UNE TACTIQUE TRÈS PAYANTE

UNE TACTIQUE TRèS PAYANTE !

L’analyse de la répartition et de la distribution linguistiques
des médias au Canada et au Québec permet de constater aisément que ceux de langue
anglaise sont omniprésents et occupent très souvent, au Canada, presque toute la place
et, même au Québec, une place souvent prépondérante.

Ainsi, au Québec, l’abonné au câble pourra capter, par exemple,
jusqu’à 21 stations de télévision en langue anglaise à Chicoutimi sur 60, 16 à
Rimouski sur 46, 16 à Trois-Rivières sur 48. Pendant ce temps, dans les régions de
Montréal et de l’Outaouais, le ratio atteint deux stations de langue anglaise pour
une de langue française… Et l’éventail en anglais est sur le point
d’augmenter encore plus avec la venue de la câblodistribution numérique !

Prenant toute la place au Canada, les stations de radio anglophone
envahissent aussi les ondes québécoises. à Montréal, l’auditeur radiophonique
peut syntoniser neuf stations locales de langue anglaise et trois en provenance des
états-Unis; dans l’Outaouais, dix stations de langue anglaise pour seulement trois
de langue française…

Une comparaison entre le nombre de quotidiens, d’hebdos et de magazines
de langue anglaise et de langue française distribués au Canada révélerait que la vaste
majorité canadienne de langue anglaise est, sans aucun doute, proportionnellement
beaucoup, beaucoup mieux desservie. Côté des nouvelles technologies de communication,
Internet, le Commissariat aux langues officielles fait la preuve, dans une étude
spéciale sur « Le français sur Internet », de la nette prépondérance de
l’anglais dans ce domaine : « La langue anglaise est prépondérante dans
l’ensemble des réseaux électroniques, y compris sur Internet.
» Pour sa part,
l’industrie cinématographique est massivement anglo-saxonne.

Malgré cette omniprésence anglicisante des technologies de
communication et des médias anglophones de toutes sortes, Patrimoine canadien
versera au cours des cinq prochaines années, à partir du cadre de son Programme
d’appui
à la langue anglaise, approximativement un demi-million de dollars en
subventions aux journaux membres du Quebec Community Newspapers Association (QCNA)
pour oeuvrer au « développement » et à « l’épanouissement », au
Québec, de la langue officielle canadienne majoritaire, l’anglais ! Plusieurs
dizaines de milliers de dollars seront ainsi accordés en subventions aux journaux
anglophones, incluant même ceux de l’Outaouais et de Montréal.

Vous comprendrez ainsi beaucoup mieux l’angle retenu pour le
traitement médiatique de la nouvelle et la pensée éditoriale de certains médias
anglophones, et la raison pour laquelle ils se font, notamment certains hebdos membres de
la QCNA, les promoteurs de la supercherie canadienne inventant de toute pièce une « minorité
» de langue anglaise en Amérique du Nord.

C’est une tactique très payante !

N.B. N’hésitez surtout pas à faire parvenir vos commentaires aux

personnes suivantes :

Madame Sheila Copps
Ministre du Patrimoine canadien
Téléphone: (613) 995-2772
Télécopieur: (613) 994-1267
Courrier électronique: Copps.S@parl.gc.ca

Monsieur Jean Chrétien
Premier ministre
Téléphone: (613) 992-4211
Télécopieur: (613) 941-6900
Courrier électronique: pm@pm.gc.ca

Monsieur Gilles Duceppe
Chef du Bloc québécois
Courriel : duceppe.g@parl.gc.ca

Commissariat aux langues officielles
On peut écrire à partir de l’adresse : http://www.ocol-clo.gc.ca/9f.htm

Et une copie conforme à :

Imperatif@imperatif-francais.org

Source :

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications
Tél. : (819) 684-7119
Téléc. : (819) 684-8409
Courriel : Imperatif@imperatif-francais.org
Site : http://www.imperatif-francais.org

(Le 31 janvier 2000)