LE FRANÇAIS EN PERTE DE VITESSE À L’ONU ?

LE FRANçAIS EN PERTE DE VITESSE à L’ONU ?
à la lumière de l’article suivant publié à l’adresse
http://fr.news.yahoo.com/010325/5/13bod.html
il est évident que les
fonctionnaires internationaux francophones et les pays membres de la
Francophonie devront faire plus pour promouvoir l’importance et l’usage du
français au sein des institutions internationales.

Le français en perte de vitesse à l’ONU ?

NATIONS UNIES (AP) — Il y a quelques années, l’anglais et le français
étaient considérés comme des langues jumelles dans les milieux
diplomatiques. Mais si l’on se réfère aujourd’hui au nouveau guide des
Nations unies, on peut dire que la France perd du terrain.

Pour la première fois cette année, les pays répertoriés dans le  »livre
bleu » de l’ONU, le répertoire des missions permanentes aux Nations unies à
New York, ont été
priés d’indiquer le langage dans lequel ils préfèraient recevoir du
courrier. A une large majorité, c’était l’anglais.

Les pays interrogés avaient le choix entre l’anglais, l’espagnol ou le
français car les trois autres langues officielles à l’ONU, le russe, le
chinois et l’arabe, ne peuvent pas être lues par la plupart des programmes
de traitement de textes.

Sur les 185 membres qui ont répondu, 130 préféraient l’anglais, 36 le
français et 19 l’espagnol.

L’anglais a apparemment gagné du terrain ces dernières années, notamment
parce que c’est, à part quelques exceptions, la langue préférée des pays
issus de la chute de l’Union soviétique.

En Asie, le Laos et le Cambodge ont fait savoir qu’ils préféraient le
français, mais le Vietnam, qui a été aussi une ancienne colonie française, a
opté pour l’anglais. Le Luxembourg a choisi le français, mais le
Liechtenstein a préféré l’anglais, tout comme l’Italie et la plupart des
pays arabes.

Le Brésil, dont le langue maternelle, le Portugais, est assez proche de
l’espagnol, a pourtant opté pour l’anglais. La Roumanie, en revanche, a
choisi le français. Seul le Canada a coché deux langues: l’anglais et le
français.