STÉPHANE DION RÉPOND

STéPHANE DION RéPOND
Organismes sportifs canadiens : le temps des voeux pieux est depuis longtemps révolu.

Le ministre Stéphane Dion vient de nous faire parvenir le courriel suivant
en réponse à notre lettre
( ORGANIMES SPORTIFS CANADIENS : LE TEMPS DES VOEUX PIEUX EST DEPUIS LONGTEMPS RÉVOLU. ) traitant du
sort peu enviable que l’on fait subir à la langue française et aux
francophones au sein des Organismes sportifs canadiens.

On nous demande de nous nourrir d’espoir, comme d’habitude !

Monsieur,

Je vous remercie de votre lettre du 27 juillet dernier, au sujet du
non respect de la Loi sur les langues officielles au sein des organismes
nationaux de sports.

J’ai pris bonne note de vos commentaires et partage votre avis que
la nouvelle politique du sport devra reposer sur le respect de la dualité
linguistique canadienne. Comme vous le mentionnez, la Commissaire aux
langues officielles a déposé en juin 2000, un rapport intitulé Les langues
officielles dans le système sportif canadien et Sport Canada m’informe que
les recommandations de ce rapport ont fait l’objet d’un examen sérieux.

Sport Canada a également mis sur pied un groupe de travail qui
élabore présentement une politique en matière de langues officielles relative aux
centres d’entraînement de haute performance. Deux représentants du
Commissariat aux langues officielles participent aux travaux qui seront
complétés cet automne.

Soyez assuré que le gouvernement fédéral entend prendre tous les
moyens nécessaires pour que les organismes nationaux de sport répondent de façon
adéquate aux besoins de tous les athlètes, quelle que soit leur langue officielle.

Je transmets à mon collègue Denis Coderre, Secrétaire d’état au
Sport amateur, copie de notre correspondance.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Stéphane Dion
Dion.S@parl.gc.ca

c.c. : L’honorable Denis Coderre, C.P., député
Coderre.D@parl.gc.ca