TOTALFINA POLLUE

TOTALFINA POLLUE

Thierry Desmarest, après avoir pollué nos plages, pollue notre culture. A quoi bon
défendre la diversité des espèces animales si on ne défend pas la diversité
culturelle ?

Ci-joint, une traduction libre d’un article de Diane Francis publié dans le
Financial Post ayant pour titre :

" Si la France peut « piger » pourquoi pas le Canada ?
L’anglais est la langue des affaires planétaires

Diane Francis
Financial Post

Je vais d’apprendre que la plus grande entreprise en France, le géant pétrolier
TotalFina SA, exige maintenant que tous ses employés apprennent l’anglais et que tous les
candidats passent des examens d’anglais.

« Tout Français qui se joint à notre société doit passer un examen de compétence
d’anglais et doit être disposé à mieux le parler et à mieux le comprendre » a
déclaré un porte-parole du siège social de TotalFina à Paris dans un récent entretien
téléphonique que j’ai eu avec lui. (…)

La version originale du Financial Post est accessible à l’adresse suivante :

http://www.nationalpost.com/financialpost.asp?s2=columnists&s3=francis&f=000226/217216.html

N’hésitez surtout à communiquer vos commentaires à TotalFina :
webmaster@total.calva.net
investorel@total.calva.net
totalnyc@aol.com

Et à la Délégation générale de langue française :
dglf@culture.fr

**********

SORRY I CAN’T READ FRENCH

L’adresse électronique de Diane Francis est : dfrancis@nationalpost.com

La réponse de madame Diane Francis du National Post au message qui suit fut la
suivante :
sorry I can’t read French
Diane Francis

Chère Madame Francis,

Je suis Français et j’ai lu avec grand intérêt votre article en
ligne concernant la langue anglaise: http://www.nationalpost.com/financialpost.asp?s2=columnists&s3=francis&f=000226/217216.html

Et je voulais réagir au paragraphe suivant:

"Meanwhile, he steadfastly denies francophone and immigrant
parents from giving their children a bilingual education. So did Parizeau. So did Levesque
and so did Bourassa."

Chère Madame, je tiens tout de même à préciser un fait évident. Si
on laissait aux immigrants le choix de la langue d’enseignement au Québec, presque tous
iraient à l’école anglaise et le français se trouverait marginalisé en quelques
générations. De même, il est évident qu’un Québec bilingue français-anglais est la
porte ouverte à la marginalisation puis à la disparition du français! Tout simplement
parce que le français ne serait plus incontournable. Les Québécois l’ont bien compris
et ont promulgé le français seule langue officielle du Québec. Je ne vois d’ailleurs
pas ce qu’il y a de choquant à cela puisque personne ne demande à la Colombie-Britannique,
par exemple, de devenir bilingue.

Avec de tels propos de votre part, je comprends tout à fait que de
nombreux Québécois veulent leur pays à eux. J’espère sincèrement que le prochain
référendum verra la victoire des souverainistes.

Si tous les anglophones pensent comme vous, le Québec n’a vraiment
rien à faire dans le Canada.

Quant à la politique linguistique de Totalfina, sachez que de nombreux
Français sont en désaccord avec cette politique et luttent contre ce scandale qui fait
de l’anglais un critère unilatéral de sélection. C’est tout simplement honteux!

Pour répondre à votre article, je vous laisse ci-après un texte
très intéressant (en anglais) concernant le caractère colonial de la langue anglaise:

ANGLO-SAXON LINGUISTIC NEOCOLONIALISM BRILLANTLY EXPOSED

by ALASTAIR PENNYCOOK

Le texte suivant de l’auteur cyrano@pasdepub.com
est extrait du groupe de discussion soc.culture.belgium.

Lots of naive people are, still, not aware that colonialism is well,
alive and very strong! This neo-colonialism is made through the spread of the English
language, as brilliantly demonstrated by a book which I have just read from Alistair
Pennycook.

Now, in fact, we are engaged in what the French have called la
"Guerre de Velours" or the "Velvet War", a new form of stealth war
which uses information instead of machine guns and bombs as tools of colonisation.

The objective of the Velvet War, lead by the US merchants, is to
anglosaxonise the whole planet, in order to control the wealth of other countries.

The primary objective of the Velvet War is to destroy the cultures of
others by making them believe that their cultures are worth nothing, as compared to anglo-saxon
culture!

The prime target are children who are very easy to manipulate and
brainwash through TV programs, anglo-saxon cartoons and movies, anglo-saxon music and
language.

Once the children believe that the anglo-saxon culture is superior to
their own culture, then the war is, practically, won…

To understand all this I refer the readers to the book of Pennycook:

[1] "English and the discourses of colonialism", by Alastair
Pennycook, Routledge, 1998.

See,especially: [2] "The cultural politics of English as an
international language", par Alastair Pennycook, XXXXXX

See also the other valuable and illuminating books concerning the
anglosaxon ideology of world colonisation through the English language.

[2] "White mythologies : writing history and the West", par
R. Young, London Routledge (1990).

[3] "Colonialism and its forms of knowledge", by B. Cohn,
Princeton University Press, 1996.

[4] "Images of English : A cultural History of the Language",
by R. Bailey, The university of Michigan Press, 1991.

[5] "The politics of discourse : the standard language question in
british cultural debates", par T. Crowley, Macmillan, 1989

[6] "The age of folly : a study of imperial needs, duties and
warning", par C. J. Rolleston, John Milne, 1911.

[7] " The Cambridge Encyclopedia of Language ", byr D.
Crystal, Cambridge University Press, 1987

[8] "The triumph of English", par S. Jenkins, "The
Times", 25 feb. 1995

[9] "The English language", par R. Burchfield, Oxford
University Press, 1985.

[10] "English the dominant language of the future", by W.
Axon dans "Stray chapters in literature, folklore and archaeology, John Heywood,
1888.

[11] "The treasure of our tongue", par L. Burnett, Secker and
Warburg, 1962.

[12] "The life and times of the English language : the history of
our marvellous tongue", par R. Claiborne, Bloomsbury, 1983.

[13] "Cultural thought patterns in intercultural education",
par R. Kaplan, Language learning, 16, 1 – 20, 1966

[14] "The language instinct", par S. Pinker, Penguin, 1990

Bien à vous

Grégoire ROSTROPOVITCH
rostropovitch.gregoire@voila.fr

(Le 28 février 2000)