CINÉMAX QUÉBEC INC.

CINéMAX QUéBEC INC.
Ne plus utiliser le mot « théâtre » pour désigner un cinéma.

Depuis 1995, l’ASULF(1) suggère à la société Cinémax Québec
Inc. de ne plus
utiliser le mot « théâtre » pour désigner un cinéma. Sa troisième lettre lui
vaut un accusé de réception. Deux lettres adressées au vice-président,
Jacques Simard, et une au directeur du marketing, Jean Routhier, restent
sans réponse. La présidente de l’Office, Nicole René, écrit en juillet 1999
à Jacques Simard, qui fait simplement accuser réception par son directeur
général, Marcel Vallée. Madame René récrit en décembre 1999. Elle ne reçoit
pas de réponse, pas plus que l’Office qui a laissé un message téléphonique
le 29 mars 2000.

On ne peut mieux se foutre de la langue française. Voilà un comportement
d’autant plus insul­tant qu’il est le fait de francophones, soi-disant
instruits. Cette attitude est, au surplus, inexplicable. En effet, un
établissement sem­blable dans le Vieux-Port à Montréal porte l’appellation
cinéma Imax. L’état est impuissant à faire respecter la langue officielle
parce qu’il s’agit d’une question qui concerne la qualité de la langue.
Reste l’arme de l’opinion publique. Il est temps de s’en servir.

(1) ASULF – Association pour le soutien et l’usage de la langue
française