EXCLUSION DES NON-ANGLOPHONES

EXCLUSION DES NON-ANGLOPHONES
Discrimination linguistique par organisations européennes.

1. Annonces discriminatoires.

2. La Vice-Première Ministre belge, Ministre de l’Emploi et de la Politique
de l’égalité des chances, Laurette Onkelinx, sur la discrimination
linguistique (25 janvier 2001)

3. Question écrite E-4100/00 posée par Bart Staes (Verts/ALE) à la
Commission (15 décembre 2000)

4. Réponse donnée par Mme Diamantopoulou au nom de la Commission
(E-4100/00FR, 21 février 2001)

5. Question écrite E-0779/01 posée par Bart Staes (Verts/ALE) à la
Commission (01 mars 2001)

6. Question orale de M. Danny Pieters au ministre belge de la Justice sur
"les discriminations sur la base de la langue maternelle" (n° 9043,
22 mars 2001)

1. Annonces discriminatoires.

"Council of Europe is looking for an experienced Press Officer … You
are a native English speaker with a good knowledge of French. Knowledge of other
European languages is also desirable … This post is open to nationals of all
of the Council of Europe’s 43 member States." European Voice, 15/03/01,
p. 22

"Are you an expat secretary having lived in Belgium for less than one
year? Are you English mother tongue? Are you a national of a NATO country? This
international body is hiring a Secretary to assist in the daily running of the
Political Committee … Very good knowledge of Microsoft Office and good French
are prerequisites. Excel Careers." Bulletin 22/03/01, p. 60

"Executive assistant to … VP marketing and director HR … English
mother tongue, other languages helpful. Charlotte Meyer." Bulletin,
22/03/01, p. 65

"Eurologos Group, with 23 offices worldwide, seeks to recruit … at its
head office in Brussels … External Communications Manager … Must be a native
English speaker (with fluent French)." Bulletin 22/03/01, p. 69

"Italian Delegation to NATO seeks Translator-Interpreter … Preferably
of English mother tongue. Excellent knowledge of Italian and French."
Bulletin 22/03/01, p. 67

"Management assistant for team of USA consultants. English mother tongue
or level. Charlotte Meyer" Bulletin 22/03/01, p. 65

"Office manager to co-ordinate administration of medium-sized EU
membership organisation. English mother tongue or level, French good knowledge
and any other languages welcome." Bulletin 22/03/01, p. 65

"Audiovisual Eureka is recruiting a Secretrary/Assistant … This
position requires a person with English mother tongue, fluency in French (other
European langauges an asset) Audiovisual Eureka is a pan-European
intergovernmental organisatno with 35 member countries, the European Commission
and the Council of Europe being associated members." Bulletin 22/03/01, p.
63

"Evening secretary. English mother tongue or equivalent …
international law firm … Rainbow Careers." Bulletin 22/03/01, p. 60

"Office manager for European law firm. English at mother tongue level
with good French and/or Dutch. Rainbow Careers." Bulletin 22/03/01, p. 60

"Council of Europe is looking for an experienced Press Officer … You
are a native English speaker with a good knowledge of French. Knowledge of other
European languages is also desirable … This post is open to nationals of all
of the Council of Europe’s 43 member States." European Voice, 15/03/01,
p. 22

"The EFTA Secretariat in Brussels … Experienced supporting staff is
now sought … Native-speaker level command of English or French." Bulletin
15/03/01, p. 65

"European Investment Bank … is currently seeking multilingual
secretaries (m/f) … Command of English to mother tongue level, excellent
knowledge of French. Ability to use other languages of the European Union would
be an asset. Applicants must be nationals of a Member State of the European
Union." Bulletin 15/03/01, p. 66

"Executive assistant to CEO Europe … GPC International is the leading
European public affairs consultancy … Qualities include … English mother
tongue." Bulletin 15/03/01, p. 67

"SJ Berwin & Co … leading European law firm … looking for an
experience Secretary … English mother tongue &, if possible, knowledge of
French." Bulletin 15/03/01, p. 66

"Sales support assistant … European HQ of a multinational organisation
… English mother tongue or fluent English. Profile Group" Bulletin
15/03/01, p. 65

