FAUTES DE FRANÇAIS

FAUTES DE FRANçAIS
La CCN corrigera une erreur sur la plaque d’un monument

Extrait du journal LeDroit du jeudi 9 août 2001
Teste de MICHEL LAFLEUR, Le Droit
Deux erreurs ont été signalées sur la plaque de bronze accompagnant
le Monument aux anciens combattants autochtones du Canada et aux autochtones
morts au combat, érigé récemment dans le parc de la Confédération, à
Ottawa.
Après vérification, la CCN estime qu’il n’y en a qu’une et qu’elle sera
corrigée.

La Commission de la capitale nationale (CCN) corrigera une erreur de
français qui s’est glissée sur la plaque de bronze accompagnant le Monument
aux anciens combattants autochtones du Canada et aux Autochtones morts au
combat, érigé récemment dans le parc de la Confédération, à Ottawa.
Selon une plainte déposée à la CCN, deux fautes de français auraient été
commises dans le texte français inscrit sur la plaque. Or, le service de
traduction de la CCN donne raison au plaignant dans un cas.
Il faudrait lire: «Ils ont livré combat «outre-mer», plutôt qu’«outremer»
sans trait d’union, lequel signifie une couleur d’un bleu intense.

Deux nous suffisent

La CCN soutient toutefois que la phrase: «Nous qui voulons suivre leur
exemple, nous sentons très humbles devant la grandeur de leur sacrifice…»
est écrite correctement. Il est inutile, selon la CCN, d’écrire: «Nous nous
sentons très humbles». Il serait inutile de répéter le mot «nous» une
troisième fois dans la même phrase, explique la directrice des
communications de la CCN, Laurie Peters.
La Commission de la capitale nationale étudiera la possibilité d’ajouter un
trait d’union au mot «outremer», d’indiquer Mme Peters. «Nous sommes
désolés
qu’une erreur se soit glissée», a-t-elle ajouté.
(Ce texte nous a été communiqué par notre correspondant M. Daniel A. Duclos)

(Le 9 août 2001)