LA FRANCOPHONIE N’EXISTE PAS

LA FRANCOPHONIE N’EXISTE PAS
«Les produits et services de cette entreprise, qui a sa place d’affaires au
Québec, sont destinés aux marchés extérieurs seulement.» (CPLF)

Vous trouverez ci-après les réponses de la Commission de protection de la
langue française (CPLF) aux plaintes qu’elle a reçues sur les entreprises ou
les produits suivants :

CALLISTO
http://www.callisto.ca/

info@callisto.ca
«à la suite de notre intervention, l’entreprise ne vend plus de produits au
Québec.» (CPLF)

NDLR – Le site Internet de Callisto est toujours inaccessible en français.
Cette entreprise qui a son siège social à Hull au Québec ne juge pas
nécessaire d’offrir une version française de son site Internet. Les
coordonnées unilingues anglaises extraites de son site Internet unilingue
anglais sont :
Callisto Media Systems, Inc.
490 St-Joseph Boulevard, Suite 402
Hull, Quebec J8Y 3Y7
Canada
Phone: (819) 770-5738
Fax: (819) 770-3998

STACCATO’S SOUPES, RAGOÛTS ET CHILI
«Malgré la mise en demeure de la Commission, le contrevenant a refusé
d’apporter les correctifs nécessaires. C’est pourquoi nous avons transmis le
dossier au Procureur général du Québec en lui recommandant d’entreprendre
les poursuites pénales prévues par la Charte de la langue française. Ce
dossier est donc sous sa responsabilité et il lui appartient de juger des
suites à donner au dossier.» (CPLF) à suivre !

R.C.P. RELAIS CAMP DE BASE INC.
«Malgré la mise en demeure de la Commission, le contrevenant a refusé
d’apporter les correctifs nécessaires. C’est pourquoi nous avons transmis le
dossier au Procureur général du Québec en lui recommandant d’entreprendre
les poursuites pénales prévues par la Charte de la langue française. Ce
dossier est donc sous sa responsabilité et il lui appartient de juger des
suites à donner au dossier.» (CPLF) à suivre !

DEEP METRIX (connu aussi sous l’appellation de MediaHouse)
http://www.mediahouse.com/

http://www.deepmetrix.com/

info@deepmetrix.com
«La situation ne constitue pas une contravention aux dispositions de la
Charte de la langue française. à la suite de notre intervention nous avons
pu constater récemment que la compagnie n’effectue pas de ventes au Québec.»
(CPLF)

NDLR – Deep Metrix vend ses logiciels par Internet, donc ils sont
disponibles au Québec (

https://www.deepmetrix.com/buy/buy001.html
).Cette
entreprise qui a son siège social à Hull au Québec vous accueille toujours
dans son site Internet uniquement en anglais ! Les coordonnées unilingues
anglaises extraites du site de Deep Metrix sont :
DeepMetrix Corporation
15 Gamelin Blvd., Fifth Floor
Hull, Quebec, Canada J8Y 1V4
Tel: (819) 776-0707
Fax: (819) 776-5560

OBJECT WORLD INC.
www.objectworld.com
«La situation ne constitue pas une contravention à une disposition de la
Charte de la langue française. En effet, après enquête, il a été établi que
les produits et services de cette entreprise, qui a sa place d’affaires au
Québec, sont destinés aux marchés extérieurs seulement.»
(CPLF)

NDLR – Object World qui vend, entre autres, des logiciels « téléchargeables
ou en cédéroms » boycotte, à sa façon, le marché québécois à cause de la
Charte de la langue française, mais bénéficie de fonds fournis par des
sociétés québécoises : «ObjectWorld Inc. is located in Hull, Quebec, and has
successfully secured first round financing through Innovatech Grand
Montréal, The Société de diversification économique de l’Outaouais (SDéO),
and Le Fonds régional de solidarité Outaouais. ObjectWorld is positioning
itself for additional funding in the second quarter of 2001.»

http://www.objectworld.com/corporate_info/index.html
.
De plus, si vous téléphonez (819-770-9998) à cette entreprise située au
200, rue Montcalm, suite 420 à Hull (Québec), vous serez accueilli par
un message d’accueil unilingue anglais.

Selon cbizmag, magazine technologique accessible à

http://www.cbizmag.com/Content/02-12-01/w5n-3.htm
, «ObjectWorld Inc.
relocated to Hull, just across the river from Ottawa, to get its first-round
funding. "But that’s not any big deal. You get better R&D tax credits and
Ottawa’s close, so we’re not losing on talent in terms of engineering."»
ObjectWorld Inc., formed in 1994, received $2 million from various local
institutions but is also looking to Boston or California for further
funding – even eventual relocation if that were necessary to grow the
business, says Nick Matecuk, ObjectWorld’s vice-president of sales and
marketing.» Et vlan pour la générosité québécoise !

********
Si la CPLF ne peut rien faire, à cause des limites de la Charte de la langue
française, dans des cas semblables à Callisto, Deep Metrix et Object World,
cela ne signifie pas pour autant qu’il faille abandonner. Ce n’est pas parce
que certaines compagnies «prétendent» ne pas ou ne plus vendre leurs
produits au Québec qu’il faille se résoudre à accepter leurs pratiques
d’exclusion, leur unilinguisme anglais.

Des francophones il y en a au Canada, ailleurs en Amérique et dans le monde !

Dans certains cas, ces compagnies obtiennent même du financement en
provenance d’institutions financières québécoises elles-mêmes financées par
nos impôts, nos épargnes ou nos fonds de pension. Une approche sectorielle
des contribuables, de l’OLF et de la ministre des Finances auprès
de ces institutions financières pour les conscientiser aux mérites
de la diversité linguistique et culturelle internationale et aux dangers
de l’uniformisation culturelle pourrait sûrement servir…

De plus qu’en est-il de la langue de travail dans ces compagnies ? L’article 4
de la Charte de la langue française stipule bien clairement que «les
travailleurs
ont le droit d’exercer leurs activités en français.» L’on ne pourrait tout de
même
prétendre que les employés de ces entreprises exercent leurs activités à
l’extérieur
du Québec pour justifier l’anglicisation du milieu de travail,
l’unilinguisme anglais!

Impératif français
Recherche et communications

C.P. 449
Aylmer (Québec)
J9H 5E7
Tél.: (819)684-8460
Téléc.: (819) 684-5902
Courriel:
Imperatif@imperatif-francais.org

Site:
http://www.imperatif-francais.org