TAXI : PAS ASSEZ DE FRANÇAIS À DORVAL

TAXI : PAS ASSEZ DE FRANçAIS à DORVAL

Pointés du doigt pour leur manque de respect de la langue française et des
francophones, «les dirigeants de l’industrie du taxi à Montréal auront à repenser
leurs priorités et leurs philosophies de gestion et les pratiques d’embauche et de
formation du personnel lesquelles seraient grandement responsables du gâchis linguistique
dans cette industrie », selon le président d’Impératif français.

La Presse rapporte : « Il est trop souvent difficile pour les voyageurs francophones
de trouver un taxi dont le chauffeur s’exprime en français à l’aéroport de Dorval,
déplore Aéroports de Montréal, qui demande aux organismes compétents d’être plus
sévères à cet égard au moment de l’octroi de permis. »

« Le plus grand nombre de problèmes se pose quant à la capacité de certains
chauffeurs de s’exprimer en français et de le comprendre », a expliqué hier Denis
Beauregard, adjoint à la présidente du conseil d’ADM. « Le problème est
"sérieux" » ! Je pense que tout chauffeur de taxi qui travaille à Montréal
devrait être capable de s’exprimer dans cette langue. En octroyant le permis, il y a des
vérifications très très sérieuses qui devraient être faites. »

Impératif français invite les voyageurs transitant par Dorval à faire respecter
leurs droits linguistiques : « Il est carrément inacceptable pour des raisons de respect
et de sécurité des passagers que des compagnies de taxi embauchent des chauffeurs
incapables de parler la langue française », de déclarer le président d’Impératif
français, Jean-Paul Perreault, qui a ajouté : « Des pressions s’imposent de la part des
usagers du taxi. »

( L’article de La Presse nous a été remis par notre correspondant
Daniel Duclos
d.duclos@sympatico.ca )

(Le 27 octobre 1999)