"Marketing project Co-ordinator … English mother tongue, any other
language asset … European HQ of a major US company … Crown Careers."
Bulletin 15/03/01, p. 63

"Office Manager for Euroepan law firm. English at mother tongue leverl
with good French and/or Dutch. … Rainbow Careers." Bulletin 15/03/01, p.
62

"Personal Assistant … Excellent English (mother tongue standard) with
very good Dutch and French … assist CEO of an American Software company …
Rainbow Careers." Bulletin 15/03/01, p. 62

"Secretary. English mother tongue or equivalent with very good French
… chemical industry association… Rainbow Careers." Bulletin 15/03/01,
p. 62

"US company, with international Headquarters in Mechelen, is looking for
a Marketing Communications Co-ordinator … Very good knowledge of English (preferably
mother tongue) and good knowledge of another European language." Bulletin
15/03/01, p. 63

"UGAL, the Union of independent retail traders’ groups in Europe …
is currently in search of a Jurist … Trained as a lawyer, you have a
specialization in European law. You are English native speaker and fluent in
French. Knowledge of the German language is an asset. Career Consult"
Bulletin 8/03/01, p. 59

"Team Secretary. English at mother tongue level … in a European
professional association. Rainbow Careers. Bulletin 8/03/01, p. 58

"International Federation seeks part-time English mother tongue
Secretary." Bulletin 8/03/01, p. 62

"Management assistant for team of USA consultants. Candidate should …
have English at mother tongue level, other languages helpful. Charlotte
Meyer." Bulletin 8/03/01, p. 65

"Propaganda … communication agency … market leader in Belgium …
for … Renault, Unilever, Daikin Europe and Alstom Power … need a …
Publishing Co-ordinator International … Native English speaker." Bulletin
8/03/01, p. 68

"UNICE, the Voice of Business in Europe … seeks to recruit a Press and
Communication Adviser .. faultless oral knowledge of French and English, perfect
ability to draft in at least one of these languages; other European language
will be an advantage." European Voice 1/03/01, p. 16

"European Association of Co-operative Banks is looking for an English
mother tongue Junior Adviser." European Voice 1/03/01, p. 18

"Invesco Continental Europe … Personal Assistant to the Human
Resources Manager … co-ordinate its pan-European activities… English is your
mother tongue, and you are able to communicate fluently in French. Fluency in
other European languages is an advantage." Bulletin 01/03/01, p. 61

"Office Junior … English mother tongue … Telesales Marketeers …
English mother tongue. Continental Advisory Group NV." Bulletin 01/03/01,
p. 60

"Socrates, Leonardo & Youth Technical Assistance Office … assists
the European Commission … has a vacant post for a (m/f) Communications Officer
… Excellent command of spoken English and French … mother tongue a
plus." Bulletin 01/03/01, p. 59

"European Association of Directory and Database Publishers is seeking a
Communication Officer … English mother-tongue with an excellent knowledge of
French and German." Bulletin 01/03/01, p. 59

"Korean Mission/Embassy wishes to recruit a Secretary … English mother
tongue; fluent written/spoken French." Bulletin 01/03/01, p. 59

2. La Vice-Première Ministre belge, Ministre de l’Emploi et de la
Politique de l’égalité des chances, Laurette Onkelinx, sur la discrimination
linguistique (25 janvier 2001)

25.01.2001

La Vice-Première Ministre,

Ministre de l’Emploi et de

la Politique de l’égalité des chances

Chambre des Représentants

Il me faut préciser, avant d’aborder le fond de la question, que la
compétence que la loi m’a attribuée, se limite au territoire national et dès
lors aux recrutements effectués en Belgique.

La question posée trouve toutefois des réponse à la fois en droit interne
et en droit européen.

Sommes-nous confrontés à une situation de discrimination éventuelle de
type linguistique ou à une discrimination éventuelle portant sur les
qualification du niveau de langage de "native" ou de "mother
tongue"? Je serais tentée de retenir la deuxième situation.

L’exigence de langue marternelle me paraît relever du critère de l’origine.
Certes, il ne s’agit pas de l’origine ethnique mais plutôt de l’origine
nationale ou sociale.

