CARRIÈRES D’AVENIR AU QUÉBEC

CARRIèRES D’AVENIR AU QUéBEC

Lancement du best-seller annuel «Les carrières
d’avenir au Québec»

Le Québec crée de plus en plus d’emplois
pour de moins en moins de travailleurs!

Le Groupe de recherche Ma Carrière
des éditions Jobboom a dressé hier un bilan à la fois réjouissant
et préoccupant de la situation du marché du travail au Québec en
2001 à l’occasion de la sortie de son best-seller annuel de la
carrière et de la formation, Les carrières d’avenir au Québec, au
cours d’une rencontre de presse organisée à l’Ecole des métiers de
la construction, à Montréal. Bilan réjouissant, parce que le Québec
crée de plus en plus d’emplois et que le nombre de sans-emploi
devrait passer sous la barre des 300 000 personnes cette année, du
jamais vu depuis 1979; bilan préoccupant, car le manque de relève
qualifiée résultant en partie de sa dépopulation persistante menace
la croissance socio-économique à terme.

15 000 nouveaux postes vacants en 2001!
Qui l’eût cru? Le problème du chômage est en passe de céder la
place à celui du manque de travailleurs! C’est mathématique…
Selon Statistiques Canada, plus de 60 000 emplois pourraient être
créés en 2001 seulement, alors que la population active du Québec
n’augmente plus que de 45 000 personnes par an, un déficit de
15 000 travailleurs! D’ici à 2004, le taux de croissance de
l’emploi au Québec pourrait être en moyenne trois fois plus élevé
que le taux de croissance de la population en âge de travailler!

La retraite à 75 ans!
Il y a lieu de réfléchir rapidement aux solutions à privilégier.
«Confrontés à un problème similaire, certains états des Etats-Unis
ont décidé de refaire passer l’âge de la retraite à 75 ans alors
que les Pays-Bas ont carrément supprimé la préretraite entre 55 et
65 ans dans tous les secteurs», a souligné François Cartier,
vice-président éditeur des éditions Jobboom.

L’amorce d’un cercle vicieux
On voit déjà se profiler un cercle vicieux qu’il sera de plus en
plus difficile d’éviter. La baisse démographique a pour conséquence
d’entraîner une pénurie de travailleurs, qui se traduira par une
baisse de la consommation, laquelle viendra freiner la croissance
et le développement.

Le spectre du manque de relève qualifiée se fera de plus
en plus
menaçant, du seul fait des départs à la retraite. Quelques
exemples :

  • dans le domaine des pâtes et papier et de la
    foresterie, 5 000
    emplois devront être pourvus au cours des prochaines années;
  • dans le secteur de la santé, on appréhende une
    pénurie
    d’infirmières d’ici à 2005. Mille infirmières quitteront alors
    leur emploi chaque année – et ce nombre devrait s’élever à 1 800
    à partir de 2015. A titre comparatif, on compte seulement près
    de 500 départs à la retraite par an aujourd’hui.
  • dans le secteur de la construction, l’âge moyen est
    actuellement
    de 45 ans et 13 % de la population des travailleurs a plus de
    55 ans.

Une saignée démographique
Dans certaines régions comme la Gaspésie, le Bas-Saint-Laurent, la
Côte-Nord, le Saguenay/Lac-St-Jean, la Mauricie et l’Abitibi, c’est
une véritable saignée démographique qui se prépare : on y prévoit
une baisse du nombre de jeunes de 40 % d’ici à 2011. D’autres
régions vivront rapidement la même situation.

Le calme avant la tempête
Dans le même ordre d’idées, d’ici à 2004, le réseau de l’éducation
sera confronté dans certaines régions à une baisse de 30 % de
sa clientèle, pour un total de 45 000 élèves en moins. Les
conséquences sur l’allocation des ressources et la répartition
des effectifs enseignants seront majeures. De l’avis même des
responsables de la planification des effectifs du ministère de
l’Education, nous vivons présentement le calme avant la tempête.

Les 125 formations gagnantes
Cela dit, à court terme, les nouvelles sont excellentes pour les
jeunes en quête d’emploi, selon Les carrières d’avenir au Québec,
ouvrage dans lequel ont été identifiées les 125 formations les plus
prometteuses, les régions les plus dynamiques et les secteurs les
plus actifs. Première certitude, l’année 2001 verra le retour en
force des carrières du domaine de la santé, 29 formations liées à
ce domaine faisant partie des choix gagnants cette année, notamment
en laboratoire médical; inhalothérapie; hygiène dentaire; soins
infirmiers; et assistance aux bénéficiaires. Dans ces domaines,
les taux de placement atteignent jusqu’à 100 % presque partout au
Québec. En fait, ce phénomène n’est plus marginal. On trouve
aujourd’hui bon nombre de formations qui promettent un taux de
placement de 100 %, et ce à tous les niveaux et dans tous les
secteurs.

Les régions les plus dynamiques
En ce qui concerne les régions, si on a déjà longuement discuté
de la force entrepreneuriale des régions de la Beauce/Chaudière
Appalaches et du retour en force de Montréal au cours des trois
dernières années, ce qui saute aujourd’hui aux yeux, c’est la
vigueur des locomotives régionales de la grande couronne
montréalaise, à savoir Laval, Lanaudière, la Montérégie, les
Laurentides et l’Estrie.

Par ailleurs, les régions de l’Outaouais et de Québec,
avec un taux
de chômage respectif de 6,5 % et 6,8 %, sont promises à d’autres
beaux jours : la région d’Hull-Ottawa, avec son secteur touristique
en expansion et sa forte concentration d’entreprises ouvrant dans
les technologies de l’information, connaîtra la plus forte
croissance au Canada en 2001 et celle de Québec, de plus en plus
diversifiée dans l’économie du savoir, soit le biomédical, le
biopharmaceutique, l’optique et la géomatique, devrait créer
21 000 emplois d’ici à 2004.

Les secteurs les plus actifs
Presque tous les secteurs d’activité ont connu une bonne année 2000
et plusieurs devraient continuer dans les années à venir. On
s’attend à la création de :

  • 4 000 emplois dans l’aérospatiale au cours des trois
    prochaines années;
  • 15 000 nouveaux postes dans l’industrie alimentaire
    d’ici à 2005;
  • 8 000 emplois dans les services de garde et les
    services aux
    personnes âgées d’ici à 2006;
  • 16 000 emplois en géomatique au Canada d’ici à cinq
    ans;
  • 20 000 emplois dans la Cité du commerce électronique
    d’ici
    à 2005.

On trouvera bien d’autres renseignements dans Les
carrières
d’avenir au Québec, un ouvrage de référence de quelque 400 pages,
publié aux éditions Jobboom, regroupant analyses, statistiques et
informations indispensables à la compréhension du marché du travail
québécois, agrémentés des témoignages de plusieurs centaines de
spécialistes des milieux industriel, professionnel et scolaire. De
plus, un cédérom portant sur les métiers des industries du meuble,
des armoires de cuisines et des portes et fenêtres présentant les
profils d’une cinquantaine de professions de ce secteur d’emploi en
pleine explosion a été inséré dans le document.

Toutes les informations publiées découlent d’une
importante enquête
réalisée auprès de plus de 900 intervenants sur le terrain entre
juin et décembre 2000, fruit de la participation du gouvernement du
Québec, du Mouvement Desjardins, de Développement des ressources
humaines Canada ainsi que de la Fédération des commissions
scolaires du Québec et de la Fédération des cégeps.