HISTOIRE ÉTRANGE AUX AFFAIRES ÉTRANGÈRES

HISTOIRE éTRANGE AUX AFFAIRES éTRANGèRES
La facture salée des services en français !

Le 6 octobre 2001

L’honorable John Manley
Ministre des Affaires étrangères
Chambre des Communes
Ottawa (Ontario)
K1A 0A6
Manley.J@parl.gc.ca

Monsieur le ministre,

Une semaine après ma lettre du 21 septembre à l’honorable Stéphane Dion (http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/2001/consul-general-du-canada-a-new-york.html)au sujet de l’infraction à la Loi sur les langues officielles commise le 19 septembre par votre Consul général à New York dans le cadre de l’émission Matin Express de Radio-Canada, le ministère de la Justice vient de me faire parvenir une note de frais en rapport avec le rejet par un juge de la Cour fédérale le 26 mai 2000 de ma cause inscrite en 1994 contre votre ministère après que vos services eurent avoué au Commissaire aux langues officielles une infraction commise à mon égard.

De cette note qui m’arrive comme un cheveu sur la soupe, et de l’insulte publique de M. Phillips envers tous les francophones, doit-on conclure que les Québécois ne jouissent plus de la protection de l’Acte de Québec de 1774 en vertu duquel leurs ancêtres n’avaient pas besoin de se battre pour obtenir leurs services en français ? Et qu’en plus des impôts qu’ils paient pour obtenir leurs services du gouvernement fédéral, ils sont contraints à payer des pénalités lorsqu’ils réclament leurs services en français ?

Doit-on aussi conclure que votre ministère n’éprouve aucun scrupule à mettre en danger la vie des Québécois lors des urgences qui surviennent à l’étranger en ne leur accordant pas la même protection consulaire en français qu’il accorde aux anglophones en anglais ?

Doit-on aussi conclure que les Québécois doivent être punis s’ils osent porter plainte contre vos fonctionnaires qui commettent des infractions à la loi ?

Doit-on également conclure que la colère et la rage d’un gouvernement pris en flagrant délit à perdre son sang-froid et à renier ses promesses aux francophones sont les vraies raisons de cette note salée qu’on vient de me faire parvenir ?

L-Hubert Leduc
Aylmer (Québec)

NDLR – Quelques adresses utiles :

L’honorable Stéphane Dion
Dion.S@parl.gc.ca

Madame Dyane Adam
Commissaire aux langues officielles
http://www.ocol-clo.gc.ca/9f.htm