L’ANGLAIS UN PEU MOINS DOMINANT SUR LE WEB

L’ANGLAIS UN PEU MOINS DOMINANT SUR LE WEB

www.unesco.org/comnat/france

Sur le Web, l’anglais continue de perdre du terrain, tandis que le français
et surtout l’espagnol en gagnent un peu, selon une étude de l’association
Funredes-Union latine présentée mi-mars à l’Unesco (1). En 2000, l’anglais
restait largement dominant avec 60 % des pages de la Toile, alors que les
internautes de langue anglaise ne représentaient que 49,6 % des 391 millions
de connectés. Mais cette domination s’effrite: en 1998, la langue de
Shakespeare occupait 78 % du Web. Dans le même temps, la part relative du
français (4 % des internautes sont francophones) est montée de 2,81 % à 4,39
%. L’espagnol a progressé plus vite encore, passant de 2,53 % à 4,85 %,
ravissant ainsi au français la place de première langue latine sur le Web.

Ce rééquilibrage linguistique est dû à l’essor du Net en Europe et en
Amérique latine, et au tassement de sa progression en Amérique du Nord.
Cette évolution devrait se poursuivre à grands pas, puisque Funredes prévoit
que l’anglais passera sous les 50 % d’ici à 2003. Pour l’heure, la tour de
Babel du Net est un reflet très déformé de la réalité: le chinois est la
première langue parlée dans le monde (par 1,3 milliard de personnes), devant
l’anglais (508 millions), l’hindi, l’espagnol et le français. Daniel
Pimienta, rapporteur de l’étude dont ces chiffres sont extraits, souligne
qu’il ne reste aujourd’hui que 6 000 langues pratiquées sur la planète, sur
un total antérieur de 40 000. Les quelque 1 800 langues ou dialectes usités
en France sont quasi absents sur le réseau.

(1) Actes du colloque sur «Le plurilinguisme dans la société de
l’information», organisé par la commission française pour l’Unesco:

Par é.LA.
Le mardi 27 mars 2001

(Ce texte diffusé par M. Patrick Andries est extrait du groupe de discussion
langue-fr@egroups.fr)