NEWTOWN EN VILLE

NEWTOWN EN VILLE
Les raisons sociales en langue anglaise au Québec.

Monsieur le premier ministre,
Les raisons sociales en langue anglaise au Québec, surtout pour les
francophones comme Jacques Villeneuve, n’ont pas toujours leur bonne raison
d’être.

Utiliser un sobriquet anglophone dans la plus grande ville francophone du
Québec, du Canada et des Amériques, c’est en somme avoir perdu la raison… du
Québec.

Face à la presse télévisée vous auriez pu faire mieux qu’un haussement
d’épaules. Que vous ne soyez pas familier avec la formule 1, passe encore, mais
avec la loi 101, ça détonne.

Frère Jacques, Frère Jacques dormiez-vous… devrait-on chanter à notre
idole Jacques Villeneuve ce refrain pour enfants irréfléchis.

Non seulement son CHIC resto-bar n’arbore pas de pièces d’identité d’un
champion de la «Formule 1», mais il est affublé d’un nom anglais.

Pourquoi diantre ne pas montrer un plus grand respect pour la francophonie et
ses racines québécoises ?

On se fiche pas mal de savoir que c’est la façon anglaise d’écrire
Villeneuve. Même les commentateurs anglophones, lors de la description des
grands prix parlent de Jacques Villeneuve et non pas de Jack Newtown .

Dans un article récent du journal La Presse on mentionnait que c’est un ami
Italien qui est venu à Montréal pour réaliser le chef d’oeuvre dont rêvait
Jacques Villeneuve. Il n’a peut-être pas saisi la sensibilité propre aux
Québécois francophones et aux données de la loi 101.

Espérons qu’on saura corriger le tir et le titre le plus tôt possible.

On mentionne également que c’est l’autre ami de Jacques Villeneuve, Craig
Pollock qui a vu à ce que Jacques garde «les pieds sur terre».

C’est là un nom tout trouvé pour un restaurant qu’on ne veut pas nommer en
anglais et auquel on ne veut pas donner le nom de famille français du champion.
Pourquoi ne pas l’appeler ainsi «Les pieds sur terre» ça risque d’attirer la
clientèle… francophone. Et ce ne serait pas un mauvais attribut non plus pour
celui qui se doit d’être le plus important défenseur de la loi 101, le premier
ministre du Québec.

Antoine Normand
antoine.normand@sympatico.ca

(Le 11 juin 2001)