UNE LANGUE POUR L’EUROPE : L’ANGLAIS

UNE LANGUE POUR L’EUROPE : L’ANGLAIS

Je me permets de vous retransmettre un message reçu d’un sympathisant
à notre cause. Ses arguments sont pertinents et peuvent être resservis à tous ceux qui
pensent que nous pourrions aller utilement et sûrement vers le bilinguisme en France. Il
démontre fort bien que ce serait, à terme, la mort assurée pour notre langue et pour la
francophonie. Mais, c’est peut-être cela que souhaitent certains…

Marceau Déchamps
Défense de la langue française
France
dlf78@club-internet.fr

Message de M. De Poli adressé au journal Le Monde

Bonjour,

Je me permets de vous écrire car j’ai été scandalisé par l’article
publié au courrier des lecteurs du Monde de l’édition du jeudi 3 février et intitulé
"Une langue pour l’Europe: l’anglais". Cet article est en contradiction totale
avec tous les objectifs affichés de notre pays en faveur de la diversité linguistique et
culturelle et en contradiction aussi avec la politique linguistique européenne qui est
clairement et officiellement plurilingue. Je vais donc m’attacher, dans les lignes qui
suivent, à réagir plus en détail aux propos de ce lecteur qui semble si au fait des
questions linguistiques :

« Après la monnaie unique, l’Europe a besoin d’une langue unique
pour ses institutions et le commandement de ses armées

Cette phrase est tout a fait discutable en ce qui concerne les
institutions. En effet, ces dernières marchent très bien avec onze langues officielles
et deux langues de travail: l’anglais et le français. Quant au commandement des armées,
on peut difficilement se passer d’une langue opérationnelle, c’est vrai. Mais cela ne
signifie pas que les documents officiels doivent être rédigés en une seule langue.

« La vie a tranché et cette langue existe déjà, c’est le latin
du monde moderne, c’est l’anglais

Où est-il donc écrit que "le latin du monde moderne est
l’anglais"??? Je rappelle que l’immense majorité des organisations internationales
ont plusieurs langues de travail officielles. L’O.N.U. reconnaît six langues officielles:
l’anglais, l’arabe, le chinois, l’espagnol, le français et le russe ainsi que deux
langues de travail officielles: l’anglais et le français. De même, l’Union Européenne
reconnaît onze langues officielles.

« Si l’anglais était enseigné aux petits Européens à égalité
avec leur langue vernaculaire, dès l’école primaire, voire dès la maternelle, nous
aurions au premier tiers du XXIème siècle un génération de parfaits bilingues

Cette phrase est complètement stupide et montre à quel point la
vassalisation mentale de certains Français vis-à-vis de l’anglais peut être profonde.
Ce que ce lecteur oublie de dire, c’est que le bilinguisme généralisé scellerait à
moyen terme le sort du français, qui serait ravalé au statut de langue seconde. De plus,
à quoi cela servirait-il donc que des étrangers continuent à apprendre notre langue si
l’anglais devenait la deuxième langue en France (apprise dès la maternelle!)? Une telle
politique – complètement irresponsable – de promotion de l’anglais ôterait toute
justification à la diffusion du français dans le monde. Ensuite, en France même, les
étrangers n’apprendraient plus notre langue vu que tout le monde serait censé connaître
l’anglais! Notre langue ne deviendrait plus qu’une langue de second rang (nos amis
Québécois en savent beaucoup sur ce sujet!). Sans être un linguiste, cela me semble
évident.

« Quitte à apprendre, par goût ou par nécessité, une seconde ou
une troisième langue à partir du collège.»

Là encore, c’est n’importe quoi!!! Ce lecteur croit vraiment au Père
Noël! Pourquoi donc devrait-on apprendre d’autres langues au collège si on peut tout
faire avec l’anglais??? C’est absurde! Quant au "goût", je rigole doucement. On
apprendrait ainsi l’allemand ou l’espagnol par "goût", c’est-à-dire comme une
langue folklorique pour se rendre exotique mais qui n’aurait, bien évidemment, plus
aucune utilité pratique.

Vu que la publication au courrier des lecteurs obéit à certaines
règles, je me permets de condenser mes réflexions dans un petit texte pour publication,
s’il en était décidé ainsi:

Le plurilinguisme européen

Suite au petit texte intitulé "Une langue pour l’Europe:
l’anglais" publié au courrier des lecteurs du 3 février, je rappelle que l’Europe
est officiellement plurilingue avec onze langues officielles et que les institutions
marchent très bien ainsi. De plus, il me semble clair que l’enseignement généralisé de
l’anglais aux petits Européens ôterait toute raison pratique d’apprendre les autres
langues de l’Europe. En particulier, il ne serait plus nécessaire pour des étrangers
d’apprendre le français pour communiquer en France vu que tout le monde serait censé
parler anglais. La Francophonie en serait profondément affectée et n’aurait tout
simplement plus de raison d’être.

à titre personnel, je trouve vraiment scandaleux que des Français
puissent se faire les apôtres de l’anglais et dénigrent ainsi leur propre langue,
deuxième langue enseignée au monde après l’anglais et langue officielle dans trente
pays.

Cela en dit vraiment très long sur l’état de vassalisation mentale de
certains Français vis-à-vis de l’anglais. Je ne sais s’il faut en rire ou en pleurer.

Daniel DE POLI
Urcerey (Territoire de Belfort)

Bien à vous

(Le 5 février 2000)