LOI ANTI-TERRORISME

LOI ANTI-TERRORISME
Cette future loi est plus restrictive que la Loi des mesures de guerre de
1970.

Après m’être bien informée, il me semble évident que le projet de loi
anti-terroriste, déjà déposé au Sénat, porte sérieusement atteinte à notre
liberté la plus élémentaire. En vertu de cette loi, on pourrait désormais
rester en détention sans qu’il y ait chef d’accusation, contrairement à ce
qui découlait jusqu’à maintenant de l’Habeus Corpus, "institution
anglo-saxonne en vigueur depuis 1679 qui garantit la liberté individuelle et
protège des arrestations arbitraires" (Petit Larousse). Cette future loi est
plus restrictive que la Loi des mesures de guerre de 1970, vous privera de
toute information autre que celle qu’approuvera le gouvernement et ne prévoit
aucune clause crépusculaire : vos arrières-petits-enfants en auront donc
encore la jouissance. De plus, tout le monde s’entend pour dire que la loi
anti-terroriste déjà en vigueur aux états-Unis n’a pas empêché l’attentat du
11 septembre.

Bien entendu, je vous laisse "libre" de vous servir de cette lettre, de la
mettre à la poubelle ou de la diffuser auprès de vos amis et connaissances,
mais je considère de mon devoir de vous mettre en garde. Savez-vous que 15
000 enfants du Québec (représentés par ceux de Chelsea) viennent d’envoyer
des colombes en papier au gouvernement pour témoigner de leur émotion face à
des enfants comme eux victimes de bombardement, et de leur inquiétude face à
notre avenir à tous ? Si des enfants se font entendre, pourquoi pas nous !
Merci de m’avoir lue jusqu’au bout.

Nicole Balvay-Haillot
Haillot@aol.com

La lettre :

Monsieur le député,

Je tiens à vous faire savoir qu’en tant que citoyen, je m’oppose au projet de
loi C-36.

Cette loi, que le gouvernement appelle « anti-terroriste » et qui doit
promouvoir la sécurité
au Canada, serait en fait, à la lumière du projet lui-même, une loi «
anti-libertés
individuelles » qui instaurera un climat de peur et d’insécurité et mènera
lentement mais
sûrement notre pays sur des voies totalitaires. Je m’y oppose au nom de toutes
les valeurs
démocratiques pour lesquelles le Canada est reconnu depuis longtemps.

Je vous demande instamment de considérer avec attention mes opinions, qui sont
aussi celles de
bon nombre de citoyens, et de bien vouloir nous représenter au mieux de vos
propres
convictions.

Dans l’espoir que cette requête trouvera auprès de vous une écoute attentive, je
vous prie de
croire, Monsieur le député, à l’expression de mes sentiments les plus
respectueux.

Signature

(Le 9 novembre 2001)