LE SITE FRANCITÉ

LE SITE FRANCITé
La France ou de l’Aliénation volontaire


Objet : « le
site Francité
» http://www.francite.com/


étant ce qu’il serait sans doute convenu d’appeler un francophile de première,
je serais un internaute tout désigné, à titre individuel, pour faire de
FRANCITé non moins un outil de première…

Ce que je fis d’ailleurs avec empressement il y a quelques années, alors que
ce site original québécois venait combler un vide au sein de la grande
Toile. Or depuis que cette entreprise s’est jointe à la France, le site est
pratiquement devenu une babiole anglo-américaine.

Illustrons…

E-mail, chat/ter, webmasters, job, webrace, jokes, newsletters, sponsors (dont
notamment les raisons sociales bien françaises suivantes: CyberSearch,
onatoo.com [on-a-tout, c’est impensable bien sûr!], darty.com, bookmyname.com
et autres CD Discount). Sans compter toutes les appellations qui apparaissent
en section «Devenez membre du réseau francophone international» (de
"Animated video Maniac" à "Always on the run lyrics" par
"Active-hardware.com" et tous ces "Freeway"). "Golden
Palace" en prime.

« Réseau francophone international », disent-ils…

Voilà donc une vitrine planétaire de ce que nous serions, nous «les
parlants français». Or de fait, pour un francophone FRANCITé est devenue
une véritable honte ­ un miroir déformant sinon monstrueux de notre
culture.

Aussi M. Frappier (VIGILE : http://www.vigile.net/),
je ne saurais trop vous encourager à revoir votre "association"
avec cette entreprise. J’incline à penser en effet qu’une firme non
francophone d’origine (de qualité égale ou supérieure), mais qui respecte véritablement
la langue française, mériterait plus solidement le support des internautes
qu’une concurrente qui n’a de française que le nom. Ou peu s’en faut.

Vous vous imaginez bien ma douleur, ici, conséquente à la "dénonciation"
d’une entreprise (d’abord) québécoise. Or si la France estime se grandir en
se dépersonnalisant, voire en se dégradant (jetant du même élan, et sans
sourciller, l’opprobre sur ses cousins d’Amérique), j’ai pour ma part une
tout autre vision du destin tout à la fois du Québec et de la Francité de
manière générale.

Bref, et hélas ! Encore une terrible illustration, s’il en est nécessaire,
que si la France a déjà été (de Voltaire à Rousseau, de Diderot à
Danton) le pays de la Liberté, voire de la Libération (d’un 18 juin à un 8
mai), elle s’est (très) visiblement empressée depuis lors à se métamorphoser
en pays de l’Aliénation…

Volontaire.

Qui a déjà osé affirmer que la France était une alliée politique,
culturelle et linguistique du Québec…?

Bien à vous,

Jean-Luc Gouin
Québec

Sec.ours@vif.com

PS
: Suggestion de permutation. Opter pour la judicieuse association «Toile du
Québec»/«Google», qui, sur une même aire de recherche et selon les
besoins ponctuels de chacun, ratisse depuis le Québec (spécifiquement)
jusqu’à l’ensemble de la documentation (française ou toutes langues
confondues, selon la préférence) disponible sur la grande Toile cybernéenne.
Et ce (vraiment) en français SVP. Adrélec des lieux: http://www.toile.Qc.ca/
(Note: je n’ai aucun intérêt personnel dans cette compagnie ­ moi
JLG ­ qu’il soit d’ordre financier ou de quelque autre forme).

CC : FRANCITé : Commentaire@Francite.com

(Le
16 février 2001)