FAITES VOS DEVOIRS, MONSIEUR DION !

FAITES VOS DEVOIRS, MONSIEUR DION !

Dans son rapport préliminaire,
la Commission des états généraux sur la situation et l’avenir de la langue
française
au Québec dénonce, à juste titre, le sort peu enviable que le
gouvernement canadien réserve à la langue française et aux francophones au
sein de la fonction publique fédérale, particulièrement en Outaouais où les
francophones doivent souvent travailler en anglais, et ce, malgré la Loi sur
les langues officielles
pourtant en vigueur depuis plus de trente ans.

Le Cabinet du ministre des
Affaires intergouvernementales répondait pour sa part « ne pas être au
courant de problèmes particuliers à cet égard »(1) !!!

Impératif français
recommande donc au Cabinet du ministre Dion de lire les rapports successifs du
Commissaire aux langues officielles. Il apprendrait que l’Administration
fédérale crée de telles pressions en milieu de travail que la grande
majorité des fonctionnaires francophones de la région de la capitale
fédérale rédigent et communiquent en anglais, que l’anglais sert
exclusivement ou la plupart du temps lors des réunions, même lorsque celles-ci
sont présidées par un francophone et même lorsque la majorité des
participants sont francophones, que les sessions de formation, les messages
électroniques et les instruments de travail («documents, directives, avis,
logiciels, contenu de sites Web, claviers d’ordinateurs normalisés») ne sont
pas toujours disponibles en français, que des postes exigeant la connaissance
du français sont comblés par des unilingues anglais, etc.

Il y a quelques mois, lors du
dépôt de son rapport annuel, Madame Dyane Adam, Commissaire aux langues
officielles, donnait raison à la Commission des états généraux en
déclarant : « Il est inacceptable, après trois décennies et en dépit de
nombreuses interventions des Commissaires successifs, que nous devions, année
après année, relever autant de lacunes récurrentes…» Pour la Commissaire, «
il est clair que globalement, il y a un manque d’engagement et de leadership
ferme et réel de la part du gouvernement fédéral…»

« Le Cabinet du ministre Dion
devrait prendre le temps de faire ses devoirs. Cela lui éviterait de dire n’importe
quoi », de déclarer le président d’Impératif français, monsieur
Jean-Paul Perreault.

Source :
Impératif français
Tél. : (819) 684-8460
Courriel : Imperatif@imperatif-francais.org
Site : http://www.imperatif-francais.org

(1) Extrait du
journal LeDroit du 8 juin 2001