L’exigence de la connaissance d’une langue étrangère me paraît normale et
figure par ailleurs parmi les critères habituels de recrutement. L’exigence
dont il est question ici, est différente et porte sur l’origine; ainsi en
est-il lorsque l’on précise "native speaker" our "mother tongue".

Cette exigence me paraît excessive et entre en conflit direct avec les
principes de non discrimination et de libre circulation des travailleurs.

Le principe de libre circulation des travailleurs est consacré par l’article
39 du Traité de Rome du 25 mars 1957.

Il dispose que:

" 1. La libre circulation des travaillerurs est assurée à l’intérieur
de la Communauté,

2. Elle implique l’abolition de toute discrimination, fondée sur la
nationalité, entre les travailleurs des Etats membres, en ce qui concerne
l’emploi, la rémunération et les autres conditions de travail,

3. Elle comporte le droit, sous réserve des limitations justifiées par des
raisons d’orde public, de sécurité publique et de santé publique:

a) de répondre à des emplois effectivement offert,

b) de se déplacer à cet effet librement sur le territoire des Etats
membres,

c) …"

Ce principe ne me paraît pas respecté par l’exigence d’un "native
speaker". En effet, pour être "native speaker", il faut être
"native", ce qui signifie être un ressortissant d’un Etat membre à
l’exclusion des autres Etats. Voilà, ce que veut justement combattre, me
semble-t-il, l’article 39. Il y a bien sûr aussi le règlement CEE n° 1612/68
du Conseil du 15 octobre 1968 relatif à la libre circulation des travailleurs
à l’intérieur de la Communauté qui trouvera à s’appliquer.

Néanmoins, il ne m’appartient pas d’interpréter ces dispositions et je vous
incite à poser la question aux autorités européennes.

Outres les dispositions communautaire, d’autres textes internationaux peuvent
aussi être cités, notamment la Convention européenne des Droits de l’Homme,
en son article 14, qui stipule "la jouissance des droit et libertés
reconnus dans la présente convention doit être assurée, sans distinction
aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la
religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l’origine nationale
ou sociale, l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance
ou toute autres situation".

Enfin, la Convention (C 111) concernant la discrimination de l’Organisation
Internationale du Travial de 1958 et ratifiée par la Belgique le 22 mars 1977,
peut aussi être citée en son article premier:

"… le terme discrimination comprend:

a) toute distinction, exclusion ou préférence fondée sur la race, la
couleur, le sexe , la religion, l’opinion politique, l’ascendance nationale ou
l’origine sociale, qui a pour effet de détruire ou d’altérer l’égalité de
chances ou de traitement en matière d’emploi ou de profession…"

Au regard de ces différents textes, il me semble que l’exigence d’être un
"native speaker" violerait le principe de non discrimination.

Sur le plan interne, la Convention Collective de travail n° 38 conclue au
sein du C.N.T., qui dispose en son article 2 bis "L’employeur qui recrute
ne peut traiter les candidats de manière discriminatoire. Pendant la
procédure, l’employeur doit traiter tous les candidats de manière égale. Il
ne peut faire de distinction sur la base d’éléments personnels lorsque ceux-ci
ne présentent aucun rapport avec la fonction ou la nature de l’entreprise, sauf
si les dispositions légales l’y autorisent ou l’y contraignent. Ainsi,
l’employeur ne peut en principe faire de distinction sur la base de l’âge, du
sexe, de l’état civil, du passé médical, de la race, de la couleur, de
l’ascendance ou de l’origine nationale ou ethnique, des convictions politiques
ou philosophiques, de l’affiliation à une organisation syndicale ou à une
autre organisation, de l’orientation sexuelle, d’un handicap," demeure un
instrument efficace qui permet de combattre les discriminations fondées sur
l’origine nationale.

Toutefois, cette convention collective de travail ne s’applique qu’au secteur
privé.

Pour être complète, permettez-moi d’attirer encore votre attention sur
l’existence de législations belges relatives à l’utilisation de la langue en
matière de relations sociales entre employeurs et travailleurs; le décret du
Conseil de la Communauté française du 30 juin 1982 et le décret du 19 juillet
1973 de la Communauté flamande, modifié par le décret du 1er juin 1994 pour
l’usage de la langue néerlandaise trouvent à s’applique.

