L’ANGLAIS À GENÈVE

L’ANGLAIS à GENèVE
Obligatoire pour les chaffeurs de taxi !

http://dossiers.edicom.ch/tdg/0104/html/0404taxi.html

Pour devenir chauffeur de taxi, il faut désormais parler anglais.

CATHERINE FOCAS
S’ils ratent leurs examens, les conducteurs risquent de se retrouver sans
emploi.

Désormais, les chauffeurs de taxi doivent apprendre l’anglais et
connaître sur le bout du doigt la loi sur les services de taxi ainsi que le
règlement d’application. Ces deux dernières exigences figurent en effet dans
la nouvelle législation et ne fait pas que des heureux.

Une quarantaine de chauffeurs de taxi sont les victimes d’une
application rétroactive de la loi. Ils doivent ainsi payer de leur poche des
cours d’anglais et des cours d’explication concernant la loi sur les taxis
pour passer des examens complémentaires. Sans compter les finances
d’inscriptions à ces examens: en tout 510 francs. Et vingt-sept heures de
formation pendant lesquelles ils ne peuvent pas exercer leur métier.

Ce supplément de savoir forcé ne plaît pas aux chauffeurs concernés.
Surtout que s’ils échouent à ces examens théoriques, ils ne pourront plus
exercer leur métier! (…)

NDLR – Vous pourriez communiquer vos commentaires à l’ambassade suisse !!!

(Ce texte nous a été communiqué par notre correspondant M. Daniel A.
Duclos)

(Le 4 avril 2001)