TERRE-NEUVE OU TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR

TERRE-NEUVE OU TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR
Des traits d’union plus que symboliques !

Impératif français condamne la décision du gouvernement canadien de
reconnaître, par modification constitutionnelle, le changement officiel du
nom de la province de Terre-Neuve à celui de Terre-Neuve-et-Labrador.

à sa façon, ce changement officiel de nom constitue, malgré les
protestations historiques du Québec, une reconnaissance tacite que le
Labrador fait partie de Terre-Neuve.

Ceux qui soutiennent le contraire auront bien des difficultés à prouver que
l’appellation officielle Terre-Neuve-et-Labrador n’inclut pas le Labrador,
peu importe que les frontières de celui-ci soient reconnues ou non par le
Québec.

Pour diffusion. Merci !

Source :

Jean-Paul Perreault
Président

Impératif français
Recherche et communications
Tél.: (819) 684-7119
Téléc.: (819) 684-5902
Courriel:
President@imperatif-francais.org

Site:
http://www.imperatif-francais.org

La nouvelle suivante est extraite du site Internet de Radio-Canada le jeudi
6 décembre 2001

Terre-Neuve devient Terre-Neuve-et-Labrador

Terre-Neuve change officiellement de nom pour devenir la province de
Terre-Neuve-et-Labrador. Le premier ministre du Canada, Jean Chrétien, et la
gouverneure générale du Canada, Adrienne Clarkson, ont participé à une
cérémonie officielle, jeudi matin, à Ottawa, pour en faire l’annonce.

Pour changer le nom de Terre-Neuve, il a fallu modifier la Constitution du
Canada. Comme il s’agit d’une modification bilatérale, les consentements des
gouvernements du Canada et de Terre-Neuve ont suffi. En 1999, Ottawa avait
déjà tenté de modifier le nom de Terre-Neuve mais avait dû reculer devant
les protestations du Québec qui avait mal réagi à la décision, voyant par ce
geste la consécration des frontières de Terre-Neuve.

L’automne dernier, le gouvernement Chrétien est revenu à la charge sans que
Québec ne réagisse.

Le premier ministre Chrétien a déclaré, à Rideau Hall, jeudi matin: «C’est
la huitième modification constitutionnelle depuis le rapatriement de la
Constitution en 1982. Ce changement à la Constitution démontre ce qu’il est
possible d’accomplir quand Ottawa et les provinces travaillent ensemble.
C’est la preuve que la Constitution évolue avec le pays et peut s’adapter
aux aspirations des citoyens».

Rappelons que c’est le Conseil privé de Londres, en 1927, qui a statué que
le Labrador appartenait à Terre-Neuve, mettant fin à une longue dispute
entre le Canada et Terre-Neuve, qui étaient alors deux dominions
britanniques distincts. Les deux dominions revendiquaient le Labrador.

Le gouvernement canadien l’avait même octroyé au Québec 30 ans auparavant.
Les deux gouvernemements ont finalement demandé à Londres de trancher la
question. Ottawa a rapidement accepté la décision, mais aucun gouvernement
québécois ne l’a encore reconnue. C’est donc une mesure purement symbolique
que la Chambre des communes et le Sénat ont adoptée, sans opposition, et que
la gouverneure générale a proclamée.

Celui qui est à l’origine de la motion, le ministre et ancien premier
ministre de Terre-Neuve, Brian Tobin, a d’ailleurs souligné en Chambre que
la mesure visait à reconnaître symboliquement le statut du Labrador et ne
touchait pas à la question des frontières entre le Québec et Terre-Neuve.

à l’Assemblée nationale, le gouvernement péquiste et l’opposition libérale
se sont accordés jeudi pour dire que le changement de nom de Terre-Neuve
n’avait effectivement aucune incidence sur la frontière du Labrador.

Adresses utiles :

Gouverneure générale du Canada

http://www.gg.ca/rolresp/excel_f.html

Courriel : info@gg.ca

Gouvernement de Terre-Neuve
http://www.gov.nf.ca/
Courriel : info@mail.gov.nf.ca

L’honorable Jean Chrétien
pm@pm.gc.ca

M. Gille Duceppe
Chef du Bloc québécois
Duceppe.G@parl.gc.ca