LE QUÉBEC DOIT ASSUMER SON RÔLE AU SEIN DE LA FRANCOPHONIE D’AMÉRIQUE DU NORD

Le Québec doit assumer son rôle au sein de la francophonie d’Amérique du Nord

Québec, 1er mars 2001. « à l’échelle de l’Amérique du Nord, il revient au Québec d’assumer le rôle de figure de proue qui revient à la France sur le plan mondial ». C’est en ces mots que le Conseil de la vie française en Amérique (CVFA) s’exprime dans un mémoire qu’il dépose aujourd’hui devant la Commission des états généraux sur la situation et l’avenir de la langue française au Québec.

Fort de son expérience passée de quelque 60 ans auprès des minorités francophones hors Québec, le CVFA, qui a comme président d’honneur Zachary Richard, lui-même un ardent défenseur des communautés de culture et de langue françaises sur le continent, interpelle le gouvernement du Québec afin qu’il donne une dimension continentale à sa politique sur ses relations avec les communautés francophones des autres provinces canadiennes et des états-Unis.

Dans son mémoire, où il soutient être le seul organisme dans son domaine à oeuvrer simultanément partout en Amérique, à savoir au Québec, au Canada et aux états-Unis, le CVFA fait également le bilan des grands moments de solidarité des Québécois envers les francophones hors Québec au début du siècle jusque vers la fin des années 1960, époque où le gouvernement fédéral a adopté une politique de soutien aux organismes représentatifs des minorités des langues officielles au Canada. Selon le CVFA, qui a son siège social à Québec dans la Maison de la francophonie, les largesses du gouvernement fédéral éclipsèrent alors rapidement l’importance du Québec auprès de ces minorités et contribua à les isoler du plus grand bassin de francophones en Amérique.

Rappelant aux membres de la Commission l’existence de concentrations actives de francophones en Amérique qui sont toujours attachées à leurs racines canadiennes-françaises, et par conséquent à leur langue, et qui ont le goût de transmettre à leur descendance le patrimoine acquis au cours des quatre derniers siècles sur le sol d’Amérique, le Conseil cite en exemple une dépêche de l’Associated Press du 23 février dernier au sujet d’une volonté d’exiger l’enseignement en français dès la maternelle dans l’état du Maine.

Le CVFA souhaite qu’une nouvelle solidarité se forme et espère trouver réponse à la question qu’il pose : « Comment nouer de nouveaux liens organiques, libres des aléas des jeux politiques, entre les francophones de toutes les régions de l’Amérique du Nord et le Québec francophone? ».Ayant entrepris résolument de moderniser ses assises, c’est à cet objectif que le Conseil entend continuer de travailler et c’est à cette fin qu’il propose quelques pistes de solutions dans son mémoire.

Source : Guy Lefebvre (418) 646-9117
A voir sur le site http://www.cvfa.ca/Divers/MemoireEtatGeneraux/memoireetatgeneraux.html