UN ESPACE ÉCONOMIQUE FRANCOPHONE SUR INTERNET

UN ESPACE éCONOMIQUE FRANCOPHONE SUR INTERNET?

François Picard
éditeur
Atout Micro

Tant à la Conférence des ministres francophones chargés des inforoutes, qui s’est
tenue à Montréal en mai dernier, qu’au septième Sommet de la Francophonie, à Hanoï à
la mi-novembre, on a parlé de démocratisation de l’accès à l’inforoute, de la
francisation de cette inforoute et d’un «espace économique francophone». Pourtant, dans
aucun des documents publiés à la suite de ces deux événements importants ni dans les
résolutions de nos gouvernements, je n’ai vu mention de la nécessité de faire des
pressions pour que les firmes américaines ou canadiennes anglaises auxquelles nous
achetons le plus fassent un effort pour communiquer avec nous en français par Internet.

Pour pouvoir vous démontrer qu’il y a là un sérieux problème, je suis allé visiter
les sites des principales compagnies avec lesquelles les Canadiens francophones font
surtout affaires et je vous suggère d’en faire de même. Comme vous le verrez plus loin,
dans nos Pages Internet, et pourrez le constater par vous-mêmes en allant visiter les
sites mentionnés, la plupart des firmes anglophones qui tirent d’énormes profits des
francophones ne font aucun effort pour accueillir les francophones sur leur site Web et
leur fournir des renseignements dans leur langue. Dans le domaine du matériel
informatique, plus que dans tout autre, ceux qui ne comprennent pas l’anglais souffrent
énormément de ne pas avoir de documentation en français, d’en avoir avec des erreurs de
traduction parfois dangereuses, de ne pas pouvoir obtenir de support technique dans leur
langue par téléphone ou par Internet.

à la suite de la question que nous vous avons posée le mois dernier sur la présence
de documentation en français avec les appareils que vous achetez, nous avons eu des
appels, des messages et des conversations qui nous ont confirmé que les francophones se
sentaient de plus en plus dédaignés. Si nos dirigeants politiques ne prennent pas
conscience de l’importance d’une présence francophone sur Internet ailleurs que dans les
contenus culturels et scientifiques, c’est peut-être qu’ils sont trop loin des
préoccupations des citoyens qui sont d’abord d’ordre économique et pratique. Il vaut
donc mieux que les citoyens se chargent eux-mêmes de réclamer leur dû et plus de
respect de la part de certaines compagnies avec lesquelles ils traitent, car c’est bien de
cela qu’il s’agit. Le minimum que vous puissiez faire, c’est de laisser de petits messages
sur les différents sites pour réclamer des pages en français. Peut-être aurez-vous la
même réponse que celle que j’ai eue sur l’un de ces sites, «Nobody here can understand
your message. Could you write in English?», mais ils finiront bien par trouver quelqu’un.

Commentaires:

François Picard
éditeur d’Atout Micro
Adrélec : fpicard@atoutmicro.ca
Site : http://www.atoutmicro.ca