UNILINGUISME ANGLAIS DÉNONCÉ À L’ÉCOLE FRANÇAISE JEAN XXIII

Unilinguisme anglais dénoncé à l’école française Jean
XXIII

Claire Legault

Un groupe de parents de la région a tenu, en ce début d’année, à faire
connaître son insatisfaction
à l’endroit de la direction de l’école Jean XXIII et des autorités de la
Commission scolaire Baldwin-Cartier. Les doléances portent sur les principaux projets
culturels que proposera à la communauté, cette école secondaire. En effet, cette école
française proposera à ses élèves, aux parents et à la communauté régionale deux
spectacles culturels à contenu exclusif de langue anglaise. Il s’agirait
d’abord d’un spectacle de variétés intitulé “Le SHOW” (sic) pour
lequel les élèves de l’école doivent auditionner en vue de présentations
obligatoirement en langue anglaise; le second projet est du groupe de l’Harmonie
musicale et comporterait uniquement de la musique britannique populaire “rock”
chantée aussi exclusivement en langue anglaise par des professeurs et par des élèves de
l’école. Une activité théâtrale de langue française est également prévue mais
celle-ci est paradoxalement préparée par un groupe d’élèves!

L’Association des francophones et la Société Saint-Jean Baptiste soutiennent les
parents.

Le groupe de parents est appuyé par l’Association des francophones de
l’Ouest-de-l’Île de même que par la Société Saint-Jean Baptiste de
l’Ouest-de-l’Île. Des représentations ont été faites à la présidence de la
Commission scolaire suite au refus du directeur de l’école et de la direction
générale de la Commission de franciser les projets de spectacles.

“Pour nous, c’est le gros bon sens car les écoles financées par la
collectivité ont la vocation de consolider et promouvoir la langue française”
affirme M. Pierre Paquette, un des parents impliqués dans le dossier. La direction
reconnaîtrait le problème mais n’exigerait pas néanmoins que le français soit
remis à l’honneur “parce que les professeurs responsables croient qu’ils
n’ont pas l’obligation de respecter les sensibilités culturelles de la
majorité et menaceraient même d’annuler leurs projets, ce qui, selon nous, est
préférable si rien ne change”, d’ajouter M. Paquette.

Au début de décembre, le groupe demandait au président de la Commission, M. Jacques
Mongeau, d’intervenir afin de franciser ce qui était alors qu’un des projets
connus. Celui-ci préféra ne pas s’impliquer à ce moment. Selon les intervenants,
le problème demeure non seulement irrésolu mais se pose encore avec plus d’acuité
depuis que le second projet culturel unilingue anglais a été porté à l’attention
des autorités au début de l’année.

Une école publique française
qui contribue au recul du français?

Les présidents de l’Association des francophones de l’Ouest-de-l’Île,
respectivement messieurs
Arthur Grandmont et Jean-Guy Plante demandent, avec M. Paquette, de rencontrer le
président de la commission scolaire “dans les meilleurs délais possible”.
Selon M. Grandmont: “nous avons bien confiance que les renseignements additionnels
fournis à M. Mongeau, notamment le projet d’un second événement unilingue anglais,
lui seront utiles et permettront d’entrevoir une résolution du problème”.
Selon M. Jean-Guy Plante, il est très important de situer les interventions du groupe
dans le contexte plus large de la vocation culturelle des écoles et des responsabilités
du personnel enseignant à qui la collectivité québécoise confie ses nouvelles
générations. “Selon les plus récentes données”, observe M. Plante, “la
région que dessert l’école Jean XXIII est caractérisée par des taux
d’abandon du français au profit de l’anglais comme langue d’usage qui sont
cinq fois plus importants que les transferts linguistiques inverses, c’est-à-dire de
l’anglais vers le français. C’est assez inquiétant”. Il conclut par une
question: “Est-il déraisonnable de demander que les écoles publiques françaises de
notre région contribuent à consolider la langue française et sa culture plutôt que de
contribuer à leur abandon?”

Un contraste assez frappant existerait au Collège Beaubois, une école secondaire
privée bien connue de la région de l’Ouest-de-l’Île. En effet, selon la
“Politique de valorisation du français” en vigueur dans cette institution,
toute représentation culturelle doit se dérouler en langue française sauf exception
devant être approuvée par la direction. “Voilà une école qui remplie bien son
rôle”, constate M. Paquette, et “il est à craindre”, ajoute-t-il,
“que la situation irresponsable à Jean XXIII et l’inaction des autorités
incitent des parents à confier leurs enfants à l’école privée. à Jean XXIII il
n’y a pas de programme de valorisation du français mais tout le contraire!

Plaintes à l’Office de la langue française

Deux demandes d’enquête ont été adressées à la commission de protection de la
langue
française. Les plaintes visent à déterminer si les projets unilingues anglais sont
conformes aux articles de loi. Les cabinets des ministres de l’éducation et de la
Culture ont été informés de la situation. Par ailleurs, une pétition adressée à la
ministre de l’éducation est en voie d’être complétée. Cette pétition
déclare ce qui suit: Considérant que l’école secondaire Jean XXIII de la
Commission scolaire Baldwin-Cartier est une école française et que son rôle est de
consolider et de promouvoir la langue et la culture française, les soussignés, parents
et résidents du territoire desservi par Jean XXIII, souhaitons que les représentations
culturelles présentées à cette école en 1998 à l’intention de la communauté
soient en français et non en anglais.

Les parents intéressés à ajouter leur nom à cette pétition peuvent le faire en
communiquant avec l’Association des francophones de l’Ouest-de-l’Île
(514-624-8941). Les intervenants auprès des autorités scolaires se proposent de
continuer leurs activités dans les semaines et les mois qui viennent.

************

“Christmas Show”

NDLR On nous apprend que le spectacle présenté pour la période des Fêtes à
l’école Jean XXIII avait pour titre “CHRISTMAS SHOW” et
était en anglais !
************

Faites parvenir vos commentaires :

Assemblée des commissaires
Attention : Madame France Goulet
Commission scolaire Baldwin-Cartier
10, boul. Des Sources
Pointe-Claire (Québec)
H9S 5K8
Tél. : (514) 697-6320
Téléc. : (514) 697-5908
Adrélec : Info@csbaldwincartier.qc.ca
école Jean XXIII
Attention : Monsieur Robert Ridyard
1301, Ave Dawson
Dorval (Québec)
H9S 1Y3
Tél. : (514) 636-1711
Téléc. : (514) 636-9833
Adrélec : JeanXXIII@csbaldwincartier.qc.ca

N’oubliez pas d’expédier une copie conforme à :

Madame Pauline Marois
Ministre de l’éducation
Hôtel du Parlement
Québec (Québec)
Tél. : (418) 644-0664
Téléc. : (514) 646-7551
Adrélec : dir_com@meq.gouv.qc.ca
IMPéRATIF FRANçAIS
C.P. 449
Aylmer (Québec)
J9H 5E7
Adrélec : imperatif@imperatif-francais.org
Site : http://www.imperatif-francais.org