300.000 FRANCOPHONES ISOLÉS AU NORD DE LA BELGIQUE

300.000 francophones isolés au nord de la Belgique

De Haan (Belgique), le 21 mai 2001 – « En
participant au colloque international "Francophonie au Pluriel" qui s’est
tenu à Paris du 17 au 20 mai, nous avons atteint nos objectifs au delà de nos
espérances. Lorsque nous avons demandé à l’Administrateur général de l’Agence
intergouvernementale de la Francophonie, Monsieur Roger Dehaybe, s’il y avait
des francophones qu’il fallait soutenir et d’autres qu’il fallait ignorer,
de nombreux applaudissements ont retenti dans la salle »
déclare
Edgar Fonck, directeur de l’Association pour la Promotion de la Francophonie
en Flandre (APFF).

Le colloque était organisé par l’Année francophone
internationale, à l’occasion de son dixième anniversaire, et placé sous le
haut patronage de l’UNESCO et de l’Organisation internationale de la
Francophonie. Il était réalisé avec le concours des gouvernements
francophones et des principaux médias de langue française.

Lors de son intervention, Edgar Fonck, n’a pas manqué de
souligner l’isolement des 300.000 francophones habitant en Flandre.

« 1° Ils sont isolés au niveau de la Flandre :
La Région flamande a clairement signifié son refus de signer la
convention-cadre pour la protection des minorités nationales. De ce fait, la
Belgique est un des seuls pays européens à ne pas encore avoir ratifié ladite
convention alors que c’est un pré-requis pour tous les nouveaux candidats à
l’adhésion à l’Union européenne.

Ils sont isolés au niveau de la Belgique : Suite
aux démarches des autorités flamandes qui ont saisi la Cour d’arbitrage, la
Communauté française de Belgique ne peut plus accorder de subventions aux
associations francophones actives en Flandre. Il est clair que les flamands
veulent avoir, dans leur région, la mainmise sur toute la vie culturelle
francophone pour la contrôler.

Ils sont isolés au niveau des autres pays de la
Francophonie
: La plupart des ambassades des pays francophones représentés
en Belgique ont pour mission première de développer les échanges commerciaux
entre leur pays et nos différentes régions. Lorsqu’il s’agit de la
Flandre, pour ménager les susceptibilités, la francophonie passe à la trappe,
à l’exception de quelques accords culturels qui concernent l’enseignement
et ne s’adressent pas aux francophones. »

A propos de l’APFF

L’Association pour la Promotion de la Francophonie en
Flandre (APFF) ne poursuit aucun but politique et n’entend nullement remettre en
cause le statut linguistique de la Flandre. Elle veut simplement que le
français, l’une de nos langues nationales, ait droit de cité en Flandre au
même titre que toute autre langue. Elle désire en outre développer des
relations harmonieuses avec les autres cultures. L’APFF ne représente pas les
francophones de Flandre; elle s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la
langue et à la culture françaises.

Cette promotion de la francophonie, l’APFF la réalise
notamment en publiant sur son site internet le magazine « Nouvelles de
Flandre » (http://www.dmnet.be/ndf). On peut y trouver outre l’agenda des
activités en français, les adresses des ressources francophones en Flandre,
des articles et des informations sur la francophonie en général. Un bulletin,
version papier du magazine, est également édité.

Toute personne intéressée par l’APFF peut en devenir
membre. La cotisation annuelle s’élève à 500 BEF (12,39 €) pour la Belgique
et 750 BEF (18,59 €) pour l’Etranger à verser au compte 210-0433429-85 de l’APFF
asbl. Les membres et les donateurs reçoivent le bulletin « Nouvelles de
Flandre » tous les deux mois.