CENTRE HOSPITALIER DES VALLÉES DE L’OUTAOUAIS

CENTRE HOSPITALIER DES VALLéES DE L’OUTAOUAIS
Il n’y a pas de gifle plus blessante que celle qui vient d’un des nôtres.

Le pavillon de Gatineau du CHVO s’apprête à emboîter le pas
au pavillon de Hull et se munir d’un nouveau système de
dictée électronique. à Hull, il y a plus d’un an, une
entreprise a remporté un appel d’offres avec son produit
unilingue anglais, lors d’une présentation qui s’était
déroulée uniquement en anglais. On peut évidemment
aujourd’hui découvrir ce produit sur le site Web unilingue
anglais de la compagnie Dictaphone. De plus, ce logiciel de
dictée ne fonctionne que sur la version anglaise du
logiciel de traitement de texte Word. C’est donc en anglais
qu’on travaille au Ministère de la Santé du Québec!

à ce parti politique au pouvoir au Québec, qui se dit
nationaliste, et qui clame haut et fort (comme on peut le
lire sur son site Web) que "Notre culture, comme notre
langue … sont des éléments essentiels de notre identité"
et que "Nous formons en effet une nation par la langue que
nous partageons majoritairement…", je dis cessez de nous
emmerder avec vos palabres de politiciens et faites
respecter les lois!

Qu’est-ce que la Charte de la langue française, sinon un
torchon blanc à imprimer en petits rouleaux cotonneux,
alors qu’il y est spécifiquement écrit que "Le droit
reconnu de travailler en français au Québec est protégé par
les dispositions de la Charte…" (article 141,9)? Pour
éviter toute confusion, on y ajoute même une intreprétation
qui ne laisse aucun doute : "Les employeurs ont donc le
devoir d’installer tout matériel ou logiciel en français
aux postes de travail de leur personnel afin qu’il puisse y
avoir accès normalement." Comment expliquez-vous, messieurs
et mesdames les ministres, que ces principes de bases ne
s’appliquent pas aux employés de vos propres ministères?

Quel cirque médiatique plus honteux aurait-on pu faire de
la Commission des Etats généraux sur la langue française de
l’automne dernier, sachant que le gouvernement en place
crache ainsi sur ses propres lois?

Comment le gouvernement provincial en place peut-il
prétendre vouloir et pouvoir mieux protéger les intérêts
culturels du Québec que le gouvernement fédéral, lors de
sommets internationaux comme celui sur la ZLéA?

Quelle crédibilité ces politiciens et leurs apôtres
peuvent-ils encore espérer qu’on leur accorde lorsque des
droits aussi fondamentaux que celui du travail en français
au Québec sont bafoués aussi grossièrement au sein même
d’une institution étatique?

De quelque nature soit la prochaine tournée en province,
électorale ou référendaire, des principaux acteurs
politiques du gouvernement québécois, je leur dis soyez
prêts. Vous aurez à faire face à de sérieuses questions et
les réponses devront être très convaincantes!

Daniel Bolduc
emond_bolduc@yahoo.ca

(Le 6 mai 2001)

NDLR – Les adresses électroniques suivantes pourraient vous servir :

Monsieur Rémy Trudel
Ministre de la Santé et des Services sociaux
remy.trudel@cablevision.qc.ca

Madame Diane Lemieux
Ministre responsable de la Charte de la langue française
diane.lemieux@mcc.gouv.qc.ca