
statistique SPSS 9.01. Finalement, monsieur Luc Lévesque MA, sociologue de
formation, est celui qui a effectué l’ensemble des analyses statistiques.

2. PRéSENTATION DES RéSULTATS

Les résultats de l’enquête sont présentés en
pourcentage et ont été croisés avec les variables indépendantes, telles le
sexe, l’âge et le lieu de résidence.

PROFIL

Dans la sous-section « profil » vous sont
présentés le lieu de résidence, l’âge, la langue maternelle, le sexe et
les 3 premiers chiffres du numéro de téléphone des répondants à l’enquête
téléphonique.

Dans laquelle des villes suivantes, résidez-vous?

Pourcentage

Aylmer

15.0

Buckingham

4.7

Gatineau

46.7

Hull

27.7

Masson-Angers

6.0

Total

100.0

Les résultats obtenus à cette question reflètent le poids
démographique des cinq municipalités.

Parmi les groupes d’âges suivants, lequel est le vôtre?

Pourcentage

18 à 24 ans

9.7

25 à 34 ans

16.6

35 à 44 ans

24.2

45 à 54 ans

22.8

55 à 64 ans

12.7

65 à 74 ans

9.6

75 ans et plus

4.4

Total

100.0

La répartition des âges dans le cadre du présent sondage
reflète assez bien la répartition de l’ensemble de la population (excluant
les moins de 18 ans).

Quelle est votre langue maternelle?

Pourcentage

Français

96.8

Anglais

2.0

Autres

1.2

Total

100.0

Le questionnaire fut rédigé en français seulement. Les
répondants devaient donc être en mesure de s’exprimer en français pour
pouvoir y répondre. Parmi les répondants, seulement 3,2 % avaient pour
langue maternelle, une autre langue que le français.

Sexe des répondants.

Pourcentage

Masculin

41.9

Féminin

58.1

Total

100.0

Comme vous pouvez le constater, un nombre plus élevé de
répondants de sexe féminin (58,1 % contre 41,9 %) ont accepté de
répondre aux questions du sondage.

Trois premiers chiffres du numéro de téléphone

Pourcentage

243

5.9

246

4.3

281

6.8

561

4.3

568

7.9

595

8.5

643

6.2

663

10.2

669

7.2

682

1.3

684

2.5

685

.4

770

7.4

771

5.5

772

2.7

773

.1

776

1.9

777

6.6

778

5.4

986

5.0

Total

100.0

Les premiers chiffres se rattachent aux municipalités qui ont été
sondées.

FUSION

Dans la sous-section « Fusion » vous sont
présentés les résultats des questions portant sur le degré d’accord des
répondants face à divers énoncés et sur les questions se rapportant au nom.
Dans un premier temps, les répondants devaient mentionner s’ils étaient tout
à fait d’accord, d’accord, en désaccord ou totalement en désaccord sur
les énoncés affirmant que la fusion serait avantageuse pour le développement
de la région ainsi que pour l’avancement du français en Outaouais. De la
même façon, les répondants devaient exprimer leur degré d’accord sur l’énoncé
affirmant que le nom choisi devait en être un nouveau plutôt que de retenir le
nom de l’une des municipalités actuelles. Dans un second temps, les
répondants devaient exprimer leur préférence face à une série de noms qui
leurs étaient suggérés.

La fusion de cinq villes de l’Outaouais sera avantageuse pour le
développement de la région.

Pourcentage

Tout à fait d’accord

19.5

D’accord

46.9

En désaccord

18.8

Totalement en désaccord

8.4

Refus de répondre

6.4

Total

100.0

66,4 % des répondants s’accordent pour dire que la
fusion municipale sera avantageuse pour le développement de leur région. C’est
à Hull que le niveau d’accord est le plus élevé avec 71 % suivi de
Gatineau avec 65 %. Lorsque nous comparons les réponses en relation avec
les groupes d’âges, nous pouvons observer que ce sont les 35 à 44 ans qui
sont davantage en accord (72 %). Le niveau le plus bas se situe chez les 55
à 64 ans (56 %). Par ailleurs, les répondants de sexe masculin
(69 %) sont davantage en faveur que les répondants de sexe féminin
(62 %).

La fusion de cinq villes de l’Outaouais sera avantageuse pour
l’avancement du français en Outaouais.

Pourcentage

Tout à fait d’accord

7.2

D’accord

40.4

En désaccord

35.7

Totalement en désaccord

8.3

Refus de répondre

8.3

Total

100.0

Dans l’ensemble, les avis sur cette question sont
partagés. Le niveau d’accord se situe à 48 % alors que le niveau de
désaccord se situe à 44 %. Le taux de non-réponse est de 8 %. C’est
à Buckingham toutefois que le niveau d’accord est le plus élevé avec
64 % contre 52 % à Hull et 35 % à Aylmer. C’est chez les plus
de 75 ans que nous retrouvons le plus haut taux d’accord avec 65 % suivi
des 18 à 34 ans avec 55 %. Les répondants de sexe masculin (55 %) se
déclarent davantage en accord que ceux de sexe féminin (40 %).

Selon vous, la nouvelle ville devrait être identifiée par un nouveau
nom plutôt que par un des noms des cinq anciennes municipalités.