La Ministre

Laurette ONKELINX

3. Question écrite E-4100/00 posée par Bart Staes (Verts/ALE) à la
Commission (15 décembre 2000)

Objet: Discrimination linguistique dans l’Union européenne

à l’aube de l’Année européenne des langues, des organisations européennes
exigent de plus en plus fréquemment et, crûment, de leurs postulants qu’ils
aient l’anglais pour langue maternelle. Ce faisant, elles imposent une
discrimination patente aux chercheurs d’emploi qui ont une autre langue
maternelle. L’anglais reçoit – à tort – le statut de langue (culturelle)
dominante.

Un exemple choquant de discrimination vis-à-vis des non-anglophones, c’est
l’offre d’emploi publiée par le Conseil des communes et des régions d’Europe.
Cette organisation faîtière cherche, pour son bureau de Bruxelles, un
responsable de l’information qui soit de langue maternelle anglaise. D’autres
offres d’emploi démontrent, hélas, qu’il ne s’agit pas là d’un cas isolé. On
trouve régulièrement, dans les hebdomadaires European Voice et The Bulletin,
des offres d’emploi d’organisations non gouvernementales et d’entreprises qui
font une condition de la maîtrise de l’anglais comme langue maternelle.

Le critère de la langue maternelle contrevient au principe de
non-discrimination à l’embauche dans les pays de l’Union européenne. Les
non-anglophones sont exclus d’emblée de la procédure de sélection quand bien
même ils posséderaient mieux que bien la langue anglaise. Les allophones
n’entrent manifestement plus en ligne de compte pour certaines fonctions, et ça
à l’aube de l’Année européenne des langues!

La Commission est-elle d’avis que la condition à remplir par des candidats
à tel emploi (être de langue maternelle anglaise) dans les pays de l’Union
européenne contrevient au principe de non-discrimination? Dans l’affirmative,
quelles démarches va-t-elle entreprendre pour faire cesser cette discrimination
(linguistique)? Dans la négative, quels sont ses arguments pour concilier cette
condition avec le principe de non-discrimination?

Réponse préliminaire ("Word") Langue originale de la question: NL

Question non encore publiée au JO

4. Réponse donnée par Mme Diamantopoulou au nom de la Commission
(E-4100/00FR, 21 février 2001)

Les règles communautaires concernant la libre circulation des travailleurs
interdisent non seulement les discriminations ouvertes basées sur la
nationalité mais aussi les discriminations dissimulées qui, par application de
critères apparemment neutres aboutissent en fait au même résultat.
Néanmoins, il n’y a pas de discrimination dans le cas où les conditions
relatives aux connaissances linguistiques sont requises en raison de la nature
de l’emploi à pourvoir.

Dans certaines situations, il pourrait donc être justifié d’exiger d’un
candidat à un emploi des connaissances linguistiques d’un niveau très élevé.
Néanmoins, l’impossibilité d’en apporter la preuve par des moyens autres que
le fait qu’une langue soit la langue maternelle du candidat pourrait être
considérée comme disproportionnée par rapport à l’objectif recherché.

Les autorités nationales, y compris juridictionnelles, de l’Etat membre
concerné, doivent apprécier au cas par cas la compatibilité des exigences de
l’employeur avec le droit communautaire.

Par conséquent, il n’appartient pas à la Commission d’intervenir dans ce
cas.

5. Question écrite E-0779/01 posée par Bart Staes (Verts/ALE) à la
Commission (01 mars 2001)

Objet: Discrimination linguistique dans l’Union européenne

En réponse à la question écrite E-4100/00(1), la Commission fait observer
que "les règles communautaires concernant la libre circulation des
travailleurs interdisent non seulement les discriminations ouvertes basées sur
la nationalité mais aussi les discriminations dissimulées qui, par application
de critères apparemment neutres, aboutissent en fait au même résultat".

Selon elle, il n’y a toutefois pas de "discrimination dans le cas où
les conditions relatives aux connaissances linguistiques sont requises en raison
de la nature de l’emploi à pourvoir". Dans certaines situations, il peut
donc "être justifié d’exiger d’un candidat à un emploi des connaissances
linguistiques d’un niveau très élevé".

