UNE RADIO COMMERCIALE MOINS AMÉRICAINE

UNE RADIO COMMERCIALE MOINS AMéRICAINE

Malgré le fait que le CRTC n’ait pas jugé bon d’augmenter le quota minimum de musique
vocale francophone de 65 % à 75 % à la radio commerciale comme le recommandait son
mémoire sur L’éROSION CULTURELLE , Impératif français n’accueille tout de même pas
défavorablement certaines orientations du Conseil de la radiodiffusion et des
télécommunications du Canada, de dire Jean-Paul Perreault, le président d’Impératif
français.

Bien qu’il maintienne le niveau minimum hebdomadaire à son niveau actuel de 65 % de
pièces de musique vocale populaire de langue française, le CRTC obligerait dorénavant
une plus grande présence de la chanson française aux heures de grande écoute, soit 55 %
entre 6h et 18 h du lundi au vendredi.

Cela représente une amélioration par rapport à la situation actuelle puisque
certaines stations de radio commerciale diffusent aussi peu que 40 % de musique en langue
française aux heures de grande écoute afin de faire surtout place à la musique vocale
anglophone, reléguant ainsi la chanson francophone aux heures de faible écoute,
d’ajouter monsieur Perreault.

Certaines stations de radio commerciale avait acquis la vilaine habitude de dépecer
les chansons francophones pour pouvoir en comptabiliser un plus grand nombre afin
d’atteindre le quota de 65 %. Le CRTC s’est engagé à modifier le Règlement pour que les
pièces musicales soient diffusées intégralement et entièrement. Une autre
amélioration, de dire le président d’Impératif français.

De plus, le CRTC hausserait le niveau minimum de contenu canadien pour l’ensemble des
pièces de musique populaire de 30% à 35 %.

Nous sommes d’avis que toutes ces nouvelles orientations, lorsqu’elles seront mises en
vigueur, pourraient avoir comme effets de réduire l’érosion culturelle et l’érosion
d’auditoire et de stimuler l’industrie culturelle dans son ensemble, plus
particulièrement l’industrie du disque, de la chanson et du spectacle.

Toutefois, nous déplorons que le CRTC n’envisage pas l’imposition de quota minimum
pour la diffusion de nouveaux talents et de nouvelles créations.

Les orientations du CRTC concernant la propriété des stations de radio commerciale
auront comme conséquence de réduire la concurrence et d’encourager la concentration de
propriété. Cela étonne puisque la situation financière de l’industrie de la radio
s’est beaucoup améliorée au cours des deux dernières années aux dires même du CRTC.
Souhaitons que les nouvelles règles sur la propriété n’aient pas pour effet de menacer
l’impartialité et l’objectivité requises dans le traitement de l’information, de
conclure le président d’Impératif français.

Pour plus d’informations, consulter le site Web du CRTC :
http://www.crtc.gc.ca

Source : Impératif français
Tél. : (819) 684-7119 Imperatif@imperatif-francais.org

Le 30 avril 1998