Pourcentage

Tout à fait d’accord

39.2

D’accord

28.3

En désaccord

22.4

Totalement en désaccord

7.4

Refus de répondre

2.6

Total

100.0

La majorité des répondants, soit 67,5 %, est convaincu que
« la nouvelle ville devrait être identifiée par un nouveau nom plutôt que
par un des noms des cinq anciennes municipalités » alors qu’à peine 29, 8 %
pensent le contraire. Nous pouvons observer que c’est à Hull que le niveau d’accord
face à cette question est le plus faible avec 50 %. En contrepartie, le
degré d’accord face à cette question est beaucoup plus élevé dans les
municipalités de Gatineau (73 %), Buckingham (73 %), Aylmer
(70 %) et Masson-Angers (61 %). C’est principalement chez les 45 à
64 ans que le niveau est le plus élevé (74 %) alors que les plus de 75
ans s’y opposent (45 %). Les répondants de sexe féminin sont davantage
en accord (69 %) que ceux de sexe masculin (63 %).

Le nom de la nouvelle ville devrait être en français.

Pourcentage

Tout à fait d’accord

63.6

D’accord

25.6

En désaccord

6.7

Totalement en désaccord

2.8

Refus de répondre

1.3

Total

100.0

89,2 % des répondants s’accordent pour dire que le
nom de la nouvelle ville devrait être en français. Nous observons une
répartition équitable parmi l’ensemble des municipalités, des groupes d’âges
et en fonction du sexe. Par ailleurs, 100 % des résidants de Buckingham
sont en accord avec cet énoncé.

Lequel des noms suivants choisiriez-vous comme nom pour la nouvelle
ville ? (un seul choix)

Pourcentage

Chaudières

16.2

Portages

14.8

Grande(s)-Rivière(s)

13.6

Trois-Portages

8.3

Montferrand

6.3

Autres – spécifiez

29.9

Refus de répondre

10.9

Total

100.0

Parmi les noms francophones qui ont été suggérés, le nom
pour lequel les répondants ont manifesté le plus d’intérêt est celui de
Chaudières (16,2 %). Il est suivi par ceux de Portages (14,8 %) et de
Grande(s)-Rivière(s) (13,6 %). Le nom de Chaudières est le plus
populaire à Hull (21 %) suivi de très près par Portages
(20 %). Celui de Grande(s)-Rivière(s) détient pour sa part la faveur
populaire des gens de Buckingham (28 %) et de Masson-Angers (28 %).

45 % de gens âgés de plus de 75 ans optent pour le nom
Chaudières alors que 32,5 % de ce même groupe d’âge optent pour
Portages. Le nom de Grande(s)-Rivière(s) est le favori des 18 à 24 ans
(28 %). Toutefois, il importe de mentionner que 29,9 % des répondants
préféreraient un autre nom que ceux qui ont été suggérés. Il n’y a pas
de différence marquée entre les réponses fournies par les répondants de sexe
masculin ou de sexe féminin.

Autres noms suggérés par les répondants.

Pourcentage

Outaouais

13.7

Hull

3.3

Hull-Gatineau

1.0

Gatineau

0.7

Champlain

0.3

Deux-Rivières

0.3

Les Trois Vallées

0.3

Vallée de Gatineau

0.3

Carrefour

0.3

NSP

9.7

Non-applicable

70.1

Le nom le plus souvent mentionné pour remplacer les noms
suggérés est Outaouais sous diverses formes (Ville de l’Outaouais, Cité de
l’Outaouais, etc.). Rappelons que la possibilité de mentionner un autre nom n’était
offerte que si le répondant n’offrait pas d’élément de réponse à la
question posée.

3. DISCUSSION
SUR LES RéSULTATS

Les répondants souhaitent à 89,2 % que le nom de la
nouvelle ville en soit un francophone. étrangement, 18 % des répondants
mentionnent un nom d’origine amérindienne ou anglaise lorsqu’on les
questionne sur le nom qu’ils préfèrent. à croire que ces noms sont devenus
familiers à un point tel que l’on en confond l’origine. Tenant compte du
fait que 67,5 % des répondants manifestent le souhait de voir la nouvelle
ville baptisée d’un nouveau nom, il y aurait matière ici à approfondir la
question. Parmi les noms non-francophones évoqués, celui de
« Outaouais » fait belle figure détenant la faveur populaire de
13,7 % des répondants et ce, malgré le fait qu’il ne fut pas suggéré
comme option possible.

Parmi les noms francophones suggérés, les plus populaires
sont Chaudières, Portages, Grande(e)-Rivière(s) et Outaouais. Pris
individuellement, aucun d’entre eux ne semble se démarquer de façon
significative. Toutefois, nous remarquons un intérêt pour le nom Portages et
ses dérivés lorsque l’on combine les résultats de Portages et
Trois-Portages. Ensemble, cette option rallie la faveur de 23,2 % des
répondants,

Finalement, les répondants sont d’avis que la nouvelle
ville favorisera le développement de la région et contribuera au
développement de la langue française.

EN GUISE DE CONCLUSION

Ce sondage d’opinion permet d’illustrer pour une
première fois dans un sondage portant sur la fusion des municipalités en
Outaouais, l’optimisme des gens face à l’impact positif qu’apportera la
fusion en ce qui a trait au développement de la région. Il est possible que la
perception des gens évolue en ce sens au cours des prochains mois. Toutefois,
nous nous devons d’être prudents face à l’interprétation de ce résultat
compte tenu de la faible représentation des anglophones.

Enfin, nous pouvons constater un vif intérêt sur la
question du nom. Les répondants ont exprimé librement leurs opinions sur ce
sujet. Mis à part Portages et ses dérivés, aucun des noms suggérés et pris
individuellement ne se démarque significativement des autres. Nous pouvons
toutefois constater que les répondants souhaitent que la nouvelle ville soit
baptisée d’un nouveau nom et que ce nom en soit un francophone.

Le
questionnaire utilisé pour ce sondage est disponible sur demande. S.v.p.
écrire à Imperatif@imperatif-francais.org