Se référer à l’affaire C-281/98 ("Néanmoins, l’impossibilité d’en
apporter la preuve par des moyens autres que le fait qu’une langue soit la
langue maternelle du candidat pourrait être considérée comme
disproportionnée par rapport à l’objectif recherché."), ce n’est pas
répondre à ce qui est l’objet principal de la question E-4100/00.

La réponse de la Commission ne permet pas de véritablement savoir si le
critère de la langue maternelle contrevient ou non au principe de
non-discrimination. De plus, ce qui était en cause dans l’affaire C-281/98,
c’était non pas le critère de la langue maternelle mais bien la possession
d’un certificat linguistique.

La Commission voudrait-elle dès lors dire clairement

1. si l’application du critère de la langue maternelle (native speaker) pour
le recrutement de personnel dans les états membres de l’Union européenne
contrevient au principe de non-discrimination, en indiquant, si tel n’est pas le
cas, les raisons pour lesquelles cette condition peut, selon elle, se concilier
avec le principe de non-discrimination;

2. si l’application du critère de la langue maternelle (native speaker) pour
le recrutement de personnel dans les états membres de l’Union européenne
contrevient à la libre circulation des travailleurs dans la Communauté, en
indiquant, si tel n’est pas le cas, les raisons pour lesquelles cette condition
peut, selon elle, se concilier avec le principe de non-discrimination ?

Langue originale de la question: NL Question non encore publiée au JO

6. Question orale de M. Danny Pieters au ministre belge de la Justice,
Marc Verwilghen, sur "les discriminations sur la base de la langue
maternelle". . Réponse donnée par monsieur Marc Verwilghen. (n° 9043, 22
mars 2001, 22.03.01 CRABV 50 PLEN 117)

11 Question orale de M. Danny Pieters au ministre de la Justice sur "les
discriminations sur la base de la langue maternelle" (n° 9043)

11.01 Danny Pieters (VU&ID): En effet j’avais déjà posé la même
question la semaine dernière. Je la répète brièvement.

Il s’agit de la limitation de la désignation du personnel dans les
institutions de l’UE ou dans les entreprises travaillant pour celle-ci à des
"native speakers". On peut accepter des conditions linguistiques, mais
non une sélection fondée sur l’origine. En posant la condition de la langue
maternelle, qui est le plus souvent l’anglais, on exclut de nombreuses
personnes des postes concernés.

Dans un pays comme le nôtre, les conséquences peuvent être importantes. De
nombeux allochtones en pâtiraient.

Le ministre juge-t-il cette discrimination suffisamment grave pour
intervenir? Comment interviendra-t-il? Prendra-t-il des initiatives dans le
cadre de la présidence de l’UE ou dans celui de "l’année
internationale des langues"? Quelle sera sa réaction à l’égard des
institutions européennes?

11.02 Marc Verwilghen, ministre (en néerlandais): Je n’ai pu être
présent la semaine dernière, me trouvant au Conseil des ministres européen.

J’ai transmis les questions de Monsieeur Pieters à la Commission
européenne, mais n’ai pas encore reçu de réponse. J’estime que nous
sommes bien en présence d’une forme de discrimination, ce qu’il faut
éviter. Cela va de soi.

Ce problème sera certainement discuté pendant la présidence belge. La
connaissance d’une langue peut être exigée pour des raisons de communication
mais non pour exclure certaines personnes.

11.03 Danny Pieters (VU&ID): je présume que le ministre estime comme moi
que toute condition fondée sur la langue maternelle est inacceptable.

Marc Verwilghen (en néerlandais): Je suis d’accord sur ce point.

Danny Pieters (VU&ID): La Commission fait de plus en plus appel souvent
aux services d’entreprises privées. Le problème se posera donc à ce niveau.

11.04 Marc Verwilghen, ministre (en néerlandais): J’ai déjà adressé à
la Commission européenne un courrier dans lequel j’ai abordé ce point
particulier. Ce qui est applicable à la Commission européene doit l’être a
fortiori à ses fonctionnaires.

Scipo Prikatel
Europea Esperanto-Ligo
www.esperanto.net