UNE CANDIDATURE POUR LE PRIX CITRON

UNE CANDIDATURE POUR LE PRIX CITRON

J’aurais une candidature à vous soumettre pour le prix citron… Je ne sais pas
ce qu’est le prix coco! 🙂

En fait, cette candidature n’est sans doute pas acceptable… Mais j’ai quand
même envie de vous dire pourquoi je la soumettrais si je le pouvais.

Mon fils a eu, en première année, une professeure d’une cinquantaine d’année.
Elle écrivait très bien. Il a eu ensuite deux très jeunes professeures pendant
sa deuxième année (changement d’école) et il a, encore cette année, une très
jeune professeure. Et bien je suis atterrée par le manque de qualité du
français écrit et parlé de ces jeunes femmes.

L’an dernier, mon fils est allé à l’école avec des pantalons couleur kaki.
Comme, à cette école, on ne tolère rien qui pourrait ressembler, de près et
même, semble-t-il, de très très très loin, à un uniforme d’armée, mon fils m’est
revenu avec cette note de sa professeure:

"Je suis très déçu de votre fils. Les pantalons d’armée sont interdit à
l’école. C’est une chose que nous ne pouvons toléré."

ça tenait en trois lignes. Il y avait trois fautes. Trois! Pour une femme,
d’écrire je suis déçu sans "e"… alors que ça devrait être un réflexe
d’en
mettre un… J’étais complètement dépassée, inutile de vous le dire! J’ai
attendu, ne sachant quoi faire. Je ne voulais pas nuire à cette jeune femme,
mais en même temps, je trouvais cela dur à prendre. Deux jours après, mon fils
m’arrive avec une dictée. Il me dit: "Regarde maman ce qu’elle a écrit! Elle
a fait une faute…". Je regarde… "0 fautes". Avec un "s". Bon,
il me
montre ensuite une composition, contenant des erreurs qu’elle n’a pas relevées.
J’ai finalement appelé à l’école. J’ai été accueillie très froidement par le
directeur, qui m’a dit que ça arrivait à tout le monde de faire des fautes, que
le billet en contenant trois avait peut-être été rédigé à la hâte, dans la cour
d’école, au milieu d’enfants agités… "Mais, monsieur le directeur, je serais
entourée de milliers d’enfants hyper actifs et je mettrais un "e" à
"déçue"!
Quand même!" que je lui ai dit… Il me fait à peu près la même réponse… Je
lui ai fait remarquer que je ne parlais quand même pas d’une dictée de Pivot,
mais de trois lignes toutes simples… Peine perdue, cela ne l’a pas alarmé une
miette. Et au sujet de la composition, il m’a dit que l’enseignante n’est pas
tenue de corriger les fautes des mots que les enfants n’ont pas encore appris.

ça, c’était l’an dernier… Cette année, ça va un peu mieux avec sa
professeure. Et comme mon fils est très bon en français :-), un mur de la
cuisine est couvert de ses diplômes de "roi de la dictée"… Le problème? Le
texte de ces diplômes! Imaginez que mon fils est roi "pour avoir fait aucune
faute dans sa dictée"!!! Pas pour N’avoir fait aucune faute, pour avoir fait
aucune faute! *soupir* J’aurais bien d’autres exemples, mais je vais arrêter
ici…

Je me souviens, il y a quelques années, d’avoir entendu que la qualité du
français des finissants à l’université était plutôt déplorable. Je n’aurais pas
pensé que cela s’étendait aux finissants en enseignement.

J’ai eu l’occasion d’aller plusieurs fois à l’école récemment, car je
participais à une activité. Imaginez-vous que devant le bureau du directeur…
Devant sa porte! Juste sur le mur d’en face! Sous son nez et celui de tous!
Il y avait une pancarte, sur laquelle était écrit le menu de la semaine. Le
lundi, j’ai appris que le mercredi, on servait de la pizzas gratiné. Le
vendredi, alors que la pizzas gratiné devait être depuis longtemps digéree(s?),
la faute, elle, n’avait toujours pas été corrigée…

Alors la candidature que je proposerais pour le prix citron… Je suis bien
embêtée! Les jeunes professeurs? Les directeurs plus que tolérants? Les
universités qui laissent de tels finissants prendre la route de l’enseignement?

Franchement… J’en perds mon latin, mais je ne laisserai pas mon petit gars en
perdre son français!

Manon
petit.prince@videotron.ca

(Le 21 janvier 2000)