PRIORITÉ D’EMBAUCHE AUX ANGLOPHONES

PRIORITé D’EMBAUCHE AUX ANGLOPHONES

Le gouvernement du seul état
majoritairement francophone en Amérique du Nord, le Québec, adopte des
pratiques d’embauche qui favorisent les anglophones.

Tout récemment le plus
important employeur du Québec, le gouvernement du Québec, par l’intermédiaire
de son Secrétariat du Conseil du trésor, annonçait à pleines pages
dans les journaux du Québec des appels de candidatures pour combler plusieurs
emplois occasionnels et réguliers dans sa fonction publique en déclarant que «
le gouvernement du Québec, à compétence égale, favorise l’embauche…
d’anglophones.
»

C’est sans consultation
préalable au sens de l’article 92 de la Charte des droits et libertés de la
personne
avec la Commission des droits de la personne et des droits de la
jeunesse
que le gouvernement du Québec a choisi de favoriser les
anglophones à cause de leur langue.

Paradoxalement, selon l’article
1 de la Loi 143, Loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans des
organismes publics
, autres que le gouvernement, ( http://www.cdpdj.qc.ca/htmfr/pdf/pdf_repertoire/loi_143.pdf
) adoptée tout récemment, le gouvernement du Québec ne définit pourtant pas
les anglophones comme faisant partie des « groupes victimes de
discrimination en emploi ». Explicitement, cette loi exclut « les
personnes dont la langue maternelle est le français ou l’anglais» comme
faisant partie des groupes linguistiques « victimes de discrimination à l’emploi
».

Nous aimerions recevoir vos
commentaires sur ces pratiques d’embauche du gouvernement du Québec à l’adresse
suivante, Imperatif@imperatif-francais.org